Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Alphabet : de solides bénéfices malgré l'amende record de la Commission européenne

Même pas mal
Economie 4 min
Alphabet : de solides bénéfices malgré l'amende record de la Commission européenne

C'est maintenant à Alphabet, maison-mère de Google, de jouer cartes sur table en présentant ses résultats du deuxième trimestre. La croissance est toujours au rendez-vous, mais l'amende infligée au géant américain par la Commission Européenne pèse lourd dans les comptes. 

Certains pouvaient penser qu'avec la crise que traverse actuellement YouTube sur le marché publicitaire, Alphabet trinquerait au deuxième trimestre. Si de nombreux youtubeurs ont vu leurs revenus issus des réclames vidéo chuter drastiquement, Google dans son ensemble se porte plus que bien. 

Une amende impressionnante, qui ne fait pas si mal

Le chiffre d'affaires d'Alphabet atteint en effet 26,010 milliards de dollars, soit une croissance de 21 % par rapport aux 21,500 milliards enregistrés un an plus tôt. À taux de change constants, la hausse atteint même 23 %. Une progression dont bon nombre d'entreprises aimeraient certainement pouvoir se vanter. 

Le bénéfice opérationnel du géant américain est quant à lui en net recul, à 4,132 milliards de dollars, contre 5,968 milliards un an plus tôt. Ici, un seul coupable aux yeux de Mountain View : l'amende record de 2,44 milliards d'euros, (soit environ 2,7 milliards de dollars) qui lui a été infligée par la Commission Européenne. Sans elle, le bénéfice opérationnel aurait atteint 6,868 milliards de dollars, en hausse de 15 % sur un an. 

Même scénario concernant le bénéfice net. Sur le deuxième trimestre, il s'établit à 3,524 milliards de dollars, contre 4,877 milliards un an plus tôt. Hors impact de l'amende, le résultat net aurait atteint 6,260 milliards de dollars. 

Google reste roi

Bien évidemment et sans aucune surprise, c'est Google qui représente l'écrasante majorité des revenus du conglomérat Alphabet, principalement grâce à la publicité. 

Les revenus publicitaires sur les sites appartenant à Google ont ainsi représenté 18,425 milliards de dollars au dernier trimestre, contre 15,400 milliards un an plus tôt (+19,6 %). Les sites affiliés au géant américain via sa régie publicitaire ont quant à eux généré 4,247 milliards de dollars, contre 3,743 milliards l'an dernier (+13,5 %). 

Alphabet Q2 17

Les autres revenus de Google, tirés notamment d'Android, de ses boutiques d'application et autres services divers et variés (Google Drive, Google Music...) progressent également. Ils se sont élevés à 3,090 milliards de dollars, contre 2,172 milliards l'an dernier, soit une croissance annuelle de 42 %. 

Restent enfin les « Others Bets », toutes les initiatives de l'entreprise qui pour l'heure réclament beaucoup d'investissement et dont les revenus sont encore balbutiants. Parmi eux, on compte notamment Google Fiber, Waymo ou Calico. Leurs revenus ont atteint 248 millions de dollars sur les trois derniers mois, contre 185 millions l'an dernier (+34 %). Cette progression n'est toutefois pas suffisante pour entièrement compenser les dépenses engagées dans ces projets. Leurs pertes opérationnelles atteignent en effet encore 772 millions de dollars au deuxième trimestre, ce qui reste mieux que les 855 millions enregistrés l'an dernier. 

Des coûts d'acquisition de trafic qui grimpent

Un point a particulièrement inquiété les investisseurs : la hausse des coûts d'acquisition de trafic pour Google, qui nuisent quelque peu à sa rentabilité.

Pour les sites partenaires de Google, la note s'est élevée à un peu plus de 3 milliards de dollars, soit 72 % des revenus qui ont été collectés grâce à eux (+2 points sur un an). Pour les sites appartenant à Google, le taux est passé de 9 à 11 % des revenus engendrés, ce qui amène la facture finale à 2,049 milliards de dollars, contre 1,352 milliards un an plus tôt.

Le tout avec un coût par clic qui s'est réduit de 6 % sur un an, alors qu'il fondait de 23 % l'an dernier. Des signes qui laissent entrevoir aux investisseurs que la rentabilité du géant du net pourrait quelque peu souffrir dans les prochains trimestres, bien qu'elle reste très confortable. 

America first

Alphabet a également partagé quelques chiffres sur la répartition de ses revenus par zone géographique, ainsi que leur croissance respective. Sans grande surprise, les États-Unis restent le premier marché du géant de Mountain View, et compte pour 47 % de son chiffre d'affaires du 2e trimestre. Alphabet y enregistre une croissance annuelle de 23 %.

Alphabet Q2 17 

Sur la deuxième marche du podium on retrouve la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), qui compte pour un tiers du chiffre d'affaires, avec une croissance annuelle de 14 % seulement (21 % à taux de change constants). Les 20 % restants sont partagés entre l'APAC (Asie-Pacifique), qui connait une croissance de 28 % sur un an, et du continent américain (hors États-Unis), où la progression sur un an atteint 31 %. 

94 milliards, et des poussières

Dernier point rapide sur les réserves financières d'Alphabet. Trimestre après trimestre, elles continuent de grandir, à un rythme plutôt soutenu.  Le géant de Mountain View disposait à fin décembre de 86,333 milliards de dollars de liquidités disponibles, il est aujourd'hui question de 94,713 milliards de dollars. Une coquette somme. La dette brute du groupe s'élève quant à elle à 3,955 milliards de dollars, une paille. 

En bourse, le cours d'Alphabet redescend de 2,6 % dans les échanges qui précèdent l'ouverture des marchés aujourd'hui, ce alors qu'il avait franchi brièvement la barre des 1 000 dollars en séance hier. Alphabet est aujourd'hui valorisée à environ 666,6 milliards de dollars, soit 24 % de mieux depuis début janvier, ou encore 29 % de mieux qu'il y a un an.

24 commentaires
Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 25/07/17 à 10:08:36

Petite question, si l'un de vous saura répondre : pourquoi conserver une dette avec un telle trésorerie ?

Je me doute que c'est un montage financier et qu'il y a un intérêt à cela, vu que beaucoup de multinationales, ou autres grosses entreprises, y font appel.
Mais je me pose tout de même la question :)

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 25/07/17 à 10:12:04

probablement parce que les taux d'intérêt sont bas...

Avatar de Ellierys INpactien
Avatar de EllierysEllierys- 25/07/17 à 10:12:15

Si la dette ne coûte pas cher s'pas forcément un problème.

Ca peut également être une dette souscrite par une filiale locale pour ses besoins de trésorerie, sans qu'elle ait besoin de faire rapatrier des fonds chez elle et de payer des impôts dessus.

Avatar de aldwyr Abonné
Avatar de aldwyraldwyr- 25/07/17 à 10:13:34

Selon les taux. Par exemple, pour Apple, il est plus intéressant de prendre un crédit au USA avec des taux beaucoup plus bas pour le crédit (je ne connais pas le taux de crédit) que de rapatrié son argent depuis les paradis fiscaux vers les USA (avec une taxe de 30% je crois actuellement. ^^) pour payer son fonctionnement ou ses divers investissement. 

C'est la même pour Google je pense.

Avatar de Jungledede Abonné
Avatar de JunglededeJungledede- 25/07/17 à 10:14:48

ça fait un bel interressement, avec surment un abondement sympa :P

Avatar de Antwan Abonné
Avatar de AntwanAntwan- 25/07/17 à 10:43:05

666 milliards de valorisation. Tout est dit.

Avatar de ndjpoye Abonné
Avatar de ndjpoyendjpoye- 25/07/17 à 10:47:55

Antwan a écrit :

666 milliards de valorisation. Tout est dit.

Je suis donc pas le seul à y avoir penser :transpi:

Avatar de t0FF INpactien
Avatar de t0FFt0FF- 25/07/17 à 11:10:45

Il faut payer le crédit à un moment, donc rapatrier de l'argent et payer des taxes. 
Même si ils payent les crédits par d'autres crédits, ça ne fait que repousser ce besoin de rapatrier de l'argent. 

Avatar de ndjpoye Abonné
Avatar de ndjpoyendjpoye- 25/07/17 à 11:14:46

t0FF a écrit :

Il faut payer le crédit à un moment, donc rapatrier de l'argent et payer des taxes. 
Même si ils payent les crédits par d'autres crédits, ça ne fait que repousser ce besoin de rapatrier de l'argent. 

Pas sur ça marche pas ce qu'il dit.
 
Tu peux faire payer ton crédit par l'argent acquis dans le pays où t'as pris le crédit. T'utilises de l'argent qui aurait été imposé au lieu de rapatrier des sous qui eux, ne l'ont pas été.

Avatar de jedipc Abonné
Avatar de jedipcjedipc- 25/07/17 à 11:25:01

Si 3 6 est le chiffre de la Bête, c'est quoi 4 6 : Ultimate Beast :transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3