Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

4G fixe : l'Arcep choisit les fréquences, des opérateurs veulent revoir France THD

Attributions en septembre
Mobilité 6 min
4G fixe : l'Arcep choisit les fréquences, des opérateurs veulent revoir France THD
Crédits : D3Damon/iStock

Après Emmanuel Macron, c'est au tour de l'Arcep de donner son coup de pouce à la 4G fixe, via la technologie TD-LTE. L'autorité compte attribuer des fréquences en 3,5 GHz en septembre à des opérateurs, pour le compte de collectivités sur les réseaux publics. De quoi les satisfaire, même s'ils attendent une modification concrète du plan France THD.

L'attribution des fréquences pour la 4G fixe et la 5G est en vue. Le régulateur des télécoms, l'Arcep, a publié la synthèse des 66 contributions à sa consultation publique sur le sujet, menée de janvier à mars.  L'objectif : chambouler les fréquences pour ouvrir les réseaux radio à d'autres acteurs que les opérateurs classiques (voir notre analyse). Il est notamment question d'étendre les perspectives de la 4G fixe, de préparer la 5G et d'aménager le spectre pour l'Internet des objets et les réseaux sans fil professionnels.

Parmi tout cela, le domaine le plus scruté est celui du très haut débit radio, qui doit permettre d'attendre la fibre en zones rurales, plus ou moins longtemps. La technologie phare doit en être la 4G fixe (TD-LTE), prévue pour faire patienter des centaines de milliers de foyers en attendant la fibre en zones rurales. Interrogés, des acteurs de ces réseaux saluent avec enthousiasme le chemin tracé par l'Arcep, qui ne convenait pourtant pas à tous.

Des fréquences réorganisées, notamment pour la 5G

Si une grande quantité de fréquences sont concernées par les travaux de l'Arcep, les 2,6 GHz et les 3,5 GHz sont au centre des préoccupations. L'autorité compte réserver les 40 MHz centraux dans les 2,6 GHz TDD pour les réseaux mobiles professionnels (PMR), qui sont appelés à passer au haut débit. Aujourd'hui, 25 000 réseaux locaux professionels sont autorisés et pourraient ainsi passer du TETRA au LTE. L'Arcep prévoit une consultation publique spécifique à l'automne, pour une procédure d'attribution ouverte à la fin de l'année.

Mais le TD-LTE doit surtout servir au très haut débit radio grand public, autrement dit la 4G fixe. Pour mémoire, cette technologie s'appuie sur la répartition de l'envoi et de la réception de données par plages de temps, et non sur des fréquences séparées (voir notre analyse). Dans sa synthèse, l'autorité des télécoms affirme bien vouloir consacrer 40 MHz à la 4G fixe (de 3 420 à 3 460 MHz), comme le réclamaient certains opérateurs radio.

Arcep utilisation fréquences
Crédits : Arcep

« De plus, sur un certain nombre de territoires, 10 MHz supplémentaires (la bande 3 410-3 420 MHz) pourront être consacrés à cet usage, en fonction des contraintes de cohabitation avec les usages existant sous 3 400 MHz » précise l'autorité.

Les fréquences supérieures, jusqu'à 3,8 GHz, doivent elles être utilisées pour la 5G, dont le déploiement commercial est attendu pour 2020. « Cela permettra de disposer pour la 5G, de plus de 300 MHz contigus d'ici 2020, et de 340 MHz d'ici 2026 (voire 390 MHz là où les fréquences ne seraient pas utilisées pour le THD radio) » écrit le régulateur.

Ce dernier lance déjà un appel à des pilotes, sur une sous-bande de 80 MHz (3 600 à 3 680 MHz) à Lyon, Nantes, Lille, Le Havre, Saint-Étienne et Grenoble, à partir de l'an prochain. Il lance aussi des discussions avec l'ensemble des acteurs disposant de fréquences dans les futures bandes 5G, pour la réorganiser d'ici la fin de l'année.

Quelques heureux chez les opérateurs

À partir de juillet, une (autre, oui) consultation publique est prévue sur les modalités d'attribution des fréquences 4G fixe aux opérateurs... pour une procédure qui doit être lancée en septembre. La décision et le calendrier conviennent à certains acteurs, comme Alsatis et NomoTech, qui plongent tête la première dans les réseaux TD-LTE, modernisant souvent d'anciens réseaux Wi-Fi ou WiMAX publics qui ont fait leur temps, pour le compte de collectivités.

En fait, NomoTech est un farouche militant de la 4G fixe, utilisant à son avantage les ressources de la Fédération des industriels des réseaux publics (Firip), quitte à agacer Bercy fin 2015. Il y a quelques semaines, l'entreprise annonçait de premiers réseaux s'appuyant sur les nouvelles fréquences TD-LTE pour septembre, alors qu'elles ne sont toujours pas attribuées. Interrogé à l'époque, son vice-président Philippe Le Grand affichait sa confiance et prévoyait une multiplication des réseaux 4G fixe l'an prochain, à partir de 30 Mb/s descendant.

Contacté suite à la publication de la synthèse de l'Arcep, NomoTech réaffirme être prêt pour une première mise en service de réseau en septembre, les fréquences utilisées n'étant « qu'une question de configuration ». En fait, des réseaux radio très haut débit utilisent déjà du TD-LTE, sur les fréquences du WiMAX. Depuis janvier, c'est le cas d'Alsatis en Haute-Garonne, qui pourra passer sur les nouvelles fréquences quand elles seront attribuées.

« On se réjouit que l'Arcep essaie d'aller rapidement sur le sujet. Le volume de fréquences allouées au THD fixe correspond au besoin manifesté » réagit ici Romain Bucelle, son directeur associé. Un carton plein ? « Le carton plein sera quand le financement de la 4G fixe annoncé par le gouvernement se traduira réellement dans le plan France THD » via un nouveau cahier des charges, attendu fébrilement par certains opérateurs, après celui de 2015.

Celui-ci pourrait consacrer la place du TD-LTE en zones rurales, en attente d'une fibre qui pourrait n'arriver que dans une décennie par endroits, si elle y vient bien. C'est ce que réclamait déjà NomoTech il y a presque deux ans.

La 4G fixe a le vent en poupe, un plan France THD à revoir

Pour toute promesse du gouvernement, il s'agit aujourd'hui d'une tirade d'Emmanuel Macron, qui a faussement fustigé une promesse du « 100 % fibre » sur tout le territoire, qui n'a jamais été prononcée (voir notre analyse). Ce tour de passe-passe a surtout été l'occasion pour le président de glisser le besoin des réseaux radio, comprendre la 4G fixe si chère aux opérateurs. Revoir les conditions du plan France THD pourrait donc le concrétiser, mais il y a un problème, très concret.

Le plan très haut débit s'appuie sur des projets de départements et régions, validés par l'Agence du numérique pendant de longs mois. La quasi-totalité de ces projets (avec leurs calendriers et les subventions de l'État) sont déjà validés, voire entamés dans leur construction. Introduire plus de TD-LTE pour attendre la fibre en campagne demanderait donc de revoir ces plans, ajoutant potentiellement de belles lourdeurs administratives.

Pour Alsatis, c'est un non-problème : « La 4G fixe sur un territoire représente moins de 5 % du montant du plan fibre ». Il s'agirait donc d'un investissement minime, avec l'aval déjà affiché de l'exécutif. L'opérateur démarche déjà activement d'autres départements que la Haute-Garonne et la Charente, qui bêta testent déjà le TD-LTE.

La décision de l'Arcep n'est pourtant pas du goût de tous. Dans sa réponse à la consultation publique, Bouygues Telecom était clair : « Nous considérons [...] que les réseaux BLR [boucle locale radio] doivent être transférées dans les bande 2,6 GHz TDD et 2,3 GHz TDD, plutôt que maintenues dans la bande 3,4-3,6 GHz ». Las, l'autorité a préféré utiliser les 2,6 GHz pour les réseaux mobiles professionels.

« Rien ne nous semble justifier l’attribution de 40 MHz supplémentaires pour l’Internet fixe en rural. Nous estimons au contraire que le développement de la 5G, projet stratégique pour notre économie nationale, exige de libérer totalement la bande pour cet usage  » ajoutait l'opérateur, qui propose aujourd'hui de la 4G fixe sur son propre réseau mobile, loin du TD-LTE envisagé par les collectivités locales.

23 commentaires
Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 23/06/17 à 12:51:53

une (autre, oui) consultation publique
J'ai ri :incline:
Belles perspectives en tout cas.

Avatar de rguesdon INpactien
Avatar de rguesdonrguesdon- 23/06/17 à 12:58:27

Je crois que ça va vraiment être génial cette 4G en 3,5GHz que pratiquement personne ne captera en raison de sa faible pénétration dans les bâtiments.

Ou alors il va falloir faire comme dans les pays nordiques en collant des antennes sur le toit des maisons pour capter la 4G (il y'a beaucoup d'offres fixes passant par la 4G dans ces pays).

Mais avec la data mobile illimitée chez Free Mobile, je doute que beaucoup de gens ne soient motivés pour payer des centaines d'euros d'antennes à mettre sur le toit, sans compter le coût de la main d'oeuvre.

Les gens vont préférer continuer à fourrer des cartes SIM dans des mini-routeurs 4G plutôt que de se lancer dans des installations aux coûts prohibitifs.

Du coup, les gens resteront toujours sur les fréquences habituelles et le 3,5GHz pourrait ne pas servir à grand chose. Et allez chercher des terminaux compatibles 3,5GHz, je n'en connais aucun. Si quelqu'un aurait une petite liste ?

Édité par rguesdon le 23/06/2017 à 13:00
Avatar de rguesdon INpactien
Avatar de rguesdonrguesdon- 23/06/17 à 13:02:08

Et c'est quoi cette histoire de 4G 2600 MHz pour les réseau professionnels ? Cela veut donc dire que Free Mobile ne pourra pas acheter de ces fréquences parce qu'ils n'ont pas de clientèle professionnelle ? J'ai du mal à comprendre cette histoire ! :incline:

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 23/06/17 à 13:14:42

« Rien ne nous semble justifier l’attribution de 40 MHz supplémentaires pour l’Internet fixe en rural. Nous estimons au contraire que le développement de la 5G, projet stratégique pour notre économie nationale, exige de libérer totalement la bande pour cet usage » ajoutait l'opérateur, qui propose aujourd'hui de la 4G fixe sur son propre réseau mobile, loin du TD-LTE envisagé par les collectivités locales.

Donc, si je résume, BT veut mettre tous ses moyens dans la 5G, pour pouvoir en fournir le plus rapidement aux zones très denses au dépends des zones rurales.
Au final, les ZTD auront la fibre, la 5G, le câble, et au pire du vdsl et en ZR, on aura encore du 56k.
J'ai bon ?

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 23/06/17 à 13:16:08

"...la 4G fixe, via la technologie TD-LTE. L'autorité compte attribuer des fréquences en 3,5 GHz en septembre à des opérateurs..."

elle aura QUE 2 ans de retard !
mais, ce sera une BONNE chose : cette 4G-fixe (LTE) !!!

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 23/06/17 à 13:16:35

fallait pas élire de régionalistes aux dernières élections .

Paris d'abord !

Avatar de Drepanocytose INpactien
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 23/06/17 à 13:25:41

Ricard a écrit :

Donc, si je résume, BT veut mettre tous ses moyens dans la 5G, pour pouvoir en fournir le plus rapidement aux zones très denses au dépends des zones rurales.
Au final, les ZTD auront la fibre, la 5G, le câble, et au pire du vdsl et en ZR, on aura encore du 56k.
J'ai bon ?

Ouais.
Personne t'a forcé a habiter dans un trou. :fumer:

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 23/06/17 à 14:22:28

rguesdon a écrit :

Du coup, les gens resteront toujours sur les fréquences habituelles et le 3,5GHz pourrait ne pas servir à grand chose. Et allez chercher des terminaux compatibles 3,5GHz, je n'en connais aucun. Si quelqu'un aurait une petite liste ?

Ou pas.
C'est pour un usage de type boucle locale radio, donc la pénétration dans les bâtiments, on s'en fout un peu, on peut mettre une antenne externe comme ca se fait déjà pour la TV hertzienne ou le satellite.

Drepanocytose a écrit :

Ouais.
Personne t'a forcé a habiter dans un trou. :fumer:

Mais nous on n'a pas à calculer notre quantité de données téléchargées pour pas dépasser notre quota mensuel :fumer:

Édité par Patch le 23/06/2017 à 14:23
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 23/06/17 à 16:21:11

Drepanocytose a écrit :

Ouais.
Personne t'a forcé a habiter dans un trou. :fumer:

Y a la fibre chez moi. :langue:

Avatar de synclinal Abonné
Avatar de synclinalsynclinal- 23/06/17 à 16:49:37

Et pour les FAI associatifs, ce serait pas mal
Il y a quelque chose au sujet de la FFDN ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3