Liberté d'expression : Donald Trump prié de lever le blocage de plusieurs comptes Twitter

POTUS et bouches cousues
Droit 2 min
Liberté d'expression : Donald Trump prié de lever le blocage de plusieurs comptes Twitter
Crédits : Bastiaan Slabbers/iStock

Donald Trump peut-il tout faire sur Twitter et en particulier bloquer ceux qui le contredisent, se moquent ou le raillent ? Le Knight First Amendment Institute considère que non, sur l’autel du premier amendement de la Constitution américaine. 

C’est systématique. Chacune des sorties publiques de Donald Trump sur Twitter est tournée en dérision, parfois dans les secondes qui suivent ses messages de ce compte suivi par 31 millions de personnes. Mais visiblement, on ne s’attaque pas impunément à la personne du président des États-Unis qui n’hésite pas à dégainer son arme de destruction massive : le blocage des internautes qui viennent chatouiller sa mèche blonde d’un peu trop près. 

Un blocage considéré comme inconstitutionnel

Ce funeste sort est arrivé par exemple à @AynRandPaulRaan ou encore à @joepabike. Seulement, des vigies se souviennent de quelques fondamentaux inscrits dans l'U.S. Bill of Rights. Le Knight First Amendment Institute, fer de lance de l’Université de Columbia dédié à la défense de la liberté d’expression à l’heure du numérique, estime ce blocage inconstitutionnel.

Il s’appuie sur une jurisprudence ancienne de la Cour suprême, qui protège les enceintes publiques dédiées aux échanges, sur le fondement du tout puissant Premier amendement. 

Twitter, une enceinte ouverte au débat public

Selon cette toute jeune institution, enceintes physiques ou réseaux sociaux, les protections sont identiques. Le compte @realDonaldTrump est ainsi un « designated public forum » interdisant à son illustre détenteur d'exclure les personnes en raison de leur seuls propos. « Lorsque le gouvernement rend disponible au grand public un espace dédié à une activité expressive, il crée un forum public dont il ne peut exclure constitutionnellement les individus sur le fondement de leur point de vue ».

Certes, des restrictions peuvent toujours être envisagées, mais elles ne peuvent se justifier par le simple fait que d’autres ne sont pas d’accord avec vous, quand bien même les propos sont moqueurs, acerbes, déplaisants ou véhéments.  

Dans une lettre adressée à la Maison Blanche, il estime donc que ce blocage limite la possibilité pour les bannis de trouver et lire les tweets du président tout comme de s’informer sur les personnes qui suivent son compte. Il lui demande de lever cette mesure à l’égard des deux comptes cités, mais également de tous ceux qui ont subi le même sort.

 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !