Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Pour se rapprocher des PME, SFR revoit ses offres fibre pour entreprises

Fibre to the PME
Internet 4 min
Pour se rapprocher des PME, SFR revoit ses offres fibre pour entreprises

Alors que la fibre reste encore loin de la plupart des entreprises, SFR revoit ses offres pour les rendre plus abordables. Le deuxième acteur du marché est en pleine tentative de reconquête, face à un Orange dominant et des revendications de plus en plus fortes des petits acteurs.

Les entreprises plébiscitent peu la fibre. Selon le régulateur des télécoms, l'Arcep, à peine 11 % des services de capacités vendus en France en 2015 passaient par le nouveau réseau, le reste s'appuyant sur le cuivre habituel. Un quasi-« marché de luxe », qui s'appuie en bonne partie sur des lignes dédiées à chaque société cliente, en « FTTO ». Dans cette configuration, une ligne fournissant 100 Mb/s coûterait aisément plus de 1 000 euros mensuels, avec des garanties de rétablissement de service.

Avant-hier, le numéro 2 du marché entreprises, SFR, a présenté une nouvelle grille tarifaire pour les entreprises. La principale annonce concerne sa « fibre dédiée », c'est-à-dire FTTO. À partir de 400 euros HT par mois, elle promet 100 Mb/s symétriques avec garantie de service. L'offre est tournée vers les PME, auquel ce segment de marché semble encore souvent inaccessible. Pour référence, les « pros » comptent aujourd'hui pour moins de 20 % du chiffre d'affaires de SFR, pour environ 2 milliards d'euros en 2016.

Convaincre les PME par le service

Pour référence, la première offre « Connect THD Fibre » commence à 300 euros HT mensuels pour 10 Mb/s symétriques (avec engagement trois ans), au lieu de 6 Mb/s pour 560 euros HT précédemment.

« La fibre dédiée permet d’accéder à des services permettant de répondre aux besoins critiques des entreprises en termes de garantie de temps de rétablissement 4 heures et de services (firewall, anti-DDoS, Plan de reprise d'activité, hébergement). Pour nos clients, ces services constituent une priorité, avant le niveau du débit qui, dès 10Mbit/s, est déjà considérablement supérieur à celui qui prévaut aujourd’hui avec le SDSL » nous détaille l'opérateur.

Pour le moment, le réseau doit pouvoir connecter 60 % des sites de plus de 20 salariés, pour 70 % d'ici la fin de l'année. Par contre, seules 35 % des sociétés pourront bénéficier des prix révisés, qui concernent aussi les très petites entreprises, ciblées par des offres proches de celles des particuliers.

Les petits opérateurs demandent de meilleures conditions

Si SFR semble bien casser ses prix sur le haut de gamme pour entreprises, la situation du marché n'est pas prête de changer de sitôt. Le coût du FTTO, avec raccordement sur demande, est un frein identifié au passage au très haut débit des entreprises, jugeait l'Arcep. L'autorité craignait d'ailleurs la formation d'un duopole entre l'opérateur historique et SFR, les deux seuls acteurs à disposer d'un réseau sur l'ensemble du territoire.

Pour ouvrir le marché, le régulateur plaide depuis des mois pour l'arrivée d'un troisième grand opérateur d'infrastructure, quitte à contrarier momentanément Orange. L'objectif est d'ouvrir plus grand le marché aux (très) petits opérateurs spécialisés dans les entreprises, qui peuplent tout le territoire, via des infrastructures locales en propre, le passage par des réseaux d'initiative publique ou la collaboration avec des confrères.

La piste qui se dégage est l'arrivée d'offres fibre clés-en-main (« activées ») pour ces petits acteurs, via le consortium Kosc (comptant OVH) au moins sur le réseau d'Orange. Une solution jugée insuffisante pour deux lobbies formés coup sur coup en début d'année : l'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA) et Alternative Télécom, dédié à ce combat.

Contacté, AOTA nous affirme que SFR doit aussi se plier à l'exercice demandé à Orange, à savoir ouvrir son réseau aux petits dans de bonnes conditions. « SFR doit donner aux alternatifs la possibilité de répliquer cette offre. C'est dans l'intérêt de tous. Il y a un sentiment d'inquiétude aussi qui nait sur les zones RIP... car ils n'innovent pas assez vite pour permettre aux alternatifs de proposer ces débits très attendus par les TPE et PME » estime l'association.

Une autre piste du gouvernement (appuyée par l'Arcep) est la démocratisation de la fibre en mutualisant le réseau pour entreprises avec celui du grand public (servant habituellement au FTTH). Un hybride appelé FTTE qui pourrait diviser par cinq le coût de la fibre face au FTTO, qui a été autorisé en 2015 au sein du plan France THD. 

Un forfait pour petites entreprises

À compter de septembre, SFR accompagnera son offre « fibre dédiée » par une solution centrée sur les TPE et les indépendants. Il faut dire que le gros du marché professionnel reste composée d'offres proches de celles proposées au grand public, avec quelques services et garanties supplémentaires en cas d'incident.

La Box Fibre Pro doit ainsi fournir une connexion Gigabit en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH) à partir de 45 euros HT par mois. Cela inclut les appels illimités vers la France et 54 destinations et des options comme une adresse IP fixe, une garantie de temps d'intervention de 8 heures et les contenus du groupe, à savoir SFR Presse, Play ou Sport.

22 commentaires
Avatar de ZOOUUU Abonné
Avatar de ZOOUUUZOOUUU- 01/06/17 à 07:26:32

Avec une offre ftte qui va inexorablement se développer, m'est avis que le marché ftto pour le tpe/pme est mort...

Avatar de RedWave Abonné
Avatar de RedWaveRedWave- 01/06/17 à 08:24:35

Tu veux dire FTTH? Le soucis, c'est que le rétablissement en moins de 4H est ce qui vaut trèèèès cher. Une boîte de 10 employés qui n'a pas internet pendant 3 jours/1 semaine (délai moyen de résolution pour les particuliers), ça peut lui coûter 10/20k€ facilement (documents non livrés, manque d'opportunités...). Après en terme de débit, effectivement, ils ont tout intérêt à cumuler deux abonnements, un à 50€ à 1GBs, un autre à 500€ pour les pannes.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 01/06/17 à 08:37:55

Entre prendre une offre à 560€HT avec GTR (théorique) et deux offres grand public à 40€ chez deux opérateurs différents et un boîtier OTB, le choix est vite fait. On peut même rajouter une redondance 4G pour être sûr, et là on est blindé et encore nettement moins cher.
 
 

Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 01/06/17 à 08:47:20

Et combien de fois ces coupures arrivent par an ?
En pratique il vaut mieux une fibre de particuliers avec éventuellement un hotspot 4G ou une connexion ADSL en backup pour une PME, ça suffit largement et ça coûte 50€ au lieu de 1000 par mois.

Édité par ErGo_404 le 01/06/2017 à 08:47
Avatar de cyp Abonné
Avatar de cypcyp- 01/06/17 à 08:48:10

Clairement vaut mieux cumuler des offres publiques sur des technos et presta différents (ADSL, fibre, 4G, câbles...).
D'expérience quand le problème est sérieux (coups de pelleteuse sur la fibre, incendie ou innodation du dslam...) avoir une offre pro ne change rien au temps de rétablissement (ça rentre souvent dans les conditions d'exclusions des garantie).

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 01/06/17 à 08:57:25

RedWave a écrit :

Tu veux dire FTTH? Le soucis, c'est que le rétablissement en moins de 4H est ce qui vaut trèèèès cher. Une boîte de 10 employés qui n'a pas internet pendant 3 jours/1 semaine (délai moyen de résolution pour les particuliers), ça peut lui coûter 10/20k€ facilement (documents non livrés, manque d'opportunités...). Après en terme de débit, effectivement, ils ont tout intérêt à cumuler deux abonnements, un à 50€ à 1GBs, un autre à 500€ pour les pannes.

Une boîte dont le CA dépend en partie d'un accès internet et qui n'a pas prévu un plan de secours (redondance, 4G, ADSL, etc.) en cas de rupture d'accès, quelque soit le temps de rétablissement promis, méritera son sort. L'offre SFR est dans ces conditions beaucoup trop chère.

Édité par tmtisfree le 01/06/2017 à 08:58
Avatar de matroska INpactien
Avatar de matroskamatroska- 01/06/17 à 10:37:51

Autant prendre Nerim ou autre qui fournissent une vraie qualité.

:transpi:

Avatar de JoePike INpactien
Avatar de JoePikeJoePike- 01/06/17 à 10:48:04

On n'est pas vraiment blindé pour la simple raison que pas mal de connections passent par les mêmes endroits.
Le coup de pelleteuse se fout complètement de savoir si c'est la première ligne la deuxième ou d'ADSL

Pire : pour avoir fait une étude pour des lignes fibres entre Orléans et Paris, on a ( après beaucoup d'efforts) réussi à connaitre une partie du chemin physique pris par ces fibres.. et Oh surprise , des liens SFR passaient dans les même fourreaux que ceux de FT ( on pensait prendre une fibre chez l'un et une autre chez l'autre histoire de pouvoir dire "on est blindé" ) sauf qu'ils sous louaient à l'époque les fibres aux autoroutes
Je connais même une grosse banque qui a fini par mettre ses propres fibres, l'une à 2m de profondeur et l'autre à 1m.50 entre ses 2 sites car c'était la seule solution de "presque blindage"
Ils avaient la chance ( ou le malheur) d'avoir les 2 sites éloignés seulement de 30km.

La théorie et la pratique :D

Avatar de RuMaRoCO Abonné
Avatar de RuMaRoCORuMaRoCO- 01/06/17 à 13:23:42

La FTTO coûte cher car il n'y avait jusqu'à présent qu'assez peu d’économie d'échelle. 

Il ne faut pas oublier que pour la FTTO la fibre est tirée spécifiquement du POP jusqu'au client. 

Donc la rentabilité de cette dernière se fait uniquement que sur 1 seul client.

 

Avatar de RuMaRoCO Abonné
Avatar de RuMaRoCORuMaRoCO- 01/06/17 à 13:31:00

Il ne faut pas oublier qu'on parle de PME, qui n'ont par forcement envie d'investir sur du matériels informatiques spécifiques et avec les coûts de maintenances qui vont avec.

Mais on ce trompe de débat lorsqu'on parle des PME. 
L'important n'est pas le support qui va servir le besoin, mais la définition du besoin en lui-même.

Beaucoup de clients de cette nature ne comprennent même pas la différence entre ADSL et SDSL. 
Par extension ne comprennent pas non plus la différence entre FTTH et FTTO car pour eux : "c'est de la fibre quoi..."    

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3