Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Véhicules autonomes : Uber licencie la principale cible de la plainte d'Alphabet

Une entreprise, c'est comme une montgolfière
Droit 3 min
Véhicules autonomes : Uber licencie la principale cible de la plainte d'Alphabet

Uber a licencié Anthony Levandowski, un transfuge de chez Waymo impliqué dans une affaire de vol de propriété industrielle. La filiale d'Alphabet accuse en effet le service de VTC de se servir de ses propres technologies dans le développement de ses voitures autonomes.

Pour comprendre la portée de la mesure, il faut rembobiner un peu. En février dernier, Alphabet dépose plainte contre Uber pour vol de propriété industrielle. Le premier reproche au second d’avoir profité de l’embauche d’Anthony Levandowski, qui a travaillé un temps chez Waymo, une des filiales de la maison mère de Google, notamment sur les systèmes lidar (laser detection and ranging) essentiels aux véhicules autonomes.

Levandowski n’est pas allé directement travailler chez Uber. Il a d’abord été embauché par Waymo, avant de fonder sa propre entreprise, Otto, spécialisée dans la conception de poids-lourds autonomes. Or, c’est cette société qu’Uber a racheté quelque temps après. Pour 680 millions de dollars, elle récoltait notamment toute la propriété industrielle, y compris celle créée par Levandowski… que Waymo a accusé de récupération.

La conséquence d'un refus d'obtempérer 

Uber s’est donc débarrassée littéralement d’Anthony Levandowski. L’information a d’abord été rapportée par le New York Times, qui a obtenu confirmation de l’entreprise, tout comme Recode.

La question qui se pose évidemment est de savoir si ce départ forcé est une conséquence directe de l’affaire qui lie Alphabet à Uber. Dans l’affaire en cours, le témoignage de Levandowski est bien entendu un élément clé. Or, l’ingénieur et chef d’équipe a refusé de s’y plier pour l’instant, invoquant le Cinquième amendement de la Constitution américaine, qui permet de ne pas témoigner contre soi-même.

Il y a environ deux semaines, Uber a officiellement demandé à Levandowski de changer de ligne de conduite. L’entreprise lui recommandait ainsi de ne plus s’abriter derrière le Cinquième amendement et d’obtempérer au tribunal, qui lui réclame de nombreux documents. En outre, il lui est demandé son ordinateur portable ainsi que les données qu’il contient et la liste de tous les contacts qui auraient pu accéder à ces informations.

Salle Yoo, responsable juridique d’Uber, rappelait alors à Levandowski que s’il ne répondait pas aux demandes, son emploi serait sur la sellette. L’ingénieur n’ayant pas changé de défense, la sanction est tombée. Angela L. Padilla, responsable associée, a ainsi confirmé : « Nous prenons très au sérieux nos obligations envers la cour, et nous avons donc décidé de mettre fin à son emploi chez Uber ».

Et maintenant ?

Difficile pour l’instant de savoir comment la situation va évoluer, aussi bien pour Levandowski que pour Uber. Aucun des deux n’en a fini avec le tribunal. L’ingénieur reste sous le coup de nombreuses demandes, Alphabet ayant accusé Uber de profiter de 14 000 documents dérobés par Levandowski avant qu’il ne parte de Mountain View.

L’un doit donc fournir ces fameux fichiers, tandis que l’autre va devoir prouver que ses avancées techniques ne sont pas liées à la propriété d'Alphabet. Selon les premiers éléments collectés il y a plusieurs mois déjà, la partie semble cependant complexe pour Uber. Un fournisseur de composants avait ainsi indiqué à Waymo que le dessin d’une carte électronique d’Otto avait une « très forte ressemblance » avec le sien, y compris des caractéristiques décrites comme « uniques ».

Uber se sépare donc d’un élément qui devenait trop gênant. Ce qui ne résout en rien les soucis de l’entreprise, mais permet de relâcher un peu de pression, notamment en termes d'image, la défense de Levandowski risquant de l'écorner quelque peu. Or, Uber fait déjà face à plusieurs problèmes. Outre les plaintes de Waymo et Alphabet, l’entreprise a rencontré des soucis avec ses véhicules autonomes, notamment à San Francisco, et a été entouré d’un parfum de scandale après les accusations d’une ex-ingénieure sur le harcèlement sexuel qui sévirait dans l’entreprise.

16 commentaires
Avatar de t0FF INpactien
Avatar de t0FFt0FF- 31/05/17 à 09:52:39

J'ai jamais compris l'intérêt du 5eme amendement... 

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 31/05/17 à 09:53:27

Vraiment une boîte de pourris...
J'aimerais qu'elle tombe, mais elle est trop grosse maintenant

Espérons en tout cas que ça ne nuira pas aux procès

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 31/05/17 à 10:00:43

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cinquième\_amendement\_de\_la\_Constitution\_des\_États-Unis

empêche d'être jugé deux fois, sécurité juridique, + pas à s'accuser soi-même.

On doit avoir un équivalent dans tous les pays d'europe, je crois bien

Avatar de oursgris Abonné
Avatar de oursgrisoursgris- 31/05/17 à 10:02:18

c'est bien expliqué sur wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cinqui%C3%A8me_amendement_de_la_Constitution_des_%...
je trouve que c'est important comme article
ca protège de la justice

Avatar de Arcy Abonné
Avatar de ArcyArcy- 31/05/17 à 10:23:10

Mais Uber, c'est pas une société de Google déjà ?

Avatar de TheMyst INpactien
Avatar de TheMystTheMyst- 31/05/17 à 10:38:01

non ?

Édité par TheMyst le 31/05/2017 à 10:38
Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 31/05/17 à 10:38:31

Non, Google siège au conseil d'administration d'Uber, mais n'est pas l'actionnaire majoritaire.

Avatar de t0FF INpactien
Avatar de t0FFt0FF- 31/05/17 à 10:44:41

Mouai je ne comprend toujours pas l'intérêt du droit de ne pas d'incriminer soi-même.
Dans l'exemple de cette news, je ne vois pas en quoi ça rend la justice meilleure.

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 31/05/17 à 10:48:48

t0FF a écrit :

Mouai je ne comprend toujours pas l'intérêt du droit de ne pas d'incriminer soi-même.
Dans l'exemple de cette news, je ne vois pas en quoi ça rend la justice meilleure.

Cela n’a rien voir avec une justice meilleurs, c'est juste un droit constitutionnel qui protège chaque américain, qu'ils soit coupable ou non n'est que secondaire.

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 31/05/17 à 10:51:44

t0FF a écrit :

Mouai je ne comprend toujours pas l'intérêt du droit de ne pas d'incriminer soi-même.

attention : si tu souhaites t'accuser toi-même, tu as le droit, mais ce n'est pas forcé.
Par exemple, les autocritiques des régimes que l'on apprécie tant pour leur liberté.
Ou les séances de tortures de ces mêmes régimes, afin d'"avouer".
présomption d'innocence, tout ça tout ça

 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2