Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Patch et colère autour d’un Windows 7 figé sur des machines Kaby Lake ou Ryzen

Trop moderne, pas assez moderne
Logiciel 5 min
Patch et colère autour d’un Windows 7 figé sur des machines Kaby Lake ou Ryzen
Crédits : ALLVISIONN/iStock

Un développeur a créé un patch non officiel pour rendre à Windows 7 sa capacité à recevoir les mises à jour si la machine contient un processeur Kaby Lake ou Ryzen. Cette solution tierce a ses limites, mais elle montre surtout que les décisions de Microsoft en la matière ont été mal reçues.

Il y a deux semaines, nous abordions une bascule redoutée par certains utilisateurs. Avec le Patch Tuesday d’avril, Microsoft a en effet activé le blocage des mises à jour pour Windows 7 et 8.1 si ces systèmes sont présents sur des machines contenant un processeur très récent, Kaby Lake ou Ryzen.

Ce blocage avait été annoncé en janvier 2016, l’éditeur espérant certainement pouvoir brandir la pancarte du « nous vous l’avions bien dit ». On pouvait évidemment se douter que ce blocage provoquerait la colère des utilisateurs concernés et l’incompréhension des autres. Car si la décision peut sembler logique pour Windows 7, elle l’est beaucoup moins pour Windows 8.1, toujours en support mainstream.

Pour le premier, une « solution » existe néanmoins. Et même s’il nous parait difficile de la recommander en l’état, elle montre les tensions créées par les choix de Microsoft.

Un patch non officiel et open source

Un développeur connu uniquement sous le pseudonyme de « Zeffy » propose depuis quelques jours un petit patch permettant de rouvrir Windows Update s’il a été bloqué suite aux dernières mises à jour.

Pour le réaliser, il a commencé par récupérer le package de mise à jour distribué par Windows Update. Il l’a décompressé et est allé fouiller dans les milliers de fichiers pour déterminer ce qui pouvait bien activer le blocage. Via PowerShell, il a pu filtrer la liste pour ne garder que 14 fichiers. En les comparant avec ceux présents sur son système, il a fini par trouver le fautif : wuaueng.dll.

En modifiant cette bibliothèque, et en lui remettant une valeur bien particulière à son état pré-Patch Tuesday, Windows Update est redevenu capable d’appliquer les mises à jour. Une mesure que certains trouveront particulièrement salvatrice, car Microsoft n’a pas fait dans la dentelle : même les correctifs de sécurité sont bloqués.

Les limites de cette solution

Pour le développeur, le principal problème de son patch est qu’il s’appuie entièrement sur cette bibliothèque, wuaueng.dll. Si une action devait la mettre à jour ou restaurer sa version d’origine, le problème se manifesterait à nouveau.

Or, il est probable que le patch de Zeffy soit à appliquer chaque mois. La DLL est estampillée Windows et sera donc analysée par le moindre scan SFC déclenché. Son intégrité sera jugée comme compromise et le système remettra une version « conforme ».

Si aucun scan d’intégrité n’est lancé, c’est de Windows Update que viendra le souci. Zeffy indique en effet que le fichier a de fortes chances d’être régulièrement à jour. Chaque nouvelle version contiendra le même code de blocage, qu’il faudra ainsi modifier systématiquement.

Évidemment, comme toute solution tierce trafiquant les fichiers du système, il nous parait difficile de recommander une telle procédure. Chacun pèsera donc le pour et le contre s’il est touché par le problème, même si le code est disponible en GPL 3.0 sur GitHub. L’utilisateur sous Windows 7 et ayant un processeur Kaby Lake ou Ryzen ne peut l’être que par choix, mais ce n’est pas pour autant qu’il peut comprendre ce que font ces fichiers, surtout s’il faut récupérer une nouvelle version tous les mois.

Par ailleurs – et c’est un élément capital – les mises à jour n’auront pas été testées pour ces systèmes. Elles peuvent donc mal fonctionner, et il n’y aura aucun support technique en cas de soucis.

Indicateur de l’incompréhension ambiante

Microsoft a beau avoir expliqué ses raisons, elles sont pour beaucoup assez bancales. Les explications techniques étaient pourtant simples : les dernières générations de processeur changent drastiquement la manière de gérer certains éléments, notamment l’énergie. Une déclaration qui se tient, et après tout Windows 7 ne gère pas non plus nativement l’USB 3.0 ou le NVMe.

Il y a cependant une différence avec le cas présent : les constructeurs peuvent fournir des pilotes. Pour les processeurs, le support est assuré par Windows, avec l’aide d’Intel et AMD. Mais si l’on en croit le premier billet de Microsoft sur le sujet l’année dernière, tout laisse à penser que les deux entreprises souhaitaient se concentrer sur Windows 10 pour se simplifier la vie. Il y a donc peu de chances pour qu’elles proposent des pilotes spécifiques sur Windows 7 et 8.1. Ils auraient de toute façon déjà été annoncés.

C’est ce qui pousse Zeffy à parler de « doigt d’honneur géant » à tous ceux qui n’ont pas envie de migrer vers le dernier Windows, qu’il n’apprécie pas. Une colère qu’on retrouve dans un cas de figure très simple : un passionné d’informatique, qui dispose de sa licence Windows 7 ou 8.1 depuis des années et qui continue à changer des pièces dans sa machine.

On pourrait rétorquer que ces personnes auraient pu profiter de la première année de commercialisation de Windows 10, quand la licence de mise à jour était gratuite. Certes, mais ce processus liait la licence à la machine, passant à un modèle proche de l’OEM. C’est tout « l’avantage » des versions boîtes, qui sont réutilisables si le PC vient à changer.

Quoi qu’il en soit, et si vous décidez de tenter l’aventure avec le patch, il est conseillé au minimum de créer un point de restauration dans le système. Si la situation devait déraper, vous auriez ainsi une solution de secours.

60 commentaires
Avatar de Etre_Libre Abonné
Avatar de Etre_LibreEtre_Libre- 27/04/17 à 07:17:19

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pour Windows 7 c'est déjà limite, mais 8.1 carrément abusé effectivement...

Dans une entreprise, pour avoir un OS qui fonctionne bien, on a un PC portable avec du Kaby Lake, et j'ai mis Windows 7 Pro (rétrogradé de 10 Pro).
Seul le pilote Intel Graphics était absent, mais en modifiant le .inf il passe sans problème.

C'est la 1ère fois que Microsoft fait un blocage très dur et restrictif, ce n'était jamais arrivé avant à ma connaissance.

Exemple : une personne veut un Windows XP ou Vista sur un CPU récent ? Pas de problème.

Aussi, je n'ai pas pu le vérifier, mais il paraît que le message apparaît même dans une VM...

Exemple : PC Kaby Lake station de travail Windows 10 Pro, avec plein de VMs de tests, dont Windows 7 et 8.1 : blocage ?
Si oui, c'est carrément absurde et gêne pour travailler tout simplement.

Avatar de anonyme_47da8d4ad4eb955aa025af080b0387df INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

"Certes, mais ce processus liait la licence à la machine, passant à un modèle proche de l’OEM"Bah non en fait la licence est liée au "compte windows" à la noix qu'on peut créer. Et testé perso, CM, disque, SSD, GPU tout changé dedans, licence toujours OK.

Avatar de Entilore Abonné
Avatar de EntiloreEntilore- 27/04/17 à 07:32:38

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ça voudrait dire qu'en me logant sur un autre pc je lui offre un compte ?

Avatar de tifounon Abonné
Avatar de tifounontifounon- 27/04/17 à 07:38:21

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

+1 l'article est incorrect là dessus.

Par contre qu'en est-il de multiples machines avec le même compte MS ??

Avatar de goodwhitegod INpactien
Avatar de goodwhitegodgoodwhitegod- 27/04/17 à 07:43:37

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Toujours possible de passer de 7, 8, 8.1 à 10 gratuitement.
La quasi totalité des logiciels fonctionnent sous 10. (si les concepteurs de pro-logiciels se bougent, tout y serait)

Pourquoi donc s'acharner avec ces OS obsolètes ?

Je comprends que d'autres personnes ont des avis (certains avec vrais arguments), mais ça serait bien d'uniformiser tout ça surtout que 10 est de loin le plus stable et performant. (même sur un netbook avec 1Go de RAM)
Je trouve ça gâcher le matériel moderne cet acharnement.

Avatar de domFreedom INpactien
Avatar de domFreedomdomFreedom- 27/04/17 à 07:47:19

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Tiens, ça me rappelle l'époque où il fallait patcher la dll Terminal Service pour autoriser le multi bureau à distance sur les Win non serveur (Pro ou Home )
Comme toute modif de dll système, ça ne résiste pas aux vagues de màj WU et/ou sfc.exe /scannow.
Intérêt très limité en dehors des machines @home, et encore.
Mais belle POC de l'auteur...

Avatar de Vincent_H Équipe
Avatar de Vincent_HVincent_H- 27/04/17 à 07:49:49

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je vais me renseigner, ça a dû changer en cours de route. Parce que durant la première année de promotion, on ne comptait plus le nombre de gens qui se plaignaient de licences désactivées suite à un changement de CM ou de disque dur.

Avatar de Strimy Abonné
Avatar de StrimyStrimy- 27/04/17 à 07:50:26

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Quand tu migres la licence, il te demande à quel PC elle était lié avant.

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 27/04/17 à 07:53:22

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

goodwhitegod a écrit :

Pourquoi donc s'acharner avec ces OS obsolètes ?

certains logiciels compatibles uniquement avec une version particulière, j'imagine ? Tu as eu pas mal de logiciels ou pilotes plus supportés (vu en vrai chez des amis) entre les windows vista/7 et 8/10.

 Tout le monde n'a pas le réflexe du mode de compatibilité windows xp 

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 27/04/17 à 07:54:24

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pourquoi donc s'acharner avec ces OS obsolètes ?

Pourquoi donc s'acharner a lutter contre la télésurveillance de Microsoft ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6