Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Hadopi : le classement des FAI selon l'identification des IP

Best of, Worst of
Droit 3 min
Hadopi : le classement des FAI selon l'identification des IP
Crédits : Marc Rees

C’est une série de petits chiffres symptomatiques qui n’avait jamais été éventée par la Hadopi : le pourcentage d’adresses IP envoyées aux FAI, classées par opérateurs. Des données soufflées dans un rapport de l’Inspection générale des finances, lui aussi gardé secret. 

Quels sont les FAI dont les abonnés sont les plus avertis ? Cette question n’a jamais été claironnée par la haute autorité. Et pour cause, celle-ci a toujours estimé que cette information pourrait perturber d’une manière ou d’une autre le marché des opérateurs. Dit autrement, en révélant quel est celui des FAI dont les IP sont les plus souvent relevées en amont de la riposte graduée, la Hadopi a toujours craint d’inciter les abonnés à changer de crèmerie.

Historiquement, cette doctrine est née dès l’envoi des premières IP, en septembre 2010. À cette date, Free avait, contrairement à ses concurrents, décidé de ne pas donner suite aux sollicitations de la Rue de Texel, profitant d’un trou législatif. « J’appelle à boycotter tous les fournisseurs d’accès qui se livrent à cette collaboration. J’encourage les gens à aller chez Free » avait alors réagi Nicolas Dupont-Aignan, député très opposé à la loi Hadopi

Depuis, aucun des rapports de la Hadopi n’a donc distillé la part respective de ses demandes d’identifications. Seulement, cette information a finalement surgi au détour d’un rapport de l’Inspection général des finances « sur l’indemnisation des fournisseurs Internet ». Un document rédigé à la demande du ministère de la Culture et jalousement conservé à l’abri des regards, mais dont nous avons pu obtenir une copie partielle.

Nombre d'adresses IP envoyées à chaque FAI

Dans le tableau ci-dessous, on découvre ainsi le nombre moyen d’adresses IP envoyées aux FAI par jour ouvré. Les données correspondent aux moyennes calculées sur la base de celles des mois de janvier à février 2016.

IGF rapport Hadopi

Le fait intéressant consiste alors à comparer le pourcentage de ces envois avec les parts de marché. On remarque alors que si Orange engloutit près 42% de part de marché sur la période, il ne représente qu’un tiers environ des demandes d’identification d'IP. Chez les autres opérateurs, en particulier Bouygues et Free, les chiffres sont plus en phase avec la réalité économique.

hadopi part identification

Comment expliquer ces différences ? 

On peut en déduire plusieurs pistes d’explications : celle d’un bug technique évacuée, on pourrait prétendre que la mécanique Hadopi est plus laxiste avec tel FAI, plus rugueuse avec tel autre. Mais on voit mal les raisons qui justifieraient pareille discrimination, d'ailleurs illicite sur l'autel du principe d'égalité.

Plus sérieusement, les données révèleraient une typologie comportementale différente selon les FAI, où les lignes des abonnés Orange seraient moins enclines à servir aux échanges P2P que celles des concurrents. Sur le terrain du droit d’auteur, cette hypothèse doit de toute évidence être relativisée car la Hadopi ne s’occupe que de l’univers du peer to peer, non du direct download par exemple. Rien ne dit, en d’autres termes, que les abonnés chers à Stéphane Richard soient moins amateurs de contenus protégés consommés hors des clous de la légalité. 

Une procédure CADA toujours en cours 

Nous n’avons pas obtenu l’intégralité du rapport de l’IGF par le biais d'une demande de communication. Nous avons donc décidé de poursuivre cette procédure CADA afin d'obtenir la pièce dans sa totalité, en visant spécialement l’Inspection générale des Finances et le ministère de la Culture.

Selon nos informations, l’un des tableaux du document caviardé mentionne par exemple le taux d’identification d’IP par FAI. Et les résultats sont peu glorieux pour l’un des opérateurs.

49 commentaires
Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 25/04/17 à 14:01:43

C'est bien mais il faudrait une période plus grande que 2 mois pour en tirer un peu plus d'infos.
Cela dit entre les promos agressives qui font changer les gens de FAI et les périodes plus ou moins propices à télécharger en masse (coucou GoT), difficile de statuer...

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 25/04/17 à 14:05:13

Selon nos informations, l’un des tableaux du document caviardé mentionne par exemple le taux d’identification d’IP par FAI. Et les résultats sont peu glorieux pour l’un des opérateurs.

Quel est ce mystérieux FAI qui va devenir le 1er FAI de France ? ^^

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 25/04/17 à 14:07:07

les données révèleraient une typologie comportementale différente selon les FAI, où les lignes des abonnés Orange seraient moins enclines à servir aux échanges P2P que celles des concurrents.

Ou alors la HADOPI préfère les IP fixes.... allez savoir...

Avatar de CreaYouz INpactien
Avatar de CreaYouzCreaYouz- 25/04/17 à 14:08:52

Il y a plus de débit chez Orange ils sont passé directe au streaming en 1080p :8

Avatar de hellmut Abonné
Avatar de hellmuthellmut- 25/04/17 à 14:10:53

elon nos informations, l’un des tableaux du document caviardé mentionne par exemple le taux d’identification d’IP par FAI. Et les résultats sont peu glorieux pour l’un des opérateurs.

ça doit être celui à qui tout le monde pense, non? :transpi:

Avatar de Narm INpactien
Avatar de NarmNarm- 25/04/17 à 14:12:40

Je remarque dans mon activité professionnelle (dépannage et formation informatique à domicile) que les personnes âgées ont le plus souvent tendance à être chez "l'opérateur historique" et s'intéresser peu au piratage. 
Au contraire de couples plus jeunes, notamment ceux qui possèdent des ados ; je pense que ça joue fortement dans ces statistiques. 

Avatar de BlackYeLL Abonné
Avatar de BlackYeLLBlackYeLL- 25/04/17 à 14:15:13

Je ne le trouve pas super compréhensible le deuxième tableau.

Avatar de Jungledede Abonné
Avatar de JunglededeJungledede- 25/04/17 à 14:16:16

127.0.0.1 a écrit :

Ou alors la HADOPI préfère les IP fixes.... allez savoir...

pour HADOPI ça ne change rien, ils demandend aux FAI qui c'est le con qui c'est fait chopé tel jours/tel heure.

Et le FAI sait très bien à qui il à filé telle IP, tel jours à tel heure ;)

Il n'y a gère contre les kisikoné des pays de l'est que les IP dynamiques ont un avantage..., et encore...

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 25/04/17 à 14:17:27

BlackYeLL a écrit :

Je ne le trouve pas super compréhensible le deuxième tableau.

2 premières colonnes: flashage et % (parts) de chaque opérateur
2 suivantes : abonnés et part de marché "réelles" (càd sans lien avec Hadopi).
Puis l'écart entre les deux %

Avatar de sephirostoy Abonné
Avatar de sephirostoysephirostoy- 25/04/17 à 14:18:08

Numérimerde = cable = campagne = Mme Michu = peu de tipiak.
J'ai bon ? :D

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5