Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Google détaille désormais les articles de fact-checking en France

Avec quelques petites lignes
Internet 2 min
Google détaille désormais les articles de fact-checking en France
Crédits : monkeybusinessimages/iStock

Google et son agrégateur d'actualités fournissent plus de détails sur les vérifications de faits, au moment où les médias n'ont que les fake news à la bouche. Les articles en question proviennent de sources reconnues par l'entreprise, qui intègrent des balises spécifiques à leurs pages.

Le tri du bon grain de l'ivraie de l'information continue chez les géants du Net. Google vient d'annoncer étendre partout dans le monde, y compris en France, son label « Vérification de faits ». Dans les recherches Google et les sujets sur Google Actualités, il permet de signaler les articles de fact-checking, comme le sont déjà d'autres productions, comme les opinions ou les éditoriaux. La fonction avait été inaugurée en octobre dans plusieurs pays, avec son incubateur Jigsaw.

Les résultats « d'autorité » détaillés

Désormais, en recherchant un sujet d'actualité, Google tentera de mettre en avant un résultat « d'autorité », avec un module contenant le détail de la vérification (le lien vers l'article, la déclaration vérifiée, son auteur et le verdict du média). L'internaute doit donc voir en quelques secondes si ce qu'il recherche est (plutôt) vrai ou faux, selon des médias reconnus, comme PolitiFact outre-Atlantique.

Le moteur de recherche rappelle tout de même qu'« il est possible que différents éditeurs aient vérifié la même déclaration tout en arrivant à des conclusions différentes ». Les résultats détaillés, s'ils font autorité, ne doivent donc pas être considérés comme des vérités absolues. Ce détail reste d'ailleurs un choix de l'éditeur, qui doit intégrer le modèle ClaimReview de schema.org, pour que les articles concernés apparaissent sous ce format. Ils peuvent aussi passer par le snippet Share the Facts clés-en-main, co-conçu par Jigsaw.

Des médias identifiés en amont

Les médias en question doivent bien avoir été identifiés comme de confiance par Google. L'entreprise s'en réfère principalement à « la communauté du fact-checking » liée au Reporters Lab, comptant six membres en France, dont Désintox de Libération, Facta Media ou Les Décodeurs du Monde, à l'origine de l'outil d'identification des sources Décodex, en partie financé par Google.

Cette annonce intervient en pleine offensive des GAFA pour rassurer médias et politiques. Facebook s'illustre depuis novembre par la multiplication des initiatives en faveur des éditeurs de presse, via son Journalism Project, officialisé en janvier. Dernièrement, l'entreprise se serait d'ailleurs dite prête à rémunérer ceux qui contribuent à son système de signalement de fausses nouvelles (fake news), en lançant un outil d'éducation aux médias.

Notons que les deux sociétés, Facebook et Google, prennent des directions complémentaires sur le sujet. Quand la première tente d'identifier les contenus peu fiables (voire trompeur), la seconde prend le parti de mettre en valeur des sources de confiance, en reléguant mécaniquement celles moins connues ou moins fiables. 

Si les éditeurs français s'y associent, certains demandent tout de même au futur président des garanties face aux géants du Net, via une longue liste de doléances portée par le GESTE (voir notre analyse).

27 commentaires
Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 10/04/17 à 14:09:11

Fact-checking ? Faut se mettre à la page bonhomme. :fumer:

Avatar de Chandon Abonné
Avatar de ChandonChandon- 10/04/17 à 14:12:18

On peut avoir une capture d'un exemple concret ?

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 10/04/17 à 14:14:01

Je trouvais que grand frère s'était un peu relâché ces derniers temps, mais me voila rassuré.
L'information sera désormais vérifiée par l'autorité compétente.

Je me sens déjà dans un monde meilleur.

Avatar de jojofoufou INpactien
Avatar de jojofoufoujojofoufou- 10/04/17 à 14:22:16

C'est quand même flippant de constater l'hégémonie des GAFA.

On critique souvent les Bolloré / Dassault / Niel / Pinault, qui ont investi massivement dans les media, mais au final, ce sont les Facebook et Google qui se transforment en meta-directeurs-de-la-redaction.

Avatar de Northernlights Abonné
Avatar de NorthernlightsNorthernlights- 10/04/17 à 14:44:05

Faut voire en même temps les actions concrètes lancé face aux fake news en France...

Avatar de taxalot Abonné
Avatar de taxalottaxalot- 10/04/17 à 14:54:38

Autant on peut critiquer qu'un moteur de recherche s'engage à distinguer ce qui est vrai, selon lui, du faux car c'est une atteinte à la neutralité du net'....

Autant si cela pouvait permettre de faire un peu de ménage et emmerder quelques sites louches à succès, ça ne me dérange pas le moindre du monde.

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 10/04/17 à 15:18:12

taxalot a écrit :

Autant on peut critiquer qu'un moteur de recherche s'engage à distinguer ce qui est vrai, selon lui, du faux car c'est une atteinte à la neutralité du net'....

Autant si cela pouvait permettre de faire un peu de ménage et emmerder quelques sites louches à succès, ça ne me dérange pas le moindre du monde.

:chinois:

(NB : aucun rapport avec la neutralité du Net, qui concerne la QoS sur le réseau, pour faire simple).

Édité par OlivierJ le 10/04/2017 à 15:18
Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 10/04/17 à 15:20:40

jojofoufou a écrit :

C'est quand même flippant de constater l'hégémonie des GAFA.

On critique souvent les Bolloré / Dassault / Niel / Pinault, qui ont investi massivement dans les media, mais au final, ce sont les Facebook et Google qui se transforment en meta-directeurs-de-la-redaction.

Les directeurs de rédaction continueront comme avant.
Les sites foireux aussi malheureusement.

Northernlights a écrit :

Faut voire en même temps les actions concrètes lancé face aux fake news en France...

Oui ça joue seulement à la marge je pense.

Au fait, pour tout le monde et aussi pour la rédaction de NXI : c'est dommage d'en rester aux anglicismes, aux "fake news" et au "fact checking".

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 10/04/17 à 15:28:30

Northernlights a écrit :

Faut voire en même temps les actions concrètes lancé face aux fake news en France...

En effet. Rien n'est fait contre Pujadas et ses mensonges...

Avatar de Corendiel INpactien
Avatar de CorendielCorendiel- 10/04/17 à 15:40:56

Algorithme de recherche de google est déjà partial et promeut les pages qui sont le plus référencées par d'autres sites. A l'heure des réseau sociaux, des blogs et des médias qui relèguent des infos sans les avoir vérifié l'algo n'est plus aussi efficace.  Ils est normal qu'ils cherchent des solutions pour fournir des résultats de recherche de qualité. Le but étant d'aider les gens a trouver l'information qu'ils cherchent rapidement. 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3