Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Au Royaume-Uni, Havas et de grands groupes coupent leurs publicités chez Google

Un Brexit avant l'heure
Internet 3 min
Au Royaume-Uni, Havas et de grands groupes coupent leurs publicités chez Google
Crédits : Medioimages/Photodisc/Thinkstock

Le gouvernement britannique, Havas et de grandes entreprises ont mis en pause leurs investissements publicitaires chez Google en Grande-Bretagne. Plusieurs médias pointent le financement de vidéos liées au terrorisme par la plateforme du groupe américain, malgré ses promesses sur le sujet.

Depuis quelques jours, les services publicitaires de Google perdent de grands groupes, parmi lesquels le géant français Havas. Des enquêtes ont révélé que des publicités sur des services comme YouTube étaient affichées aux côtés de contenus « inappropriés », certains étant même accusés de promotion du terrorisme. La fronde du secteur privé a démarré le 17 mars, avec une liste d'opposants grandissant de jour en jour.

Fuite importante de clients pour Google UK

Le plus marquant de ces désaveux est donc venu de Havas, qui dépense 175 millions de livres par an dans la publicité en ligne outre-Manche. L'entreprise annonce avoir mis en pause ses achats sur Google et YouTube pour ses clients britanniques, tant qu'il n'aura pas de garantie sur les filtres appliqués aux contenus associés aux annonces. Parmi ces clients figurent de grands noms, comme la BBC, Dominos, l'opérateur O2 et Royal Mail.

« Nous resterons sur cette position jusqu'à ce que nous ayons à nouveau confiance dans la capacité de YouTube et du réseau publicitaire de Google de tenir les standards que nos clients attendent » annonce Havas, cité par The Guardian. Cette décision suit une rupture des discussions avec le groupe américain, déclare la branche britannique. À l'AFP, Yannick Bolloré, président du groupe, désavoue la décision de sa filiale, rappelant ses liens forts avec Google. Le groupe publicitaire britannique WPP critique également le système de Google, sans avoir pour le moment retiré ses annonces.

Des publicités affichées sur des vidéos « inappropriées »

Dans une enquête, The Times révèle notamment que des publicités pour des organismes étatiques et les abonnements de The Guardian ont été affichées sur des vidéos YouTube faisant l'apologie du terrorisme. Ils toucheraient sept euros pour 1 000 vues.

Dans une lettre datée du 17 mars (PDF), la Commission parlementaire des affaires intérieures demande le remboursement des annonceurs dont les publicités sont apparues sur des contenus inappropriés. Le sujet évoqué est National Action, un groupe considéré comme lié au terrorisme par le gouvernement britannique, dont des vidéos seraient toujours présentes sur la plateforme... Malgré les garanties apportées par Google quelques jours avant, de la publicité est toujours affichée aux côtés de ces contenus « haineux ».

Au Guardian, le gouvernement affirme avoir mis en pause ses publicités sur YouTube jusqu'à ce que des garanties soient apportées par Google sur le sujet. Il a été suivi par de nombreuses entreprises comme Audi, BT, Channel4, HSBC, L'Oréal, Lloyds, Marks and Spencer, McDonald's, Sky ou encore Vodafone. The Guardian a également annoncé suivre cette voie. 

Le coupable désigné est AdX, la plateforme de publicité programmatique de Google, qui place des annonces dans des espaces à louer via un système d'enchères. Au quotidien, Ronan Harris, directeur de Google UK assure l'arrivée de changements dans les prochaines semaines, permettant un meilleur contrôle des marques sur les contenus liés à leurs publicités, après une analyse de sa politique publicitaire... Malgré des filtres déjà en place, notamment « brand safety ». Il reste donc à voir si cela suffira à apaiser l'ire de ces importants clients.

28 commentaires
Avatar de uzak INpactien
Avatar de uzakuzak- 20/03/17 à 14:43:54

Si les terroristes arrivent à nous débarrasser de la publicité, ce serait un comble.

Avatar de Keizo Abonné
Avatar de KeizoKeizo- 20/03/17 à 14:58:27

Pas vraiment ça.
Mais qu'ils forcent Google a nettoyer devant sa porte en vérifiant sur quel site ils partagent leur pubs c'est deja pas mal.
Ça permettrait d'éviter que la pub finance des sites peu recommandables et qui feraient mieux de ne pas exister.

Tu imagines être une boite qui vend des flingues (genre smith and wesson) et voir tes pubs arriver sur des sites internet qui prônent le terrorisme et le meurtre de masse ?
(Enfin tu pourrais être Amazon et être sur ces même site ça serait tout aussi flippant)

Avatar de LostSoul Abonné
Avatar de LostSoulLostSoul- 20/03/17 à 14:59:30

uzak a écrit :

Si les terroristes arrivent à nous débarrasser de la publicité, ce serait un comble.

Comme quoi, à quelque chose malheur est bon ...

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 20/03/17 à 14:59:50

J'ai entendu parler à France Inter dans l'Instant Médias (le matin à 9h40) d'une association britannique qui a alerté sur les publicités via google qui permettent de faire vivre des sites douteux, je n'arrive pas à retrouver son nom. Apparemment ses membres sont assez actifs vu le retrait qu'on voit.

Avatar de misterB Abonné
Avatar de misterBmisterB- 20/03/17 à 15:00:02

À l'AFP, Yannick Bolloré, président du groupe, désavoue la décision de sa filiale, rappelant ses liens forts avec Google.

C'est très con ça.

Le Guardian s'est retrouvé avec des pub avant une vidéo du KKK sur Youtube, pas top pour la crédibilité du Journal du coup :D

Avatar de NeedSumSleep INpactien
Avatar de NeedSumSleepNeedSumSleep- 20/03/17 à 15:01:13

Sauf que j'aimerai savoir qui définira ce qui est terroriste et ce qui ne l'est pas...

Avatar de misterB Abonné
Avatar de misterBmisterB- 20/03/17 à 15:03:28

Le plus ironique restant que certains youtube se font démonétiser si ils disent Fuck et des extrémistes style KKK ou autre ont donc toujours accès à la pub :mdr2::mdr2::mdr2:

Avatar de domFreedom INpactien
Avatar de domFreedomdomFreedom- 20/03/17 à 15:08:54

Tant que y'a pas de pubs montrant des bouts de seins sur les trailers YT de chez Disney, ça va ! :transpi:

Avatar de Paraplegix Abonné
Avatar de ParaplegixParaplegix- 20/03/17 à 15:14:18

En fait pour ces entreprises, c'est surtout leurs ras le bol concernant google qui est pas foutu de contrôler chez qui s'affiche leurs pub.
Ce n'est pas le "terrorisme" en général, ici il n'est utiliser que comme un thème parmis tant d'autres qui sont « inappropriés ».

Édité par Paraplegix le 20/03/2017 à 15:16
Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 20/03/17 à 15:16:25

Ce qui m'étonne, c'est que les seins, ça n'a jamais choqué les enfants en bas âge...
Sinon, ils auraient des problèmes.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3