Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Riot Games remporte son procès contre l'éditeur de logiciels de triche LeagueSharp

Cheater, arrête de cheater !
Riot Games remporte son procès contre l'éditeur de logiciels de triche LeagueSharp

Nombreux sont ceux qui tentent de faire fortune en vendant des logiciels permettant de tricher dans plusieurs jeux populaires. L'éditeur de l'outil LeagueSharp en faisait partie mais son aventure s'est brutalement arrêté au détour d'un procès, remporté par Riot Games.

LeagueSharp, un petit éditeur de logiciels, s'est attiré les foudres de l'éditeur de League of Legends. Celui-ci lui reproche de mettre à la disposition du public un outil permettant d'automatiser un certain nombre d'actions en jeu. Ceci afin que les joueurs puissent accumuler des points pour acheter de nouveaux personnages, des runes ou d'autres bonus divers.

Un éventail complet de services

Plusieurs niveaux de prestations étaient proposés par LeagueSharp. On retrouvait par exemple des scripts capables d'automatiser complètement l'utilisation d'un champion, bien pratiques quand on veut farmer sans se fatiguer, ni même être devant son écran, et d'autres plus spécifiques, capables par exemple d'automatiser les esquives de projectiles adverses. De quoi se faire passer auprès de ses compagnons de jeu pour bien meilleur qu'on ne l'est vraiment. 

Pour ces services, LeagueSharp, qui comptait plusieurs dizaines de milliers de clients, facturait des sommes comprises entre 15 et 50 euros par mois. Des tarifs qui permettaient également aux joueurs d'avoir accès à des macros type « Space Bar to Win », qui selon l'éditeur du logiciel de triche « déclenche des combos parfaits en une fraction de seconde, bien plus rapidement qu'il est humainement possible de le faire ».

L'offre la plus chère elle, permettait de faire fonctionner simultanément plusieurs comptes en complète autonomie. Un produit qui s'adressait notamment aux revendeurs de comptes, fournissant aux joueurs des identifiants clés en main, avec un profil au niveau maximum et quelques personnages débloqués.

Des poursuites lancées rapidement

Pour Riot Games, l'existence de ce logiciel de triche est une menace pour l'avenir de League of Legends. Si l'expérience de jeu venait à être durablement sapée par la présence régulière de centaines de milliers de tricheurs, le titre pourrait très bien être abandonné par une partie de sa communauté qui pourrait alors se tourner vers la concurrence. Ce mouvement priverait ainsi Riot de précieux revenus. Avant que ce phénomène ne prenne une trop grande ampleur, l'entreprise a décidé de porter l'affaire en justice dès le mois d'août dernier, relève Dot Esports.

Outre la violation du désormais célèbre « Digital Millenium Copyright Act » (DMCA), Riot Games a également poursuivi LeagueSharp pour infiltration dans un système informatique, accusant l'éditeur d'avoir fait fuiter des informations personnelles concernant un de ses employés.

Un verdict sans appel

Six mois plus tard, le verdict dans cette affaire a été rendu, devant le juge Ronald S.W. Lew du district central de la Californie. Celui-ci a accordé 10 millions de dollars de dommages à Riot Games pour le préjudice subi, et contraint LeagueSharp à confier l'ensemble de ses sites et propriétés intellectuelles à l'éditeur de League of Legends.

Il est à noter que LeagueSharp a bien essayé de promettre de cesser toute activité afin d'échapper à une lourde sanction financière, mais l'argument n'a visiblement pas fait mouche. Les serveurs de League of Legends devraient désormais être un peu plus tranquilles, jusqu'au développement du prochain système de triche.

Des précédents en nombre

Riot Games n'est pas le seul éditeur à avoir pris la question de la triche à bras le corps, avec plus ou moins de succès. On se souviendra par exemple que Blizzard s'est récemment attaqué à Bossland, le vendeur des « BuddyBots » qui a déployé une série de logiciels pour tricher sur Overwatch. Bossland se dit d'ailleurs confiant quant à l'issue de cette nouvelle procédure, brandissant de précédentes victoires contre le géant américain. 

En 2014, Valve avait dû faire face à un scandale autour des plus prestigieuses compétitions sur Counter-Strike Global Offensive. Des joueurs de très haut niveau se sont ainsi fait prendre la main dans le sac renonçant à leur carrière dans la foulée. Dans le cas de League of Legends, aucune utilisation en tournoi officiel ne semble avoir été remarquée.

43 commentaires
Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 06/03/17 à 15:38:52

est-ce qu'on ne peut pas considérer que le fait de prendre de meilleurs avocats que la partie adverse est une forme de tricherie dans un procès ?

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 06/03/17 à 15:40:50

Plusieurs niveaux de prestations étaient proposés par LeagueSharp. On retrouvait par exemple des scripts capables d'automatiser complètement l'utilisation d'un champion, bien pratiques quand on veut farmer sans se fatiguer, ni même être devant son écran, et d'autres plus spécifiques, capables par exemple d'automatiser les esquives de projectiles adverses. De quoi se faire passer auprès de ses compagnons de jeu pour bien meilleur qu'on ne l'est vraiment.
Quel intérêt.... ?

Avatar de J@ckHerror Abonné
Avatar de J@ckHerrorJ@ckHerror- 06/03/17 à 15:42:13

Si cela pouvait faire boule de neige ce serait pas mal.
Jamais compris l'intérêt de cheater... 

Mais je me pose une question, dans ce cas si il y a eu jugement parce que les 2 boites sont américaines !?! 
Mais pour les boites éditrice qui sont localisée à Singapore ??? pas vraiment possible d'avoir le même jugement ?!?

  « déclenche des combos parfaits en une fraction de seconde, bien plus rapidement qu'il est humainement possible de le faire »Je suis pas un expert du truc, mais c'est pas possible de mettre une tempo ou équivalent qui empêche d'être au-delà des capacités humaines ?? bon ce n'est qu'une partie du problème ...
 

  

Avatar de uzak INpactien
Avatar de uzakuzak- 06/03/17 à 15:43:28

Le pognon !! !
Comme au cyclisme, tu triches pour être le meilleur et signer les plus gros contrats et te faire des millions de brouzoufs !!

Avatar de Krogoth Abonné
Avatar de KrogothKrogoth- 06/03/17 à 15:44:15

picatrix a écrit :

est-ce qu'on ne peut pas considérer que le fait de prendre de meilleurs avocats que la partie adverse est une forme de tricherie dans un procès ?

Les avocats sont juste des items. Dans un jeux rien n'interdit d'acheter des items très cher.

Avatar de uzak INpactien
Avatar de uzakuzak- 06/03/17 à 15:44:32

J@ckHerror a écrit :

« déclenche des combos parfaits en une fraction de seconde, bien plus rapidement qu'il est humainement possible de le faire »Je suis pas un expert du truc, mais c'est pas possible de mettre une tempo ou équivalent qui empêche d'être au-delà des capacités humaines ?? bon ce n'est qu'une partie du problème ...

Pas mieux. Si t'as une 'hitbox' temporelle trop courte, faut pas se plaindre qu'elle soit exploitée..

Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 06/03/17 à 15:45:35

Anéfé, c'est un pay to win.

Avatar de Alameda INpactien
Avatar de AlamedaAlameda- 06/03/17 à 15:46:57

J@ckHerror a écrit :

« déclenche des combos parfaits en une fraction de seconde, bien plus rapidement qu'il est humainement possible de le faire »Je suis pas un expert du truc, mais c'est pas possible de mettre une tempo ou équivalent qui empêche d'être au-delà des capacités humaines ?? bon ce n'est qu'une partie du problème ...

Pas vraiment, imagine que quelqu'un (par chance ou anticipation) déclenche le skill pile poil au bon moment, ça ne marcherait pas parce que l'éditeur a rajouté un tempo "alacon" ? Surtout que bon ça n'empécherait de décaller les actions de X millisecondes pour contourner la solution (et si jamais tu pensais à variabiliser c'est probablement la pire des idées).
Bref bien plus simple de résoudre le problème à la source.

Après ça n'empêche pas de faire des macros "clef en main" via les logiciels officielles de logitech/razer/etc.. pour faire des combos de fou.

Ils se sont surtout battu contre les bots ;)

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 06/03/17 à 15:47:09

En quoi la justice doit s'occuper de ça ?
Quelle disposition de DMCA a été violée ?
C'est comme si quelqu'un dévoilait une manière de tricher au Monopoly...

Bientôt les créateurs de manettes avec fonction Turbo en prison ?

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 06/03/17 à 15:52:37

jackjack2 a écrit :

En quoi la justice doit s'occuper de ça ?
Quelle disposition de DMCA a été violée ?
C'est comme si quelqu'un dévoilait une manière de tricher au Monopoly...

Bientôt les créateurs de manettes avec fonction Turbo en prison ?

il y a de l'argent en jeu donc ils ont été au tribunal

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5