Google se sépare de son activité d'imagerie par satellite

Terra bye-bye
Economie 3 min
Google se sépare de son activité d'imagerie par satellite
Crédits : BlackJack3D/iStock

À peine deux ans après son rachat, Google se sépare de Terra Bella, sa branche dédiée à l'imagerie par satellite. Planet, une autre start-up spécialisée dans ce domaine, en profite pour se renforcer et ajouter le moteur de recherche à ses clients.

En 2014, Google annonçait le rachat de SkyBox, une entreprise spécialisée dans l'imagerie satellite disposant de plusieurs appareils en orbite, pour la modique somme de 500 millions de dollars. L'idée était alors de s'appuyer sur ces satellites pour améliorer le contenu offert par Maps, mais également d'exploiter le savoir-faire de l'entreprise pour amener un accès à Internet dans les zones touchées par des catastrophes.

La jeune pousse annonçait aussi qu'elle pourrait participer à d'autres programmes de Google, notamment ceux gravitant autour des véhicules autonomes.

De Skybox a Terra Bella

Récemment rebaptisée Terra Bella, l'entreprise poursuit ses activités dans l'imagerie satellite, mais cela ne se fera plus sous la houlette du géant de Mountain View. Une autre start-up, Planet, vient en effet d'annoncer l'acquisition de Terra Bella, qui quitte donc le groupe Alphabet. 

Ni Alphabet ni Planet n'ont dévoilé les détails financiers de la transaction, mais il y a fort à parier que la maison mère de Google n'a pas réalisé une très belle affaire. En effet, Planet dispose de moyens relativement limités. La société a procédé à plusieurs levées de fonds et de dettes entre 2013 et 2015 qui lui ont permis de collecter environ 183 millions de dollars et n'a donc pas nécessairement les reins assez solides pour proposer de quoi permettre à Google de récupérer sa mise.

Selon Techcrunch, les négociations préliminaires tournaient autour de 300 millions de dollars. L'annonce des prochains résultats trimestriels d'Alphabet en avril permettra peut-être d'y voir un peu plus clair en scrutant le montant des dépréciations enregistrées par l'entreprise entre janvier et mars.

Planet récupère un gros client

Dans le billet de blog annonçant la nouvelle, Planet explique que cette opération lui permet de récupérer sept satellites d'observation SkySat, capables de prendre des clichés avec une résolution d'un pixel pour un peu moins d'un mètre. Celle-ci lui permettra de compléter sa flotte jusqu'ici composée de 60 appareils moins performants, avec une résolution comprise entre 3 et 5 mètres par pixel.

Terra Bella
La région d'Aix en Provence, photographiée par un satellite SkySat - Crédits : Terra Bella

Planet précise également que ces nouveaux satellites auront vocation à alimenter sa base de données de photographies terrestres, que l'entreprise commercialise ensuite à diverses fins. Parmi ses clients, on retrouvera Google, qui a profité de la vente de Terra Bella pour signer un contrat s'étendant sur plusieurs années, lui permettant d'acheter les images dont il a besoin, pour alimenter son service Maps par exemple. Le géant du Net s'approvisionne également chez d'autres fournisseurs, dont la NASA (avec le satellite Landsat 8 par exemple).

Il est enfin à noter que la start-up assure qu'un « certain nombre d'employés de Terra Bella rejoindront Planet pour poursuivre leurs travaux », sous-entendant qu'une fraction d'entre eux ne font pas partie du voyage, et leur sort n'a pas été précisé pour l'instant.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !