Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Mad Catz accumule de nouvelles pertes et risque sa place en bourse

Bad Catz
Economie 4 min
Mad Catz accumule de nouvelles pertes et risque sa place en bourse
Crédits : A-wrangler/iStock/Thinkstock

Le fabricant de périphériques Mad Catz connait une période très compliquée. Lourdement déficitaire, l'entreprise est menacée de perdre sa place sur les marchés boursiers américains en raison de la trop faible valeur de ses actions.

Il y a un peu moins de deux ans, nous notions déjà que Mad Catz traversait une passe difficile. L'entreprise spécialisée dans la production de périphériques de jeu comptait alors sur les ventes de Rock Band 4 pour se refaire une santé, ce alors que son cabinet comptable s'inquiétait de sa capacité à recouvrir les lignes de crédits alors ouvertes. Le cabinet KPMG évoquait ainsi dans le rapport annuel de la société des « incertitudes levant un doute substantiel quant à la capacité de l'entreprise à poursuivre ses activités ».

De son côté, la directrice financière expliquait : « Nous avons déjà violé plusieurs fois les clauses restrictives de nos dettes par le passé et Wells Fargo nous a toujours soutenu. Malheureusement, KPMG [le cabinet chargé de l'audit, ndlr] ne peut pas être certain que Wells Fargo fera de même cette fois-ci, c'est pour cela qu'ils ont dû inclure ce langage ». Si les questions de solvabilité sont aujourd'hui moins pressantes, notamment grâce à la vente de Saitek à Logitech pour 13 millions de dollars, Mad Catz reste dans une situation délicate.

Des comptes encore dans le rouge

Sur les neuf premiers mois de l'exercice fiscal en cours, Mad Catz a enregistré 44,7 millions de dollars de chiffre d'affaires (en baisse de 62 % sur un an) avec un résultat brut de seulement 1,7 million de dollars, en recul de 93 % sur l'année. La marge brute de l'entreprise s'établit à 3,8 %, contre 19,9 % un an plus tôt. Une valeur extrêmement basse. 

Les pertes opérationnelles sur les neuf derniers mois ont été multipliées par presque 40 par rapport à 2015 et atteignent 3,27 millions de dollars. Le résultat net est quant à lui stable, mais il est tout de même question de 4,17 millions de dollars de pertes. 

Côté trésorerie, la situation est elle aussi assez compliquée. Mad Catz dispose de 1,6 million de dollars de liquidités et attend le règlement de factures d'un montant de 8,28 millions de dollars. De l'autre côté de la balance, des créanciers attendent le versement de 19,1 millions de dollars, sans parler d'emprunts s'élevant à 12,21 millions de dollars. La société explique toutefois avoir négocié avec certains de ses fournisseurs pour assainir leur situation, ce qui a mené au reclassement de 3,5 millions de dollars de factures en dettes à long terme.

Les casques audio en sauveurs ?

Dans son dernier rapport trimestriel, Mad Catz assure avoir de bons espoirs pour la suite des évènements, notamment grâce à la signature d'un accord de distribution avec un gros revendeur aux États-Unis. Cependant, ses difficultés de trésorerie posent quelques soucis d'approvisionnement au fabricant, qui doit compenser ces retards en expédiant ses produits par avion, ce qui augmente significativement ses coûts et ronge ses marges, déjà faibles.

En tête des ventes du constructeur, on retrouve les casques audio (51 % du chiffre d'affaires), suivi par les contrôleurs Rock Band 4 (18 %) puis les claviers et souris (13 %). La marque Tritton compte à elle seule pour 50 % des revenus enregistrés ces neuf derniers mois pour l'entreprise contre 23 % pour Mad Catz. Fort logiquement, la société vante donc ses casques Tritton comme étant l'une des clés qui pourrait l'aider à sortir de l'impasse, à condition que les nœuds dans sa chaine approvisionnement se démêlent.

La bourse de New York fronce les sourcils

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, Mad Catz a également reçu une « lettre de déficience » signée de NYSE, l'entreprise gérant le New York Stock Exchange. Elle explique que le cours des actions de la société est bien trop bas pour assurer sa présence sur les marchés. Celui-ci est en effet resté pendant plusieurs mois sous la barre des 20 cents, avant de descendre ces derniers jours en dessous des 8 cents, après une chute de plus de 80 % en un an.

Le NYSE réclame donc que Mad Catz procède sous six mois à des ajustements qui lui permettraient de montrer « une amélioration durable » de la valeur unitaire des actions de l'entreprise. Dans le cas contraire, l'entreprise pourrait être délistée de ce marché.

Pour résoudre cet épineux problème, Mad Catz envisage d'effectuer un reverse split de ses titres. Le principe est de fusionner plusieurs actions de faible valeur en une seule représentant une part plus importante de la société et donc plus chère. Cette idée sera soumise au vote des actionnaires lors de leur prochaine assemblée générale.

18 commentaires
Avatar de Tchikow INpactien
Avatar de TchikowTchikow- 07/02/17 à 14:17:44

En tête des ventes du constructeur, on retrouve les casques audio (51 %
du chiffre d'affaires), suivi par les contrôleurs Rock Band 4 (18 %)
puis les claviers et souris
(13 %). La marque Tritton compte à elle seule pour 50 % des revenus
enregistrés ces neuf derniers mois pour l'entreprise contre 23 % pour
Mad Catz.

Déjà quand je vois la "qualité" de leurs produits, ça ne m'étonne qu'à moitié qu'ils soient un peu dans les choux. Mais ça m'étonne encore qu'ils arrivent à vendre du Tritton par palettes entières. Franchement dans leur gamme de prix il y a mieux ou moins cher pour une qualité similaire voire supérieure...

Franchement s'ils étaient amenés à disparaître je ne les pleurerais pas trop...

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 07/02/17 à 14:37:56

la directrice financière a écrit :

« Nous avons déjà violé plusieurs fois les clauses restrictives de nos dettes par le passé et Wells Fargo nous a toujours soutenu.

ça ressemble tellement au discours d'un joueur qui espère se refaire à la prochaine main :eeek2:

Avatar de Vachalay INpactien
Avatar de VachalayVachalay- 07/02/17 à 14:48:40

WereWindle a écrit :

ça ressemble tellement au discours d'un joueur qui espère se refaire à la prochaine main :eeek2:

Ou à celle d'un état qui ne respecte pas les 3% de deficit alors qu'il est endetté jusqu'au cou pour des dépenses de fonctionnement...

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 07/02/17 à 14:50:25

Vachalay a écrit :

Ou à celle d'un état qui ne respecte pas les 3% de deficit alors qu'il est endetté jusqu'au cou pour des dépenses de fonctionnement...

aussi, oui :transpi:

Avatar de Groaaa INpactien
Avatar de GroaaaGroaaa- 07/02/17 à 15:24:03

Bad kitty ! Baaaad kitty !

 À côté l'autre marque au chat Roccat a l'air de bien se porter. :chinois:

Édité par Groaaa le 07/02/2017 à 15:24
Avatar de DRunco INpactien
Avatar de DRuncoDRunco- 07/02/17 à 17:02:12

Je les connais uniquement pour le Rhino X-55, c'est de l'assez bon materiel à un prix abordable. Après effectivement, c'est pas la grosse majorité de leur gamme.

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 07/02/17 à 18:00:57

3% qui sont totalement arbitraires et ne correspondent à rien :reflechis:

Avatar de Vachalay INpactien
Avatar de VachalayVachalay- 07/02/17 à 18:34:42

loser a écrit :

3% qui sont totalement arbitraires et ne correspondent à rien :reflechis:

Tout à fait d'accord avec toi :chinois: . Pour moi l'Etat devrait être excédentaire.

Avatar de sr17 INpactien
Avatar de sr17sr17- 07/02/17 à 19:33:39

WereWindle a écrit :

ça ressemble tellement au discours d'un joueur qui espère se refaire à la prochaine main :eeek2:

Ce n'est pas comparable, c'est même tout l'inverse.

Statistiquement, plus un joueur de casino va jouer, plus ses chances de perdre augmentent.

A l'inverse, plus un entrepreneur va jouer, plus son expérience augmentera et donc ses chances de gagner.

Et il faut garder à l'esprit que l'entreprise sans prise de risque, ça n'existe pas...

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 07/02/17 à 19:41:32

sr17 a écrit :

Ce n'est pas comparable, c'est même tout l'inverse.

Statistiquement, plus un joueur de casino va jouer, plus ses chances de perdre augmentent.

A l'inverse, plus un entrepreneur va jouer, plus son expérience augmentera et donc ses chances de gagner.

Et il faut garder à l'esprit que l'entreprise sans prise de risque, ça n'existe pas...

croire qu'une banque te soutiendra tout le temps en dépit de tes résultats merdiques, c'est encore plus dingue, de mon point de vue.
Oui, il faut de la prise de risque qui est nécessaire à l'innovation voire au succès, on est d'accord mais un poil de lien avec le réel (du genre ton produit ne plait pas suffisamment pour que tu puisses un jour te refaire) ça me semble important aussi.
(Après, à quel point on doit arriver avant de considérer que c'est foutu, c'est à chacun d'en juger, je crois)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Des comptes encore dans le rouge
  • Les casques audio en sauveurs ?
  • La bourse de New York fronce les sourcils
S'abonner à partir de 3,75 €