Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

En difficulté, Toshiba veut vendre une partie de sa branche dédiée aux puces NAND

La fin justifie les moyens
Economie 2 min
En difficulté, Toshiba veut vendre une partie de sa branche dédiée aux puces NAND
Crédits : Ridofranz/iStock

En pleine tourmente, Toshiba vient d'annoncer vouloir faire de sa branche dédiée à la production de mémoire NAND et de SSD une entreprise indépendante. Une manœuvre qui permettrait au géant nippon de faire entrer de l'argent frais en cédant une partie de cette activité.

Les temps sont très durs pour Toshiba. Le géant japonais avait déjà été affaibli par la révélation d'un important scandale comptable en juillet 2015. Trois des PDG du conglomérat avaient falsifié les comptes de l'entreprise entre 2008 et 2014 pour y faire apparaître un total de 1,1 milliard de dollars de bénéfices fictifs. Une faute grave qui a conduit à leur démission ainsi qu'à de très nombreuses suppressions de postes. D'abord 6 800 en décembre 2015, puis 14 000 de plus quelques mois plus tard.

Des milliards évaporés dans des réacteurs nucléaires, du cash grâce aux puces de NAND ?

Les soucis de Toshiba ne s'arrêtent pas là. Fin décembre, la société annonçait que le rachat finalisé début 2016 de CB&I Stone & Webster, une entreprise spécialisée dans la construction de centrales nucléaires, ne s'était pas franchement passé comme prévu. En cause, les chantiers de construction de quatre réacteurs nucléaires aux États-Unis qui ont pris beaucoup de retard et Toshiba pourrait avoir à payer plus de 2 milliards de dollars de pénalités. Des coûts importants qui pourraient s'accompagner d'une sévère dépréciation de ses actifs, que Toshiba estime pour l'instant à « plusieurs milliards de dollars ».

Pour traverser ces nouveaux obstacles, le groupe est en quête de liquidités. L'entreprise ayant perdu 46 % de sa capitalisation boursière en l'espace de quelques semaines, le timing n'est pas franchement opportun pour une augmentation de capital. Le conglomérat a toutefois une autre idée en tête : séparer sa branche dédiée à la fabrication de puces NAND dans une filiale indépendante.

Plusieurs acheteurs potentiels

Ainsi, Toshiba pourrait faire entrer des tiers au capital de cette branche, particulièrement rentable (6,9 milliards d'euros de revenus pour 900 millions d'euros de bénéfice opérationnel) et récupérer une coquette somme au passage. Il reste encore à trouver un repreneur, mais pour cela le géant japonais n'aura probablement pas besoin de chercher très loin.

Selon d'insistantes rumeurs de marché, le fabricant de disques durs Western Digital serait déjà sur les rangs. L'entreprise américaine y verrait un bon moyen de renforcer sa position sur le marché des SSD et de s'assurer de bonnes relations avec l'un des principaux fournisseurs de puces NAND sur le marché. Seagate jusqu'ici quasi absent de ce marché pourrait également tenter de raccrocher les wagons, mais ne s'est toujours pas manifesté. Le coréen Hynix suivrait également cette piste de très près, estime Business Korea

18 commentaires
Avatar de domFreedom Abonné
Avatar de domFreedomdomFreedom- 30/01/17 à 15:20:40

Western Digital serait déjà sur les rangs

Quand la Joint-venture rachète le joint... *

* Ce montage financier a été validé et approuvé par Benoit H. :transpi:

Édité par domFreedom le 30/01/2017 à 15:22
Avatar de Drepanocytose Abonné
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 30/01/17 à 15:34:10

Les vautours se lechent le bec..

Avatar de sniperdc INpactien
Avatar de sniperdcsniperdc- 30/01/17 à 15:36:05

Ben Yahoo peut le racheter ?
Il est en pleine forme ?

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

Non, Yahoo est allié à la Chine (Alibaba), l'ennemi séculaire du Japon (Toshiba).

Toshiba se ferait plutôt racheter par IBM (revanche de l'industrie Nord-américaine après la croissance de l'industrie japonaise dans les années 1980 sur le sol américain en dépit du protectionnisme de R Reagan).

Avatar de Hard3sign INpactien
Avatar de Hard3signHard3sign- 30/01/17 à 15:57:20

"Ne Toshiba pas à ma calculette s'il vous plait!" (Pérusse)

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 30/01/17 à 16:14:27

Chouette, encore plus de concentration dans le domaine du stockage. (C'est pas avec ça que les prix des SSDs vont diminuer)

Question subsidiaire : qu'est-ce qu'EDF pourra bien revendre quand ils devront payer des pénalités pour retard dans la construction des réacteurs ?
 

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 30/01/17 à 16:21:17

v1nce a écrit :

Question subsidiaire : qu'est-ce qu'EDF pourra bien revendre quand ils devront payer des pénalités pour retard dans la construction des réacteurs ?

Payer des pénalités à qui ? D'ailleurs EDF est le maître d'ouvrage, et ce sont des sous-traitants / fournisseurs d'EDF qui ont des soucis avec certaines pièces, non ? Et EDF est le premier à pâtir du retard, car tant que la centrale ne produit pas d'électricité, elle ne rapporte rien.

Avatar de flodousse INpactien
Avatar de flodousseflodousse- 30/01/17 à 16:52:16

Vraiment dommage si ca se fait...
Les puces Toshiba sont parmis les meilleures.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 30/01/17 à 16:58:07

Celles qui pourraient être payées aux Britanniques s'il y a unretard de plus de 4 ans.

Avatar de sat57 INpactien
Avatar de sat57sat57- 30/01/17 à 17:04:54

Actuellement, l'EPR finlandais n'est toujours pas terminé. Areva a fait faillite,il me semble qu'il n'avait pas de filiale NAND à part leur investissement de 3 milliards d'euros grâce à Anne Lauvergeon.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2