Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Des sénateurs veulent sanctionner ceux qui signalent la présence de policiers, même sur Internet

22 v'la le bâillon
Droit 2 min
Des sénateurs veulent sanctionner ceux qui signalent la présence de policiers, même sur Internet
Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 3.0)

Le projet de loi sur la sécurité publique sera discuté en séance les 24, 25 et 26 janvier 2017. Un amendement a été déposé en préparation afin de sanctionner le signalement des forces de l’ordre, notamment sur Internet.

Signé par une ribambelle de sénateurs LR, cet amendement vise à sanctionner pénalement ceux qui révèlent « la présence des forces de sécurité intérieure ». Ainsi, « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, tout message de nature à signaler la présence des forces de sécurité intérieure [sera] puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende. »

Une source d'information majeure pour les terroristes, selon plusieurs sénateurs

Les auteurs du texte s’inspirent d’un article du Code des transports inséré par la loi du 22 mars 2016. L’actuel article L2242-10  sanctionne en effet de deux mois de prison et 3 750 euros d’amende ce genre d'actes à l'égard des contrôleurs dans les transports publics. L'amendement étend donc cette infraction aux forces de l'ordre. 

Pour justifier l’incrimination, qui pourra sévir également sur Internet, les auteurs estiment qu’en phase d’état d’urgence, cet avertissement « constitue une source d'information majeure pour les délinquants et voir même pour les terroristes ». Ils prennent cet exemple : « c’est un simple contrôle qui a permis la localisation à Milan et l’arrêt de la fuite de l’auteur présumé de l’attentat de Berlin. Le signalement de leur présence aurait pu compromettre cette chance ».

De même, ils considèrent qu'alerter de la présence de policiers ou gendarmes « risque d’en faire des cibles privilégiées et localisées ». D’ailleurs, « l'attaque de policiers au cocktail Molotov à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016 est une triste illustration de ces phénomènes particulièrement violents ».

Des effets sur les groupes anti-radars sur Facebook

Cette peine, si elle est confirmée, permettrait potentiellement de sanctionner également ceux qui dénoncent la présence de radars sur les réseaux sociaux.

En septembre dernier, la Cour de cassation a certes relaxé plusieurs utilisateurs d’un tel groupe Facebook au motif que les textes « ne prohibent pas le fait d’avertir ou d’informer de la localisation d’appareils, instruments ou systèmes servant à la constatation des infractions à la législation ou à la réglementation de la circulation routière ». 

Quelques jours plus tard, le sénateur Jean-Pierre Grand s’en était ému dans une question écrite, considérant que « le signalement de la localisation des contrôles routiers et donc de la présence des forces de l'ordre constituent une source d'information majeure pour les délinquants et voire même pour les terroristes ».

Hasard ou coïncidence, c’est le même qui a rédigé le présent amendement. 

45 commentaires
Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Donc maintenant, au lieu de dire "contrôle à tel endroit", il faudra dire "22 à tel endroit" ou autre appellation issue du secteur avicole.

Ça va être super efficace

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 20/01/17 à 16:09:01

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ActionFighter a écrit :

Donc maintenant, au lieu de dire "contrôle à tel endroit", il faudra dire "22 à tel endroit" ou autre appellation issue du secteur avicole.

Ça va être super efficace

"À picole"

Avatar de Adhrone INpactien
Avatar de AdhroneAdhrone- 20/01/17 à 16:09:55

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Si cela ne concerne que les forces de l'ordre terrain (intervention, patrouille) ce n'est pas dramatique. Par contre, si les radars mobiles sont pris en compte, adieu Coyote, Waze, Inforad et autres...

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 20/01/17 à 16:10:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ActionFighter a écrit :

Donc maintenant, au lieu de dire "contrôle à tel endroit", il faudra dire "22 à tel endroit" ou autre appellation issue du secteur avicole.

Ça va être super efficace

"Il n'y a pas de policiers au KM22 en tout cas, pas en Peugeot rouge prune"

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

jackjack2 a écrit :

"À picole"

Faut arrêter avec ces stéréotypes des policiers qui picolent.

Certains ne font que bédaver.

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 20/01/17 à 16:14:42

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ActionFighter a écrit :

Donc maintenant, au lieu de dire "contrôle à tel endroit", il faudra dire "22 à tel endroit" ou autre appellation issue du secteur avicole.
Ça va être super efficace

Ou on va revenir à la bonne vieille (radio) CB. J'ai un pote qui en avait en 1995, ça avait servi une fois ou 2, sur autoroute. Évidemment, on utilisait des expressions codées, genre "boîte à image", et c'était bien avant les radars automatiques.

Adhrone a écrit :

Si cela ne concerne que les forces de l'ordre terrain (intervention, patrouille) ce n'est pas dramatique. Par contre, si les radars mobiles sont pris en compte, adieu Coyote, Waze, Inforad et autres...

On trouvera toujours le moyen de contourner, avec "zone de danger" ou autre, à mon avis.

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

MarcRees a écrit :

"Il n'y a pas de policiers au KM22 en tout cas, pas en Peugeot rouge prune"

Pas de sanction pour le signalement de l'absence, malin

Avatar de DahoodG4 INpactien
Avatar de DahoodG4DahoodG4- 20/01/17 à 16:18:24

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ils n'ont qu'à mettre des radars partout et laisser signaler, comme ca les chauffard lèveront le pied partout.
Le but c'est de limiter la vitesse ou de mettre un max de prunes ?

Et les terroristes, cet argument massue... .

Avatar de Adhrone INpactien
Avatar de AdhroneAdhrone- 20/01/17 à 16:19:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

OlivierJ a écrit :

On trouvera toujours le moyen de contourner, avec "zone de danger" ou autre, à mon avis.

La Zone de danger est d'ailleurs une belle blague sur Waze, le radar se trouve pile au milieux de la zone 

Comme indiqué plus haut, on va finir par revenir à la CB ^_^

Avatar de KMD55 Abonné
Avatar de KMD55KMD55- 20/01/17 à 16:19:46

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

"les auteurs estiment qu’en phase d’état d’urgence, cet avertissement « constitue"
Donc maintenant on se sert de l'état d'urgence, qui est censé être une exception, pour justifier des nouvelles lois. Ok...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5