Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Bruxelles reproche à Facebook de lui avoir menti lors de l'étude du rachat de WhatsApp

Souviens-toi, l'été dernier
Droit 3 min
Bruxelles reproche à Facebook de lui avoir menti lors de l'étude du rachat de WhatsApp
Crédits : Joris Van Ostaeyen/iStock/Thinkstock

La Commission européenne fait les gros yeux à Facebook. Margrethe Vestager, la commissaire à la concurrence, reproche à l'entreprise d'avoir fourni des informations inexactes ou trompeuses lors de l'enquête de Bruxelles sur le rachat de WhatsApp.

Souvenez-vous, en février 2014, Facebook annonçait en grande pompe le rachat de la messagerie instantanée WhatsApp, pour la coquette somme de 16 milliards de dollars. Un montant très important, même pour un réseau social aux poches très profondes. L'opération fut validée par les diverses autorités de la concurrence, dont la Commission européenne, qui n'avait alors formulé aucune objection.

Une histoire de non-dits

Deux ans plus tard, Bruxelles s'inquiète de l'exactitude des informations fournies par le réseau social lors de son enquête. Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, explique que « les sociétés sont tenues de fournir des informations exactes à la Commission lors des enquêtes sur les concentrations. Elles doivent prendre cette obligation au sérieux ». Elle rappelle que l'examen dépend fortement de la précision des données fournies par les entreprises concernées.

« Dans ce cas précis, la Commission estime, à titre préliminaire, que Facebook lui a fourni des renseignements inexacts ou trompeurs au cours de l'enquête menée sur le rachat de WhatsApp », martèle ensuite la commissaire européenne.

Le nœud du problème concerne la possibilité que Facebook associe les comptes de ses utilisateurs, à ceux des utilisateurs de WhatsApp. Lors de l'enquête, le réseau social a fait savoir qu'il n'était « pas en mesure d'associer automatiquement et de manière fiable les comptes d'utilisateur des deux sociétés », ce dont la Commission a tenu compte pour orienter sa décision. 

Une mise à jour qui rappelle de vieux souvenirs

Arrive août 2016. WhatsApp annonce une mise à jour de ses conditions générales d'utilisation et de sa politique de confidentialité. Parmi les modifications apportées, il est question de « la possibilité d'associer les numéros de téléphone des utilisateurs de WhatsApp aux profils d'utilisateur de Facebook » souligne la commissaire.

Dans ses griefs, la Commission européenne estime à titre préliminaire que « contrairement aux affirmations de Facebook et à la réponse qu'elle a fournie lors de l'examen de l'opération de concentration, la possibilité technique d'associer automatiquement les identifiants d'utilisateur de Facebook aux identifiants d'utilisateurs de WhatsApp existait déjà en 2014 ». En d'autres termes que cette fonctionnalité était déjà techniquement envisageable, bien qu'absente, et que Facebook a volontairement ou non fourni des informations « inexactes ou trompeuses » à l'autorité.

Des conséquences relativement limitées

Facebook doit maintenant répondre aux griefs de Bruxelles avant le 31 janvier prochain. La Commission précise que, quoi qu'il arrive, l'autorisation pour le rachat de WhatsApp ne sera pas révoquée, étant donné que d'autres facteurs sont entrés en ligne de compte pour la validation de l'opération.

Il n'est ici question que d'un problème de procédure, qui pourrait tout de même coûter assez cher à l'entreprise si elle venait à être reconnue coupable des faits reprochés. L'institution européenne brandit en effet la menace d'une amende allant jusqu'à 1 % de son chiffre d'affaires, ce qui sur la base des prévisions de Facebook pour 2016, pourrait dépasser les 250 millions d'euros.

13 commentaires
Avatar de Industriality INpactien
Avatar de IndustrialityIndustriality- 20/12/16 à 14:23:54

A quand la mise à mort de Whatsapp pour forcer la bascule sur Facebook Messenger ?

Avatar de jinge INpactien
Avatar de jingejinge- 20/12/16 à 14:54:24

Industriality a écrit :

A quand la mise à mort de Whatsapp pour forcer la bascule sur Facebook Messenger ?

Il vaut mieux pour FB d'intégrer des pubs, des masses de pubs dans whatsapp plutôt que de le tuer directement. A 16 milliards ça ferait cher l'enterrement!

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 20/12/16 à 15:11:16

250 M€ pour un mensonge à la commission qui justement doit statuer sur le rachat en lui-même?
Quelle blague
 

Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 20/12/16 à 15:16:03

Lors de l'enquête, le réseau social a fait savoir qu'il n'était « pas en mesure d'associer automatiquement et de manière fiable les comptes d'utilisateur des deux sociétés », ce dont la Commission a tenu compte pour orienter sa décision.

A partir du moment où tu as deux bases de données qui contiennent des informations identiques (nom prénom, tel, adresse, etc.. etc..) il est évidement possible de croiser les informations automatiquement.
Et plus il y a d’informations (amis commun etc..) plus ça devient facile, surtout que ces informations ce n'est pas ce qui manque chez facebook ou whatapp..

La question de la fiabilité (des liaisons) existe bel et bien mais techniquement elle ça n'a rien d’insurmontable.

Bref, la commission s'est faite bernée sur un aspect technique.. ce qui n'a rien de rassurant vu le faible niveau technique nécessaire pour comprendre la problématique..

Édité par maestro321 le 20/12/2016 à 15:18
Avatar de t0FF INpactien
Avatar de t0FFt0FF- 20/12/16 à 15:16:25

Bof, 1% du CA c'est déjà 20 fois plus que ce que paye Apple en impôts certaines années. :transpi:

Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 20/12/16 à 15:24:16

t0FF a écrit :

Bof, 1% du CA c'est déjà 20 fois plus que ce que paye Apple en impôts certaines années. :transpi:

Oui c'est vrai :transpi:

Avatar de EricB INpactien
Avatar de EricBEricB- 20/12/16 à 16:42:35

Industriality a écrit :

A quand la mise à mort de Whatsapp pour forcer la bascule sur Facebook Messenger ?

AMHA, l' inverse serait préférable...
Le client WhatsApp est plutôt léger, et l envoie de message et même les appels sont peu gourmand en bande passante (bcp moins que skype par ex).
A contrario, Facebook Messenger est bcp plus riche, mais aussi lourd. Quasi inutilisable avec une connexion lente. Alors qu'en Edge, pas de pb avec WhatsApp.

Avatar de anonyme_17187f2fe30034ef77b37a104608a3ce INpactien

Genre, ils ne s'y attendaient pas..... les GAFA et associés sont des malfaisants !

Avatar de blbird INpactien
Avatar de blbirdblbird- 20/12/16 à 18:13:32

Je n'ai jamais compris que la commission européenne puisse imposer une telle absurdité à une société qui en rachète une autre. Pourquoi ne devraient-ils pas avoir le droit de fusionner les services de la société rachetée avec les leurs? Ca se fait tellement souvent, la plupart des gros qui mangent les petits le font, sinon il n'y a que peu d’intérêts à faire l'achat...
 
Après, croire que techniquement c'est impossible, cela prouve le peut de connaissances techniques de cette même commission.

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 21/12/16 à 07:14:04

J'ai déjà été désagréablement surpris de voir que FB nous oblige maintenant à utiliser leur application de messagerie, car il n'est plus possible de passer par la version web mobile ! Un message plein écran nous "propose" de télécharger Messenger, sans possibilité d'ignorer :cartonrouge:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Une histoire de non-dits
  • Une mise à jour qui rappelle de vieux souvenirs
  • Des conséquences relativement limitées
S'abonner à partir de 3,75 €