Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Vente de médicaments sur Internet : de nouvelles règles à partir de février

Il va falloir remettre les pilules à l'heure
Droit 2 min
Vente de médicaments sur Internet : de nouvelles règles à partir de février
Crédits : Morguefile.com

Le ministère de la Santé a publié au Journal officiel du jeudi 1er décembre un arrêté fixant de nouvelles « règles techniques » s’imposant aux sites de vente de médicaments. Celles-ci n'entreront cependant en vigueur qu'au 1er février 2017.

Si le commerce électronique de médicaments est autorisé en France depuis 2013, cette activité demeure très strictement encadrée. Seuls les pharmaciens peuvent ouvrir de tels sites, qui doivent ainsi être adossés à leur officine physique. Les professionnels qui tentent l’aventure ont par ailleurs interdiction de vendre des produits nécessitant une ordonnance.

D’ici deux mois, ces officines en ligne devront se plier à une batterie de nouvelles règles, allant de la présentation de leurs produits en ligne aux services proposés aux internautes, en passant par la protection des données de santé.

Présentation des produits

Chaque médicament devra être présenté « de façon objective, claire et non trompeuse ». L’affichage des prix a vocation à devenir « identique pour tous les médicaments, afin d'éviter toute promotion ou mise en avant d'un médicament particulier ».

Il faudra également que les médicaments soient classés « par catégorie générale d'indication (douleurs, fièvre, nausées, toux...) puis de substances actives ». À l'intérieur de ces catégories, le classement sera établi « par ordre alphabétique, sans artifice de mise en valeur, afin d'éviter toute forme de promotion ou d'incitation à une consommation abusive des médicaments », prévoit l'arrêté.

Les pharmaciens seront d’autre part tenus de fournir des informations relativement précises sur chacun de leurs produits : indications thérapeutiques, précautions d’emploi, photos du conditionnement (afin de « représenter le médicament tel qu'il est proposé à la vente en officine »), ajout d’un lien hypertexte renvoyant vers le résumé des caractéristiques du médicament – tel que disponible sur la base de données publique des médicaments ou, le cas échéant, sur le site de l'Agence européenne des médicaments, etc.

Fonctionnalités du site

Chaque client devra avoir accès à un espace privé, intitulé « Mon compte », recensant notamment les commandes passées « ainsi que l'intégralité de ses échanges avec le pharmacien ». Il faudra également que le patient ait la possibilité d'imprimer ces discussions, via une « iconographie proposant cette impression », précise l'exécutif.

Un « dispositif d'alerte » sera par ailleurs obligatoire, afin d’avertir le pharmacien « lorsque les quantités de médicaments commandés conduisent à un dépassement de la dose d'exonération indiquée ».

Une date de mise à jour devra être indiquée sur chaque page du site Internet (mention « Page mise à jour le... »). Tout lien renvoyant vers le site d’une entreprise pharmaceutique sera interdit, de même que « la recherche de référencement dans des moteurs de recherche ou des comparateurs de prix contre rémunération ».

56 commentaires
Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 02/12/16 à 14:55:50

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Que va-t-il se passer pour l'industrie agroalimentaire qui utilise le néologisme de "alicament" contraction de aliment et médicament.

  • Va-t-il falloir embaucher des pharmaciens pour le rayon laitage des grandes surfaces ?
  • Pourra-t-on acheter des yaourts au bifidus sans ordonnance ?
Avatar de GrosBof Abonné
Avatar de GrosBofGrosBof- 02/12/16 à 14:58:54

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Parce que c'était tant la catastrophe et le bazar jusque là ?

Me semble que le vrai souci se trouve plutôt du côté du fait que le sites actuels ne proposent pas de système pour acheter les médicaments avec ordonnances (via l'envoie en ligne de l'ordonnance par exemple) comme les font les autres pays européens.
Je comprends pas bien l'intérêt des pharmacies en lignes qui vendent ce que tu trouves finalement dans n'importe quelle "para"-pharamacie, voir sur Amazon, en moins cher évidemment.

Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 02/12/16 à 15:12:57

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

GrosBof a écrit :

Je comprends pas bien l'intérêt des pharmacies en lignes qui vendent ce que tu trouves finalement dans n'importe quelle "para"-pharamacie, voir sur Amazon, en moins cher évidemment.

En France la profession est règlementée.
On ne peut pas ouvrir une pharmacie (physique) à moins d'une certaine distance d'une autre pharmacie.

Sur internet ce sera pareil : on ne pourra pas ouvrir une pharmacie en ligne à moins d'un certain nombre de hops d'un autre site de pharmacie en ligne.

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 02/12/16 à 15:18:37

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

GrosBof a écrit :

Parce que c'était tant la catastrophe et le bazar jusque là ? 
  

 
Disons que le contrôle était un peu "léger" parfois: il était possible d'acheter des médicaments susceptibles de mésusage en trop grandes quantités.
Sur certains sites aussi certains médicaments étaient en promotion, ce qui est interdit.
 
Sur Amazon et en parapharmacie, tu ne trouves pas de médicaments.

Avatar de sr17 INpactien
Avatar de sr17sr17- 02/12/16 à 15:45:35

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'a chaque nouvelle réglementation, ça demande des travaux qui coûtent de l'argent. Et il faut bien que quelqu'un paye. Et celui qui paye c'est le consommateur.

loser a écrit :

Disons que le contrôle était un peu "léger" parfois: il était possible d'acheter des médicaments susceptibles de mésusage en trop grandes quantités.
Sur certains sites aussi certains médicaments étaient en promotion, ce qui est interdit.
 
Sur Amazon et en parapharmacie, tu ne trouves pas de médicaments.

Et comment tu fait la différence entre un consommateur qui "abuse" et un consommateur qui commande pour plusieurs mois pour économiser des frais de port ?

Vu que le commerce en ligne suppose des frais de port relativement élevés, ces mesures enlèvent tout intérêt a l'achat de médicament en ligne.

D'ailleurs, nos élus devraient cesser de prendre les consommateurs pour des enfants. Le marché du médicament en France est déjà l'un des plus réglementé au monde.

Et si j'était à leur place, je m’inquiéterait plutôt du prix de certains médicament qui ont augmenté dans des proportions hallucinantes en quelques années.

Édité par sr17 le 02/12/2016 à 15:46
Avatar de anonyme_2c95f551f47f027d230a33181b1d60e2 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ce qui manque surtout, dans le milieu des pharmaciens qui défendent leurs steacks de Crésus, c'est des comparateurs de prix. Au lieu de cela, ils préfèrent vendre des couches culottes et des pastilles valda à 3x le prix que dans le commerce. Ca fait longtemps qu'ils ont oublié l'éthique, y'a que le pognon des pigeons, clients, euh... des patients, qui les intéresse. Perso, je suis pour la libéralisation de tout ça, je suis un adulte capable de me renseigner, je ne vois pas pourquoi des castes auraient le monopole pour un service dont je ne vois pas le bout du commencement quand je vais à la pharmacie. Lorsque j'y demande un renseignement, ils me lisent la notice !! ce que nous savons tous faire, me semble t-il.

Avatar de Drepanocytose INpactien
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 02/12/16 à 15:57:27

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

auclairdelalune a écrit :

Ce qui manque surtout, dans le milieu des pharmaciens qui défendent leurs steacks de Crésus, c'est des comparateurs de prix. Au lieu de cela, ils préfèrent vendre des couches culottes et des pastilles valda à 3x le prix que dans le commerce. Ca fait longtemps qu'ils ont oublié l'éthique, y'a que le pognon des pigeons, clients, euh... des patients, qui les intéresse. Perso, je suis pour la libéralisation de tout ça, je suis un adulte capable de me renseigner, je ne vois pas pourquoi des castes auraient le monopole pour un service dont je ne vois pas le bout du commencement quand je vais à la pharmacie. Lorsque j'y demande un renseignement, ils me lisent la notice !! ce que nous savons tous faire, me semble t-il.

Lol, ca ne merite pas mieux.
Les gens "qui savent se rensigner" meurent par milliers par intoxication hepatique a coup de paracetamol dans les pays trop liberalisés, nous ont créé des multiresistances aux antibio en ayant voulu soigner des rhumes, etc.

Si les pharmaciens ont fait des etudes, c'est pas pour rien. C'est comme si moi je venais te dire que je suis aussi bon que toi dans ton taf, parce que j'ai internet.

Avatar de Drepanocytose INpactien
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 02/12/16 à 16:05:20

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Looool

Geniale, la source de la photo : morguefile !!

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 02/12/16 à 16:08:06

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ben tu ne fais pas la différence, en tant que pharmacien tu es sensé annuler la commande.

Intérêt d'acheter des médicaments en ligne: aucun effectivement. C'est fait exprès. En gros, la France ne voulait pas que des médicaments soient vendus sur le net, l'Europe l'a forcée. Alors la France a mis des barrières, dès le début, et là apparemment elle en remet car il y a des "dérapages".

Prix des médicaments: oui c'est un problème, les prix industriels (c'est à dire les prix auxquels les labos vendent leurs médicaments aux pharmaciens, avant remises) ont augmenté de 30% en 5 ans.

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 02/12/16 à 16:09:00

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Tu es tombé sur une mauvaise pharmacie, il y en a malheureusement. Changes-en

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6