Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Regards Citoyens face à « l’extrême difficulté » d’analyser les consultations en ligne

Crowdsourcinging the rain
Droit 4 min
Regards Citoyens face à « l’extrême difficulté » d’analyser les consultations en ligne
Crédits : AlexBrylov/iStock

Consulter les internautes est une chose, en lire les commentaires en est une autre. Après avoir lancé un premier outil de crowdsourcing destiné à épauler les députés, l’association Regards Citoyens vient de publier une analyse de cette expérience.

Du 4 au 17 octobre dernier, l’Assemblée nationale a demandé aux internautes de répondre à un questionnaire destiné à évaluer l’impact de la loi sur l’égalité femme-homme de 2014. En tant que membre du comité de suivi de cette initiative, l’association Regards Citoyens a proposé, en coopération avec Democracy OS France et FaisTaLoi, un outil permettant d’effectuer un premier tri des contributions laissées dans le cadre de cette consultation en ligne.

Concrètement, chaque volontaire était invité à cocher des cases indiquant si la contribution qui lui était soumise relevait de l’évocation d’une expérience personnelle, d’une proposition de nouvelle mesure, d’une demande d’information, s’il avait déjà entendu préalablement de tels propos, etc. « Si vous étiez député, que feriez-vous de cette contribution ? » était-il également demandé à l’internaute : « Rien », « Je cite les propos dans mon rapport », « Je convie l'auteur à une réunion avec mes collègues députés de la mission d'évaluation », etc.

regards citoyens consultation analyse

Un exercice d’une « extrême difficulté »

Vendredi 25 novembre, Regards Citoyens a fait le bilan (PDF) de ces douze jours de « crowdsourcing ». Au total, 434 internautes ont participé à cette opération, analysant au moins une contribution chacun. Plus de 3 700 avis furent ainsi examinés. « Cet exercice a démontré l’extrême difficulté d’extraire des éléments objectifs, à partir des points de vue recueillis » annonce cependant l’association.

Il faut en effet rappeler qu’avant d’être validée, chaque évaluation devait être perçue de la même manière par au moins trois internautes. Résultat, cette règle n’a « permis de valider que 40 % des analyses », explique Regards Citoyens. « On constate qu’il est difficile d’obtenir des rapporteurs citoyens une codification uniforme des contenus présents dans les contributions : sur 742 contributions substantielles, seulement 109, soit 14,7 % ont eu une codification uniforme d’au moins un de leur contenu par tous les rapporteurs citoyens les ayant analysées. »

80 « contributions d’intérêt » (sur 900) ont néanmoins pu être identifiées grâce à cette méthodologie.

Des contributions rarement intéressantes

Autre enseignement : « Alors que des thématiques de cette consultation auraient pu paraitre très clivantes, les avis recueillis sont assez homogènes : la majorité des dispositions de la loi Égalité Femmes/Hommes sont jugées améliorables ou peu satisfaisantes. »

Dans le même ordre d’idée, Regards Citoyens rapporte qu’un peu moins de 10 % des contributions ont été jugées « originales » par une majorité d’analystes. « Cette perception des rapporteurs citoyens vient corroborer la perception que de nombreux décideurs publics ont des contributions citoyennes en général : des contributions apportant finalement peu d’éléments nouveaux au débat et des dispositifs participatifs globalement très coûteux en temps d’analyse pour des bénéfices limités », écrit l’association.

Regards Citoyens favorable aux consultations citoyennes, sous conditions

Les membres de Regards Citoyens en demeurent quoi qu’il en soit convaincus : les consultations citoyennes « peuvent améliorer grandement la qualité et la légitimité de la loi ».

Ils déplorent cependant qu’aujourd’hui, « la majeure partie des consultations citoyennes (...) ne sont pas conçues comme des outils d’enquête, d’intelligence et de délibération collectives mais instrumentalisées, dans une logique de démocratie d’opinion, soit comme outils de communication visant à légitimer « par la base » des décisions publiques déjà actées, soit comme outils d’influence et de lobbying visant à faire passer la volonté particulière de certains acteurs pour la « volonté générale » des citoyens ».

À leurs yeux, les consultations sont des « dispositifs facilement manipulables, encore plus que les sondages. Que ce soit dans la manière de poser les questions, d’exposer les faits ou de présenter des informations aux contributeurs, la manière de sélectionner les participants invités à contribuer ou la manière de synthétiser et sélectionner les contributions, il est possible de leur faire dire ce que l’on veut. »

C’est pourquoi Regards Citoyens juge « nécessaire, pour toute consultation citoyenne, de prévoir des garde-fous démocratiques ». L’association pense plus particulièrement à « deux prérequis importants ». Premièrement, elle prône « la transparence des plateformes numériques de gestion de consultation ainsi que de l’information qu’elles produisent ». Cela devrait notamment passer par la mise en Open Data des contributions déposées. Deuxièmement, le collectif en appelle à « la mise en place systématique de comités de suivi et de contrôle incluant des membres de la société civile ».

vote assemblée
Crédits : Assemblée nationale

L’analyse produite par l’association est loin d'être anodine. Elle intervient alors que les députés Patrice Martin-Lalande (LR) et Luc Belot (PS) tentent de mettre à l’ordre du jour du Parlement leur proposition de loi organique, visant justement à généraliser les consultations en ligne de citoyens. Leur texte est actuellement soumis à consultation publique sur la plateforme Parlement & Citoyens et pourrait être débattu à l’Assemblée nationale début 2017 (voir notre article).

17 commentaires
Avatar de Sigma42 INpactien
Avatar de Sigma42Sigma42- 28/11/16 à 16:41:42

En Suisse il est possible à des citoyens de proposer des contre-projets aux projets de lois écrits par les députés (Sous réserve de recueillir suffisamment de signatures)
Le (les) contre-projet(s) sont alors soumis à référendum au côté du projet original
Ça ne serait pas plus simple de procéder ainsi ?
Cela éviterait le risque de faussement légitimer par la base des lois déjà votées
Et ça aurait le mérite d'être bien plus simple et donc plus facile à comprendre pour tous...

Avatar de EricB INpactien
Avatar de EricBEricB- 28/11/16 à 16:57:08

Clair qu en démocratie directe, la Suisse mène la danse.

https://www.ch.ch/fr/initiatives-populaires/
Le coût d'une initiative populaire pour une votation referendum coûte en moyenne 150 000 CHF et doit être supportée par le comité qui la propose.
Et 90% des initiatives sont refusés (hier encore sur la sortie avancée du nucléaire).

Retour à l'article:
 
dispositifs participatifs globalement très coûteux en temps d’analyse  Les analyses sont elles faites par des pro ou des volontaires?Qd on voit que la majorité des forum spécialisés sont modérés par des volontaires, on pourrait imaginer un truc similaire pour les initiatives populaires: un forum où chq sujet est modéré et l'équipe de modération prend la responsabilité de synthétiser le topic. Synthese aussi soumise aux participants.
Dans un 2nd temps, cette synthèse peut être soumise / rédigée comme proposition de loi.

Je pense aux topic uniques de hardware.fr dont les plus structurés sont une mine d information, néanmoins souvent sur des sujets techniques donc moins discutables. La partie discussions est bcp moins organisée. 

Avatar de L'axiome INpactien
Avatar de L'axiomeL'axiome- 28/11/16 à 17:28:23

EricB a écrit :

dispositifs participatifs globalement très coûteux en temps d’analyse  Les analyses sont elles faites par des pro ou des volontaires?Qd on voit que la majorité des forum spécialisés sont modérés par des volontaires, on pourrait imaginer un truc similaire pour les initiatives populaires: un forum où chq sujet est modéré et l'équipe de modération prend la responsabilité de synthétiser le topic. Synthese aussi soumise aux participants.
Dans un 2nd temps, cette synthèse peut être soumise / rédigée comme proposition de loi.

Je pense aux topic uniques de hardware.fr dont les plus structurés sont une mine d information, néanmoins souvent sur des sujets techniques donc moins discutables. La partie discussions est bcp moins organisée. 

Oui c'est exactement ce que je me disais, plutôt que "d'envoyer une bouteille à l'eau" il serait plus intéressant de rassembler les gens sur un forum où les idées et contribution qui sortent du lot pourraient remonter plus facilement. De plus ça permet d'évaluer la personne qui poste pour savoir si elle est concernée directement ou indirectement par ce qu'elle discute.

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 28/11/16 à 17:55:35

Séparer le bon grain de l'ivraie : Toujours le plus difficile.

Avatar de philanthropos INpactien
Avatar de philanthroposphilanthropos- 28/11/16 à 19:07:09

L'axiome a écrit :

Oui c'est exactement ce que je me disais, plutôt que "d'envoyer une bouteille à l'eau" il serait plus intéressant de rassembler les gens sur un forum où les idées et contribution qui sortent du lot pourraient remonter plus facilement. De plus ça permet d'évaluer la personne qui poste pour savoir si elle est concernée directement ou indirectement par ce qu'elle discute.

Sur le papier c'est en effet intéressant, mais quand on voit la gueule des forums qui se disent un tantinet sérieux ...
Le plus gros problème sera justement de recruter des modérateurs impartial et de contrôler leur travail de très (très) près.

Ah, et puis l'obligation de poster en son nom propre, histoire d'éviter un nawak total de la part d'une catégorie d'internautes qui se croient au dessus des lois parce qu'ils sont dans un environnement virtuel.

Enfin perso', j'attends de voir. Si ce n'est pas strictement encadré, ça risque de tourner au pugilat en moins de deux, et ensuite bon courage pour revenir en arrière.

Avatar de Paul Muad'Dib Abonné
Avatar de Paul Muad'DibPaul Muad'Dib- 28/11/16 à 21:08:54

Merci pour cet article intéressant mais siouplait NXI n'abusez pas vous aussi de cette arnaque intellectuelle qu'est le mot citoyen(ne) ! C'est un nom pas un adjectif. Civique est l'adjectif relatif aux citoyens, on doit donc dire consultations civiques, regards civiques, etc...

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

:cartonrouge:

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

En parlant de consultations en ligne, le 2d tour de la Primaire en ligne pour l'élection présidentielle 2017 aura lieu dans 2 semaines et 2 jours :
&nbsphttps://laprimaire.org

Avatar de popolski INpactien
Avatar de popolskipopolski- 29/11/16 à 09:53:38

Sigma42 a écrit :

En Suisse il est possible à des citoyens de proposer des contre-projets aux projets de lois écrits par les députés (Sous réserve de recueillir suffisamment de signatures)
Le (les) contre-projet(s) sont alors soumis à référendum au côté du projet original
Ça ne serait pas plus simple de procéder ainsi ?
Cela éviterait le risque de faussement légitimer par la base des lois déjà votées
Et ça aurait le mérite d'être bien plus simple et donc plus facile à comprendre pour tous...

En France ils préfèrent voir les citoyens descendre dans la rue pour leur faire un petit coucou

Avatar de Sigma42 INpactien
Avatar de Sigma42Sigma42- 29/11/16 à 10:20:43

Où veut-tu en venir ?
 
Que parce que 90% des initiatives sont refusées, le système est mauvais ?
De plus, comme dit il peut y avoir plusieurs contre-projets proposés à côté du projet initial, donc ça ne me parait pas étonnant d'avoir si peu de projets acceptés (Si tu a la propositions A, B et C soumis au vote le même jour, tu a au mieux 1/3 des initiatives qui aboutiront, au pire 0)
 
Je ne suis pas sur que les "consultations citoyennes" détaillées dans l'article aboutisse à plus de propositions acceptées hein... 
  
Et ce qu'il faut voir, c'est que le fait d'être soumis fréquemment à des votation pousse les parlementaires suisses à mieux ficeler leur lois en amont
 
De l'autre côté, certaines initiatives populaires sont refusées car les parlementaires ont entre-temps proposés des contre-propositions plus consensuelles : Mais sans ces votations, je suis sur qu'ils n'auraient jamais proposé quoi que ce soit...

Pour finir, le mode de fonctionnement des votations est bien plus simple et transparent
Avec les "consultations citoyennes" dont on parle ici, on ne se soucie plus de savoir si une proposition est soutenu par une majorité des citoyens...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Un exercice d’une « extrême difficulté »
  • Des contributions rarement intéressantes
  • Regards Citoyens favorable aux consultations citoyennes, sous conditions
S'abonner à partir de 3,75 €