Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Pour Snowden, inutile d'avoir peur de Donald Trump

Une simple phase
Internet 3 min
Pour Snowden, inutile d'avoir peur de Donald Trump

Edward Snowden était jeudi dernier en retransmission depuis la Russie, au sein d’une conférence où de nombreuses questions lui ont été posées. Le discours du lanceur d’alertes n’a pas bougé d’un iota, et même s’il considère que l’élection de Donald Trump est un coup dur, il précise que l’histoire continue d’avancer.

Snowden est réfugié politique en Russie depuis plus de deux ans maintenant. Il ne souhaite pas rentrer aux États-Unis tant que le gouvernement ne lui certifie pas qu’il obtiendra un procès civil avec jury, contrairement au tribunal militaire qui lui serait réservé s’il devait rentrer aujourd’hui. Avec l’élection présidentielle et la victoire de Donald Trump, se posait donc la question de l’évolution d’une situation complexe.

Des temps difficiles, mais rien ne sert d'avoir peur

Selon le lanceur d’alertes, le combat continue, et si des signes encourageants sont à noter, d’autres sont à déplorer. La surveillance s’est notablement renforcée dans plusieurs pays, notamment la Russie, la Chine et le Royaume-Uni. Ironie de la chose, les États-Unis n’ont aucune critique à formuler, car ils ne le peuvent pas : les dernières années ont été consacrées à expliquer en quoi ces programmes étaient essentiels pour la sécurité des populations.

Pour autant, et même si Snowden a dit un jour qu’il suffisait d’une seule élection pour basculer dans la dystopie, l’ensemble du ton se voulait globalement optimiste. Ainsi, s’il est dangereux de placer « trop d’espoirs dans un homme politique », le constat est valable pour « les peurs ». Et de rappeler que Barack Obama présentait un haut niveau d’espoir, promettant notamment de fermer Guantanamo. Une fermeture qui n’est pas intervenue, tandis que les programme de surveillance se renforçaient parallèlement.

Grands mouvements petites actions

« Si nous voulons un monde meilleur, nous ne pouvons pas espérer d’un Obama, ou avoir peur d’un Trump. Nous devrions le construire nous-mêmes » a indiqué le lanceur d'alertes. Comment ? Ici, le discours est connu : en sensibilisant les personnes autour de soi à la sécurité, en utilisant les bons outils, en ne confiant pas toutes ses données aux géants du cloud, et ainsi de suite. De toutes les thématiques abordées par Snowden durant les trois dernières années, la centralisation des données a été la plus récurrente.

Snowden ne s’attend pas à des changements miraculeux, et croit davantage à l’accumulation des petits actes quotidiens : « Ce que vous pouvez faire, c’est dire que cela vous importe. Vous pouvez parler à votre famille, parler à votre communauté pour attirer l’attention sur ces sujets ». Le chiffrement devrait toujours être activé quand c’est possible, et certaines applications sont à privilégier pour communiquer, comme Signal, ou Tor Browser pour la navigation.

Snowden ne croit guère à une extradition

Il lui a également été demandé si l’élection de Donald Trump représentait un risque pour lui, dans la mesure où le futur président américain est connu pour négocier des rapprochements. Ne serait-il pas alors possible d’envisager qu’un accord soit conclu avec la Russie et que le lanceur d’alertes soit finalement extradé ? « C’est possible » a répondu Snowden, qui assure ne pas l’oublier. Mais il affirme que la Russie le reconnait comme « défenseur des droits de l’homme » et qu’une telle opération serait complexe.

Finalement, il estime que les États-Unis évolueront dans le bon sens. Mais le travail politique et les élections ne feront pas tout selon lui, et il a particulièrement encouragé les jeunes générations à travailler sur « des technologies qui peuvent garantir les droits de l’homme », en ajoutant : « Voter est un commencement, mais ce ne sera jamais suffisant ».

104 commentaires
Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 15/11/16 à 07:59:04

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

On verra bien dans quelques temps si sa boule de cristal marche.

Avatar de Ler van keeg INpactien
Avatar de Ler van keegLer van keeg- 15/11/16 à 08:00:00

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Bref il n'a pas grand chose à dire mais il le dit quand-même.
"OK c'est la merde mais finalement pas tant que ça. Voter c'est important, mais pas tant que ça."

Grand Sachem a bien parlé.

Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 15/11/16 à 08:01:25

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il est sympa, le snowden. Il serait capable de nous convaincre que l'apocalypse biblique n'est pas si effrayante que ça et que ce n'est qu'un mauvais moment à passer.

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 15/11/16 à 08:02:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ami-Kuns a écrit :

On verra bien dans quelques temps si sa boule de cristal marche roule.

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 15/11/16 à 08:05:40

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Faut un coup de hache bien placé.

Avatar de kantfredo INpactien
Avatar de kantfredokantfredo- 15/11/16 à 08:06:09

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ba c'est le cas non ? juste quelques milliards de morts, c'est pas si grave on repartira a neuf.

Édité par kantfredo le 15/11/2016 à 08:06
Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 15/11/16 à 08:09:36

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Tu me rappelles le clip de jdg sur David Goodenough.

Avatar de fullero Abonné
Avatar de fullerofullero- 15/11/16 à 08:17:23

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C' est sûr que lorsqu' on a des chances de mourir en prison pour avoir parlé on en a forcément rien à foutre des commentaires à la con & plus de droit moral que la moyenne des planqués de dire ce qu' on veut, comme on veut et autant qu'  on le souhaite.

 Après si tu veux prendre sa place, tu n' as qu' à le contacter.

 Je suis sûr qu' il te cèdera sa place volontiers pour rentrer libre chez lui aux states dans la petite vie pépère où il voyait ses amis et pouvait embrasser sa famille à loisirs.
 
En plus, pour lui parler c' est rester en vie car dès qu' il redeviendra un personnage sans intérêt pour le grand public et une source inintéressante de clivage pour les russes face aux américains, ceux ci pourraient très bien le considérer comme une marchandise comme une autre.
Il a donc plutôt intérêt à ouvrir sa gueule bien grand parce que c' est surement ce que les russes attendent de lui pour faire bien chier les amerloques prétendument défenseurs de la liberté.

Édité par fullero le 15/11/2016 à 08:19
Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 15/11/16 à 08:18:18

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Plutôt réaliste quand il dit que Trump (à la santé mentale douteuse et aux compétences politiques nulles et non avenues) ne changera rien, et que c'est au citoyen de base de se bouger.

+1 avec ce qu'il dit sur la centralisation.

Avatar de cygnusx INpactien
Avatar de cygnusxcygnusx- 15/11/16 à 08:18:29

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

de tout de facon il a pas intéret a se facher avec le nouveau président

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11