Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Un député veut des caméras dans tous les abattoirs

La vache !
Droit 2 min
Un député veut des caméras dans tous les abattoirs
Crédits : akhajon/iStock/ThinkStock

Au travers d’une proposition de loi déposée en fin de semaine dernière, le député Olivier Falorni souhaite rendre obligatoire l’installation de caméras de surveillance dans les abattoirs français. Un dispositif qui fait craindre à certains qu’il se transforme en outil de surveillance des salariés.

Après la diffusion de nombreuses images « chocs » (animaux égorgés sans étourdissement suffisant, vaches abattues en gestation, maltraitances diverses...), une commission d’enquête parlementaire s’est penchée sur les conditions de travail dans les abattoirs français, avant de remettre ses conclusions (PDF) au mois de septembre.

Ce sont ces préconisations qu’Olivier Falorni (ex-PS) – suivi par une trentaine de députés de tous bords – entend mettre en œuvre avec cette proposition de loi. Outre un renforcement des contrôles et l’instauration de comités locaux de suivi, l’élu veut notamment rendre obligatoire l’installation de caméras dans toutes les zones des abattoirs dans lesquelles des animaux vivants sont manipulés.

Ces yeux électroniques surveilleraient plus exactement « tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort des animaux ». Celui qui avait battu Ségolène Royal lors des législatives de 2012 insiste sur le fait qu’il ne s’agit « en aucun cas de vidéo-surveillance », mais de « contrôle vidéo ».

La protection animale comme « finalité exclusive »

« La finalité exclusive de cette installation est la protection animale », précise à cet égard son texte. Autrement dit, ces images ne pourront pas servir à vérifier si les salariés font bien leur travail ou ne s’adonnent pas à d’autres activités. Seuls seront autorisés à visionner les vidéos (conservées pendant un mois au maximum) les services de contrôle vétérinaire, la direction de l’établissement ainsi que les représentants du personnel.

D’après Olivier Falorni, cette réforme « est aujourd’hui nécessaire pour rétablir le lien de confiance entre les consommateurs et les abattoirs ». Sa proposition de loi prévoit toutefois que ces images pourront également être utilisées « à des fins de formation des salariés », à condition qu’un accord collectif soit trouvé à ce sujet.

Une situation exceptionnelle qui justifie la surveillance des salariés

Mais qu’en dit la CNIL ? Auditionnée par la commission d’enquête parlementaire, l’institution a fait savoir qu’elle n’était « pas très favorable à la surveillance permanente des salariés », mais qu’elle admettait ce genre de dispositif « dans des cas exceptionnels » – par exemple pour lutter contre le vol. Dans le cas présent, la protection animale serait une finalité acceptable aux yeux de la gardienne des données personnelles.

Il faudrait toutefois que les installations déployées dans les différents abattoirs soient proportionnées : « Très concrètement, et de façon assez casuistique, la délégation de la CNIL qui viendrait s’assurer du respect de ce principe vérifiera l’orientation des caméras, leur nombre, leurs horaires de fonctionnement, leur capacité à conserver les images, à enregistrer le son, la possibilité de visionnage à distance, etc. » a expliqué aux députés un représentant de l’autorité administrative indépendante.

La proposition de loi d’Olivier Falorni se montre cependant muette sur l’accompagnement (notamment financier) des abattoirs, qui fait pourtant figure de point-clé de cette réforme.

122 commentaires
Avatar de Z-os Abonné
Avatar de Z-osZ-os- 14/11/16 à 14:35:14

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

"Contrôle vidéo", c'est bon je suis rassuré.
On peut aussi ajouter dans la loi que monsieur Falorni sera obligé de regarder les vidéos qu'il sache de quoi il parle ?

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 14/11/16 à 14:37:31

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je sens que certaine vidéo vont fuité pour créer une chaine Gore-tv.

Avatar de WereWindle Abonné
Avatar de WereWindleWereWindle- 14/11/16 à 14:40:53

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

la news a écrit :

de façon assez casuistique

bon bah j'aurais appris un mot nouveau aujourd'hui

Avatar de kade Abonné
Avatar de kadekade- 14/11/16 à 14:41:35

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Histoire d'amortir ma redevance, l'autre jour, j'ai regardé un reportage sur le sujet. Un éleveur hors la loi disait qu'il ne supportait plus d'envoyer ses cochons aux abattoirs.
Alors il le fait "soft" lui même : les animaux restent dans leur lieu habituel, et paf, une balle de 22 entre les deux yeux. Net. Précis.
Il a expliqué que ce serait la meilleure méthode, mais bien trop chère... D'où l'étourdissement foireux à la pile de 9V de 2004 et toutes les atrocités. Et je ne parle pas des abattages rituels.

Les caméras n'aideront pas les animaux.

Avatar de romu79 Abonné
Avatar de romu79romu79- 14/11/16 à 14:45:01

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Caméras et micro dans l’hémicycle de l'assemblée nationale n'empêchent pas l'horreur des décisions qui y sont prises....

Avatar de Lyaume Abonné
Avatar de LyaumeLyaume- 14/11/16 à 14:45:06

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Tant que certaines pratiques seront encore autorisées, les scandales dans les abattoirs vont continuer.
Qu'est-ce qui est plus important : le contrôle de la dignité d'une mort sans souffrance pour l'animal ou le contrôle visuel des employés?

Vaste question, quand l'un défendra les employés, l'autre défendra la cause animale.
A mon avis, le problème vient plutôt de notre non-évolution dans certaines pratiques... Et la caméra ne pourra pas y faire grand chose à part créer une polémique.

Édité par Lyaume le 14/11/2016 à 14:46
Avatar de Sakthivel INpactien
Avatar de SakthivelSakthivel- 14/11/16 à 14:45:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Génial.

Et il va débloquer des fonds pour payer gens à regarder ces écrans ? xd

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 14/11/16 à 14:47:17

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

kade a écrit :

Un éleveur hors la loi disait qu'il ne supportait plus d'envoyer ses cochons aux abattoirs.

  • couic-
    Et je ne parle pas des abattages rituels.

Tu veux dire que les cochons souffrent encore plus lors des abattages rituels ?

Avatar de Munsh INpactien
Avatar de MunshMunsh- 14/11/16 à 14:47:28

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Des caméras dans les abattoirs pour la protection animale ... Le mec travail chez le Gorafi ?

Avatar de Constance INpactien
Avatar de ConstanceConstance- 14/11/16 à 14:49:32

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 13