Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Microsoft ouvre son Skype Insider Program, pour centraliser les préversions

Enfin, pas toutes
Logiciel 3 min
Microsoft ouvre son Skype Insider Program, pour centraliser les préversions

Avec son Skype Insider Program, Microsoft ouvre un quatrième front pour les testeurs. En plus de Windows, Office et de la Xbox, les utilisateurs intéressés vont pouvoir s’essayer aux dernières nouveautés avant leur diffusion. En plus d’obtenir un panel volontaire de testeurs, l’éditeur envoie également un important signal sur son service.

Microsoft et les bêtas : une histoire qui n’est pas neuve. D’autres sociétés, comme Apple et Google, ont emboité le pas à un système qui, quand il est bien maîtrisé, comporte des avantages. Les testeurs peuvent ainsi profiter avant les autres des nouvelles fonctionnalités et changements technologiques. Pour les entreprises et les développeurs, il s’agit d’un point crucial. Les éditeurs, de leur côté, récoltent en contrepartie des avis et signalements de problèmes.

Un quatrième programme Insider

Microsoft dispose déjà des programmes Windows Insider, qui permet d’installer des préversions du système (voir notre actualité sur l’inscription et l’installation), Office Insider, pour tout ce qui touche à Office 365, ainsi que le récent Insider Hub pour les possesseurs de Xbox One. Il faut désormais en compter un quatrième : Skype Insider Program (SIP), centré sur les améliorations du service VoIP.

Le nouveau programme va permettre de tester en avant certaines versions du client, mais pas toutes. On ne parle ici que des moutures grand public de Skype, non de Skype for Business. Les plateformes concernées sont Android, iOS, macOS et Windows. Précisons qu’on parle pour ce dernier de la version Win32. Skype UWP reste dans le programme Windows Insider, ses préversions étant testées sur le canal rapide de Windows 10. Dommage de ne pas avoir tout réuni sous la même bannière.

L’inscription est ouverte à tous, mais la participation n’est pas garantie

Pour participer au SIP, les utilisateurs doivent déjà utiliser Skype et avoir un pseudo. Dans le formulaire d’inscription, il sera réclamé, de même que les adresses des comptes Apple, Google ou Microsoft en fonction des plateformes qui seront sélectionnées. Rien n’empêche de participer à tous les tests, mais on peut se concentrer par exemple sur les versions iOS et Windows en laissant le reste en canal stable. Microsoft promet de répondre à la demande très rapidement (sans garantir l’acceptation).

Notez qu’une fois le formulaire validé, l’utilisateur peut étendre le programme à deux autres versions : Xbox et Linux.

 Une direction claire pour Skype ?

Le fait que Microsoft ait ouvert un tel programme envoie également un signal assez clair au sujet de Skype. Le service, racheté 8,5 milliards par l’éditeur, générait quelques inquiétudes, notamment sur ce que voulait en faire la firme. Les hésitations au sujet de l’intégration dans Windows 10 – d’abord présente sous forme de trois applications séparées – ont fini par aboutir à une mouture UWP qui permet de gérer également les SMS. Parallèlement, des rumeurs font état d’un nouveau « client universel » qui serait proposé à toutes les plateformes, sans précisions.

Un programme de test consommant des ressources, il est clair que Microsoft a des projets particuliers en tête. Même s’il ne s’agissait que de prendre à bras le corps les problèmes actuels (notamment les notifications), ce serait déjà un pas dans la bonne direction.

Quelques premières préversions

Ceux qui participent au programme peuvent déjà récupérer des préversions pour macOS, iOS et Android. Comme indiqué par Neowin, il n’y a pour l’instant rien de particulièrement enthousiasmant, essentiellement des corrections de bugs.

La version macOS propose tout de même quelques petits changements. De nouvelles options sont ainsi apparues pour gérer le transfert d’appel et les messages vocaux, on peut rechercher des emojis particuliers, et un nouveau message d’erreur a été ajouté pour signaler des problèmes d’utilisateurs partiellement bloqués.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.