Revue de presse : Mafia III, KO technique à New Bordeaux

Un beau gâchis
Revue de presse : Mafia III, KO technique à New Bordeaux

Sur le papier, Mafia III avait tout pour plaire. Une ambiance intéressante, une direction artistique soignée, mais les équipes de 2K Games auraient certainement gagné à retarder un peu le lancement du jeu pour peaufiner ses aspects techniques.

Quand un éditeur bloque toute possibilité de publier des tests de son jeu avant sa date de lancement, il y a souvent anguille sous roche. C'est même pour ainsi dire un signe qui ne trompe pas. Cette maxime se vérifie encore aujourd'hui avec Mafia III dont le label 2K Games avait imposé un embargo serré à quiconque voulait publier un test. Le résultat, vous l'aurez deviné, n'est donc pas vraiment à la hauteur des attentes.

La beauté de Shrödinger

Tout au long du développement du jeu, les équipes de 2K Games n'ont cessé de publier bande-annonce sur bande-annonce pour vanter la direction artistique de Mafia III. Le jeu parvient aisément à nous plonger dans l'ambiance des années 60-70, notamment grâce à une bande-originale aux petits oignons (avec Jimi Hendrix, les Rolling Stones...) et des décors de toute beauté... quand le moteur de jeu ne ruine pas tout sur le plan technique

S'il n'y a en effet pas grand-chose à redire sur la direction artistique, Mafia III se paye le luxe d'être à la fois beau et laid. Les décors de carte postale qu'offrent la ville de New Bordeaux (où se déroule l'intrigue) sont constamment gachés par un effet d'escalier et des scintillements omniprésents, tandis que la gestion des éclairages semble avoir été confiée à quelqu'un dont ce n'est pas le métier. « Passez du plein soleil à un obscur tunnel et votre carrosserie continue parfois à renvoyer la lumière comme un néon de 2 tonnes, sur plusieurs centaines de mètres », s'amusent ainsi nos camarades de Gamekult.

Et la liste des bugs ne s'arrête pas là. La distance d'affichage réserve bien des mauvaises surprises, avec parfois des piétons ou des véhicules qui apparaissent à seulement quelques mètres de vous. Sur PC, des ralentissements sont à noter même sur des configurations musclées. Le moteur physique mérite lui aussi d'être mentionné, non pas pour la conduite très axée « arcade » des véhicules, mais pour sa faculté à envoyer certains objets en orbite.

Redondance redondante

Autre gros problème, le gameplay de Mafia III est de l'avis général de nos confrères archi répétitif. Les missions se suivent et se ressemblent, tandis que les prises de district se déroulent toujours de la même manière. On interroge des gangsters, on détruit des cargaisons, on liquide d'autres gangsters avant que le requin du coin ne vienne se pointer pour essayer de vous mettre du plomb dans la cervelle. Un point qui pourrait encore être pardonnable si le monde – pourtant ouvert –n'était pas aussi vide d'activités annexes.

Finalement, c'est peut-être la qualité du doublage (aussi bien en version originale qu'en français) qui permet au titre de 2K Games d'éviter le naufrage. Le scénario est prenant, les cinématiques bien réalisées et quelques missions se détachent nettement du lot et méritent (presque) que l'on rame pendant quelques heures en sautant d'une quête clonée à une autre. 

Si l'aventure vous tente, sachez que Mafia III est disponible depuis le 7 octobre dernier sur PlayStation 4, Xbox One, mais également sous macOS et Windows. Mais avant de filer chez votre revendeur préféré, n'hésitez pas à jeter un œil à cette compilation de tests.

En français :

En anglais : 

 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !