Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

SpaceX : les conclusions de l'enquête préliminaire sur l'explosion de Falcon 9

Un retour en vol toujours prévu pour novembre
Tech 2 min
SpaceX  : les conclusions de l'enquête préliminaire sur l'explosion de Falcon 9

SpaceX vient de publier les conclusions du rapport préliminaire de l'explosion de sa fusée Falcon 9. En cause, une fuite dans le réservoir du deuxième étage. La société espère toujours un retour en vol pour novembre, mais cela dépendra évidemment des conclusions finales de l'enquête.

Début septembre, une fusée Falcon 9 de SpaceX explosait sur son pas de tir, avec son satellite AMOS-6 à bord. Un incident qui a eu de nombreuses répercussions. Moins de deux semaines plus tard, l'enquête n'avait visiblement pas avancé suffisamment et Elon Musk lançait un appel sur Twitter afin de récolter des données supplémentaires. Ce week-end, de nouvelles informations ont été publiées sur les causes de l'accident.

93 millisecondes entre la détection de l'anomalie et l'explosion

SpaceX, la FAA, la NASA, l'U.S. Air Force ainsi que des experts du secteur aéronautique ont ainsi examiné près de 3 000 canaux de données télémétriques, en plus des images et de l'audio. Les premiers éléments indiquent que l'incident a été très rapide : 93 millisecondes seulement se sont écoulées entre le premier signe d'une anomalie et l'explosion de la fusée.

Ces informations, combinées avec l'ensemble des débris retrouvés, « suggèrent » que l'accident résulte d'une « large brèche dans le système d'hélium cryogénique dans le réservoir d'oxygène liquide du deuxième étage ». Par contre, l'origine de cette « potentielle » fuite n'est pas encore connue, mais elle n'a « aucun lien » avec l'explosion de la mission CRS-7 l'année dernière, affirme SpaceX.

Un nouveau lancement toujours prévu pour novembre

Forte des conclusions de cet examen préliminaire, la société indique qu'elle continue sa production de moteurs, de réservoirs et d'autres systèmes, car ils ne sont pas concernés par l'enquête en cours. Elle confirme au passage qu'elle souhaite reprendre les vols « aussi rapidement que possible », une fois que la cause de l'anomalie aura été identifiée. Un retour sur le pas de tir est toujours évoqué pour novembre, un calendrier très serré qui avait d'ailleurs surpris plusieurs experts du secteur.

Le pas de tir LC-40 de Cape Canaveral étant pour le moment inutilisable, le LC-39A est en train d'être préparé pour être paré d'ici deux mois. Il est situé à plusieurs kilomètres de l'endroit de l'explosion et n'a pas été affecté par cette dernière. Dans tous les cas, l'heure tourne pour SpaceX. Alors que son carnet de commandes est bien rempli, les retards s'accumulent. Certains de ses concurrents, comme Arianespace, se préparent afin de prendre le relais si besoin (voir cette actualité).

74 commentaires
Avatar de le duc rouge INpactien
Avatar de le duc rougele duc rouge- 26/09/16 à 07:03:35

Quand on sait la quantité d'argent en jeu dans cette affaire, et le soin, j'imagine, apporté à la mise en place de cette fusée, je ne m'explique pas comment une "large brèche" peut se retrouver sur un équipement aussi sensible.

Avatar de manuleouf Abonné
Avatar de manuleoufmanuleouf- 26/09/16 à 07:07:43

le duc rouge a écrit :

Quand on sait la quantité d'argent en jeu dans cette affaire, et le soin, j'imagine, apporté à la mise en place de cette fusée, je ne m'explique pas comment une "large brèche" peut se retrouver sur un équipement aussi sensible.

C'est sur.... c'est comme si un avion se crash et que la mise en cause est:
Suite à l'ouverture d'une large brèche dans le réservoir de l'aile l'avion à explosé!.:eeek2:

Avatar de PtiDidi Abonné
Avatar de PtiDidiPtiDidi- 26/09/16 à 07:09:51

Jimagine que c'est une large brèche à l'échelle de la précision demandée sur ce genre de technologie. Je pense à une large brèche invisible à l'oeil nu perso :)

Avatar de sentryman INpactien
Avatar de sentrymansentryman- 26/09/16 à 07:27:46

PtiDidi a écrit :

Jimagine que c'est une large brèche à l'échelle de la précision demandée sur ce genre de technologie. Je pense à une large brèche invisible à l'oeil nu perso :)

Bah ça change quoi ? Que la brèche soit visible ou non à l'oeil nu, le résultat reste le même...:chinois:

  

le duc rouge a écrit :

Quand on sait la quantité d'argent en jeu dans cette affaire, et le soin, j'imagine, apporté à la mise en place de cette fusée, je ne m'explique pas comment une "large brèche" peut se retrouver sur un équipement aussi sensible.

Effectivement, les mecs étaient tellement pressés de lancer leurs fusées low-cost, qu'ils ont oublié une chose... Pour lancer des fusées, il faut savoir fabriquer des fusées (fiables) et ce n'est visiblement pas le cas.

Avatar de carbier INpactien
Avatar de carbiercarbier- 26/09/16 à 07:32:12

le duc rouge a écrit :

Quand on sait la quantité d'argent en jeu dans cette affaire, et le soin, j'imagine, apporté à la mise en place de cette fusée, je ne m'explique pas comment une "large brèche" peut se retrouver sur un équipement aussi sensible.

Cela va être à SpaceX de répondre.
Mais quand on voit le calendrier contraint qu'ils s'imposent pour reprendre les lancements, on est en droit de se demander s'ils ne confondent pas vitesse et précipitation. Or la précipitation est toujours l'ennemi de la sécurité.

Avatar de servalx INpactien
Avatar de servalxservalx- 26/09/16 à 07:37:50

Eh oui, quand on fait du low cost on obtient du low cost.
Le problème avec l'aérospatiale, c'est qu'il s'accommode mal des limitations budgétaires.

SpaceX nous réserve encore de jolies feux d'artifices à n'en point douter.

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 26/09/16 à 07:41:20

manuleouf a écrit :

C'est sur.... c'est comme si un avion se crash et que la mise en cause est:
Suite à l'ouverture d'une large brèche dans le réservoir de l'aile l'avion à explosé!.:eeek2:

Exactement ce qu'il s'est passé avec le Concorde à Gonesse. En cause : une pièce tombée d'un avion sur la piste.
Reste à découvrir l'origine de la brèche en question dans ce cas précis. Défaut de fabrication, défaut de montage, défaut de qualité du matériau, cause externe...

Avatar de Mustard27 INpactien
Avatar de Mustard27Mustard27- 26/09/16 à 07:49:23

Je cite l'article "Par contre, l'origine de cette « potentielle » fuite n'est pas encore connue, mais elle n'a « aucun lien » avec l'explosion de la mission CRS-7 l'année dernière, affirme SpaceX."

Perso, je ne serais pas si affirmatif.
Car si on regarde bien, lors du premier accident Il a été mis en cause des "pattes de fixation" d'un réservoir d'hélium (prévu
pour pressuriser l'ergol dans le réservoir dO2 du second étage). La
rupture aurait entrainé une fuite (?) ou l'explosion avec
libération de l'hélium et donc surpression dans le réservoir d'O2 qui
aurait cédé.
On a rapidement accusé le fabricant meme si l'enquête ne faisait qu'émettre cette supposition aucun fait ne permet d'établir avec certitude que cette barre était coupable.
 
Or pour ce second accident, au sol cette fois, on retrouve les mêmes coupables, le réservoir d'hélium utilisé pour le réservoir d'O2. Etonnante coïncidence ...

De toute évidence on ne peut plus mettre en cause la barre de fixation du réservoir car contrairement à la première fois il n'y a eu aucune vibration liée au décollage.
Pour moi il y a clairement une faiblesse au niveau de ces réservoirs et des tuyauteries à ce niveau. Et j'y vois plus un défaut de surpression ou un défaut de fabrication de ces réservoirs COPV qui sont assez délicats à réaliser.
J'ai quand même un peu l'impression que SpaceX cherche à chaque fois un coupable pour redemarrer les lancements car les clients n'aiment pas qu'un lanceur soit cloué au sol et pour SpaceX c'est de l'argent de perdu. Il va clairement falloir que SpaceX s'inquiète sérieusement de son système de réservoir au seocnd étage sinon une nouvelle explosion recommencera tot ou tard. Mais il y a clairement soit un défaut de qualité soit un défaut de conception

Avatar de zouzou INpactien
Avatar de zouzouzouzou- 26/09/16 à 07:53:12

SpaceX travaille par essais successifs en situation réelle, comme l'ont fait les russes pour la course à l'espace, où ils envoyaient 1 à 2 fusées par jour autour des années 60, alors que maintenant on fait plus des essais sur banc.
A savoir que jusqu'à la fin des années 80, les russes envoyaient une centaine de satellites par an.
Chez eux les fusées étaient fabriquées en série. Ils ne fabriquent maintenant plus de fusées Soyous depuis 20 ans, cependant Ariane espace (sous contrat) en envoie toujours plusieurs par an après "dépoussiérage".

Édité par zouzou le 26/09/2016 à 07:54
Avatar de Mustard27 INpactien
Avatar de Mustard27Mustard27- 26/09/16 à 07:54:43

le duc rouge a écrit :

Quand on sait la quantité d'argent en jeu dans cette affaire, et le soin, j'imagine, apporté à la mise en place de cette fusée, je ne m'explique pas comment une "large brèche" peut se retrouver sur un équipement aussi sensible.

Il faut savoir que les pressions de ces réservoirs COPV atteint 380 bars, et les tuyauteries sont aussi soumis à de forte pressions. A cela s'ajoute une refroidissement nécessaire à -207°c de ces carburants pour les maintenir à un état solide et à une pression forte, donc forcément  un tel froid favorise les micro fissure liés au contraction et dilatation. Le métal a aussi tendance à devenir plus cassant en très basse temperature et avec une pression si forte ça ne me surprend pas qu'un réservoir, qu'un tuyau ou qu'une soudure puisse lacher.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 8