Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La CADA demande au ministère de l’Éducation de libérer l’algorithme d’Admission Post-Bac

Algorithme and blues
Droit 3 min
La CADA demande au ministère de l’Éducation de libérer l’algorithme d’Admission Post-Bac
Crédits : Dominik Pabis/iStock

Saisie par une association, la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) s’est dite favorable à la divulgation de l'algorithme d'Admission Post-Bac. Les yeux sont désormais rivés sur le ministère de l’Éducation nationale, qui n’est toutefois pas tenu de suivre l’avis de l’institution.

« La décision de la CADA conforte l’association dans sa volonté de transparence, à laquelle le ministère n’a que très partiellement répondu, le code source de l’algorithme restant à ce jour confidentiel », a annoncé dimanche 18 septembre l’association Droits des lycéens, juste après avoir eu connaissance du verdict de l’autorité administrative indépendante (rendu le 23 juin dernier).

L’institution était appelée à se prononcer sur le refus opposé par la Rue de Grenelle suite à la demande de communication de plusieurs documents, dont le fameux algorithme d'Admission Post-Bac. C’est au travers de ce programme contesté (notamment pour son opacité) que sont décidées les affectations d’étudiants au sein des établissements de l’enseignement supérieur, à partir de vœux formulés par les futurs élèves.

« Une règle de priorité fait passer en premier ceux de l’académie, puis, s’ils sont trop nombreux, ceux parmi eux ayant placé la formation en premier vœu. Un – très contesté – tirage au sort intervient en dernier recours. Les étudiants en réorientation passent après les néobacheliers. Voilà pour les critères utilisés, au moins officiellement, que l’association Droits des lycéens pourra vérifier en décryptant le code source » explique Le Monde, qui s’est procuré l’avis de la CADA.

Le code source, un document administratif communicable

La Commission a effectivement considéré que « les fichiers informatiques constituant le code source ou algorithme sollicité, produits par l’Institut national polytechnique de Toulouse pour le ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le cadre de leurs missions de service public respectives, revêt[aient] le caractère de documents administratifs ». Autrement dit, le document réclamé par Droits des lycéens (on ne sait pas s'il s'agit très exactement d'un algorithme ou d'un code source) est « communicable à toute personne qui le demande ».

Cette décision est tout sauf une surprise, dans la mesure où la CADA avait déjà adopté pareille position (notamment dans l’affaire du code source du logiciel de calcul de l’impôt sur le revenu).

Tout en donnant son feu vert, la CADA prend note en conclusion de son avis « de l’intention de la ministre de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche de procéder prochainement à la communication de ces documents au demandeur » – ce qui laisse à penser que dans ses échanges avec l’exécutif, des engagements aient été pris par la Rue de Grenelle.

Contradictions gouvernementales sur l'Open Data

Un nouveau refus de communication de la part du ministère serait de ce fait extrêmement mal vu, d’autant que le gouvernement n’a de cesse d’afficher ses ambitions en matière d’Open Data. La future loi Numérique va d’ailleurs obliger certaines administrations à mettre en ligne les « règles définissant les principaux traitements algorithmiques » servant à prendre des décisions individuelles, de type attribution d’allocations ou affectation d’enseignants (voir notre analyse à ce sujet).

Dans le pire des cas, l’association Droits des lycéens pourra saisir la justice. Mauvaise nouvelle pour l’exécutif : le tribunal administratif de Paris a jugé en mars dernier que même « si les programmes informatiques ont vocation à évoluer au gré des mises à jour, chaque version du code source d’un même programme informatique revêt le caractère de document administratif achevé et peut être communiqué dans cet état ».

65 commentaires
Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 20/09/16 à 12:37:57

Mais l'EdNat ne peut pas : « le code source contient principalement la gestion de l'interface & les données personnelles des étudiants », d'après la ministre.

:bravo:

Avatar de Tamos Abonné
Avatar de TamosTamos- 20/09/16 à 12:40:09

Ce serait une bonne nouvelle, ça serait l'occasion de vérifier tout ça. Surtout quand on voit des élèves avec plus de 18 au bac S se voir refuser leur entrée à la fac.... :craint:

Et attribuer la place a quelqu'un qui n'était certainement pas meilleur, mais de la région... Et qui risque de pas finir l'année ou se réorienter la prochaine. C'est triste de voir un système pareil.

Bon après ça va contre la suppression des notations, l'égalité des chances tout ça...
Mais peut-on laisser des personnes qui n'ont aucune chance de réussir malgré tous leurs efforts prendre la place de quelqu'un qui aurait réussi ? :fou: :mad2:

Avatar de Ewil INpactien
Avatar de EwilEwil- 20/09/16 à 12:43:53

ba, pour etre de l'autre coté, adp c'est juste la galère pour gérer nos effectifs. On ne sait jamais combien d’étudiants on va avoir d'une année sur l'autre... C’était tellement plus simple avant, où on avait une simple liste d'admission + liste complémentaire...

C'est pas compliqué à comprendre... sur adp, celui qui attend le dernier moment pour valider son choix est celui qui a le plus de choix... c'est tout...

Tamos a écrit :

Ce serait une bonne nouvelle, ça serait l'occasion de vérifier tout ça. Surtout quand on voit des élèves avec plus de 18 au bac S se voir refuser leur entrée à la fac.... :craint:

La fac ne refuse personne sauf quelques filière qui se comptent sur le doigt de la main.

Édité par Ewil le 20/09/2016 à 12:46
Avatar de CUlater INpactien
Avatar de CUlaterCUlater- 20/09/16 à 12:46:22

...Et les comptes cachés de Cahuzac :D

produits par l’Institut national polytechnique de Toulouse
Tout s'explique :fumer:

Édité par CUlater le 20/09/2016 à 12:47
Avatar de serpolet INpactien
Avatar de serpoletserpolet- 20/09/16 à 12:47:39

Inévitablement, l'algorithme ADP sera déclaré illégal, inévitablement les "syndicats" lycéens/étudiants vont gagner, inévitablement n'importe qui pourra s'inscrire n'importe où, et inévitablement on va avoir des amphis multiples et surchargés dans certaine filières bouchées, avec des taux d'échec encore plus faramineux en 1e année, alors que les filières débouchant sur l'emploi sont toujours aussi peu attractives...

Édité par serpolet le 20/09/2016 à 12:48
Avatar de Tatsu-Kan INpactien
Avatar de Tatsu-KanTatsu-Kan- 20/09/16 à 12:49:50

Une ministre qui démontre une fois de plus une totale incompétence.
C'est quand même dingue que personne ne lui ai dit qu'elle passe pour une débile mentale en sortant des choses pareilles.

Najat Vallaud-Belkacem rejoint donc officiellement les ministres barbara gourdes.
A côté des célèbres (liste non exhaustive) :
- Christine Albanel et son célèbre parefeu openoffice
- Myriam El Khomri et sa connaissance du CDD

N'oublions par les collègues masculins :
- Jérôme Cahuzac et sa croisade contre la fraude fiscale

  • ...

    Le gouvernement actuel applique également à la lettre le principe de dilbert

Édité par Tatsu-Kan le 20/09/2016 à 12:50
Avatar de mizuti INpactien
Avatar de mizutimizuti- 20/09/16 à 12:51:45

serpolet a écrit :

Inévitablement, l'algorithme ADP sera déclaré illégal, inévitablement les "syndicats" lycéens/étudiants vont gagner, inévitablement n'importe qui pourra s'inscrire n'importe où, et inévitablement on va avoir des amphis multiples et surchargés dans certaine filières bouchées, avec des taux d'échec encore plus faramineux en 1e année, alors que les filières débouchant sur l'emploi sont toujours aussi peu attractives...

 

C'est bien ça le problème... Le jour où le CAP et le BEP seront revalorisés, le chômage des jeunes devraient bien diminuer. Mais on est en France, le pays qui te met dans le crane que sans le bac S on ne fait rien :mdr:  

Avatar de anonyme_8db2db86e6e8bfd8080de99876638d13 INpactien

:mdr2:
Bien sur je code en dur les donnes relatives aux élèves dans mon programme, c'est plus simple a maintenir et de toutes facons je sais pas me servir de SQL...
Je lui enverrai personnellement l'appli que je code pour eux, qu'elle vérifie si je l'ai bien faite !
Merci pour ce bon fou rire !

Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Faux, quand j'étais à la fac, ils ont accepté que la moitié de l'année précédente pour deux fois moins de pc dispo ...en mias (info , maths).

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 20/09/16 à 12:53:15

Jarodd a écrit :

Mais l'EdNat ne peut pas : « le code source contient principalement la gestion de l'interface & les données personnelles des étudiants », d'après la ministre.

:bravo:

je suis consternation... :craint:

Tatsu-Kan a écrit :

(...)
- Jérôme Cahuzac et sa croisade contre la fraude fiscale

  • ...

Pour comprendre le fraudeur, il faut devenir le fraudeur (principe de base de la chasse) :windu:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7