Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Rejet du recours contre le partenariat entre Microsoft et le ministère de l'Éducation nationale

Bug dans la mise à jour
Droit 4 min
Rejet du recours contre le partenariat entre Microsoft et le ministère de l'Éducation nationale
Crédits : Xavier Berne

Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a rendu son ordonnance dans l’action lancée par plusieurs associations issues du milieu du libre contre l’accord Microsoft/Éducation nationale. Les plaignants sont tous déboutés. 

Peine perdue pour le Conseil national du logiciel libre, les associations Ploss Rhône-Alpes, La Mouette et l’Aldil. Estimant l’accord de partenariat passé entre l’Éducation nationale et Microsoft illicite, elles avaient réclamé devant les juges des référés sa suspension provisoire (notre compte rendu d'audience).

Sur quel fondement ? D’abord l’article 808 du Code de procédure civile, qui permet de réclamer en urgence toutes les mesures qui ne se heurtent à aucune contestation sérieuse. Souci : l’accord a été formalisé à partir du 18 novembre 2015. Le président du tribunal a du coup eu un peu de mal à flairer une quelconque urgence.

Pour expliquer ce retard, Me Soufron, avocat des associations, a rappelé qu’il avait d’abord tenté un recours gracieux auprès du ministère de l’Éducation nationale. Grimace du magistrat : « La convention litigieuse ne relevant pas, selon les parties, de la compétence du juge administratif, le recours gracieux exercé par les associations demanderesses n’était donc pas un préalable indispensable à la saisine du juge judiciaire ».

Défaut de condition d'urgence 

En clair, dans une telle procédure, si urgence il y avait, les associations auraient dû agir immédiatement à sa porte, et surtout ne pas perdre un temps précieux auprès du ministère avec une procédure administrative inutile. Du coup, alors que ce recours gracieux a eu lieu le 29 janvier 2016, le juge des référés ne comprend pas pourquoi les mêmes associations « ont choisi d’attendre la fin du mois de juillet 2016 pour se décider à porter leur affaire devant la juridiction des référés ».

Les associations ont aussi prétexté n’avoir eu connaissance que tardivement de cet accord, entré en application depuis de longs mois. Mais l’argument a fait pshit : « les associations demanderesses ont eu connaissance de ladite convention dès sa formalisation puisqu’elle a été mise en ligne sur Internet ».

Certes, l’exécution d'un tel partenariat n’est pas exclusive d’une situation d’urgence, si du moins est démontré que les effets de cette convention ont depuis gonflé avec le temps. Me Soufron a bien fait état d’une charte de confiance sur les données personnelles qui « ne respecterait pas les dispositions de la loi Informatique et Libertés ». Une « accusation, spéculative à tout le moins, [qui] ne caractérise pas une urgence » lui a répondu l'ordonnance.

De même, il a évoqué la fermeture de la société Ryxeo, éditrice d'une suite de logiciels libres dédiés à l’éducation. Re-pshit :  « le lien de causalité entre la convention litigieuse et la liquidation de ladite société n’est nullement démontré », d’autant que la société a publié un communiqué pour se plaindre de la crise économique et de l’amalgame « libre = gratuit ». Bref, la condition d’urgence n’est pas remplie au titre de l’article 808 du Code de procédure civile.

Défaut du caractère illicite de ce partenariat 

Une autre disposition, le 809 alinéa 1 du même code, lui  permet néanmoins de prescrire toutes les mesures conservatoires ou de remise en état nécessaires à la prévention d’un dommage imminent, ce qui suppose une illicéité. Seulement, à bien regarder, le compte n'y est pas. 

Microsoft et l’Éducation nationale évoquent un contrat de partenariat. Les associations, un contrat de vente et de louage, illicite car sans prix et passé en violation du Code des marchés publics. L’ordonnance se refuse néanmoins à requalifier cet accord, sauf à malmener la volonté des parties.

Le juge constate surtout que le document ne mentionne pas de prix, n’est pas exclusif, n’impose pas d'obligations à la charge du ministère sauf à instituer des mesures dans le cadre du plan numérique à l’école et à organiser une coordination en matière de communication. Enfin, souvent évoquée, la somme de 13 millions qui pèserait sur les épaules de Microsoft n’y apparaît pas. Bref, le juge de l'évidence a du mal à constater une quelconque illicéité et donc l’existence d’un dommage illégitime qui aurait pu justifier une suspension.

Au final, les associations sont donc déboutées. Elles sont toutes condamnées aux dépens ainsi qu’à verser 2 500 euros à l’État et autant à Microsoft au titre de l’article 700 du code de procédure civile. Contacté, Jean-Baptiste Soufron n’exclut pas la possibilité d’agir au fond. Une réunion sera prochainement organisée avec les associations pour connaître les suites du feuilleton. Seul petit détail : si jugement il y a, il sera rendu après la fin de ce partenariat. 

108 commentaires
Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 15/09/16 à 13:39:08

C'est quand même dommage que l'EN livre les élèves à Microsoft comme ça.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 15/09/16 à 13:46:35

Anéfé.

Avatar de Dr.Wily INpactien
Avatar de Dr.WilyDr.Wily- 15/09/16 à 13:47:20

Pourquoi ce n'est pas étonnant ? Tiens, je vais ouvrir un site de prédiction juridique. Celui qui à le plus d'argent gagne, bientôt le concept de justice sera assimilé a celui d'un porte monnaie bien rempli.

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 15/09/16 à 13:48:32

Marc a écrit :

Les plaignants sont tous débgoutés.

:cap:

J'aime bien l'argument "c'est publié sur internet". En version corporate c'est "t'as pas lu le memo ?"

Avatar de tiret Abonné
Avatar de tirettiret- 15/09/16 à 13:50:12

Ça permet à la mafia des puissants de continuer à s'enrichir gentiment dans son coin au détriment du quidam moyen. Et au final c'est ce dernier qui se fait entuber mais dont on détourne l'attention vers ces salauds de pauvres qui sont tous des profiteurs. Mais surtout pas les Bettencourt & Cie...

Avatar de dumbledore INpactien
Avatar de dumbledoredumbledore- 15/09/16 à 13:50:24

Les associations se sont fait tordre le cou, les bras etc....

Leurs présidents, secrétaires, juristes sont trop éloignés des subtilités administratives et surement trop de débat en interne : on y vas? on y vas pas? et que font les autres? ben pendant ce temps les mois passent.

et comme dans le poème : passe le temps, passent les heures et je me meurs.

Avatar de hellmut Abonné
Avatar de hellmuthellmut- 15/09/16 à 13:52:17

:bravo:

Avatar de wpayen Abonné
Avatar de wpayenwpayen- 15/09/16 à 13:52:21

Les associations ont perdus en référé car elles n'avaient pas à demander là. Le juge constate qu'il n'y pas d'urgence et que les associations ont 6 mois de retard. Le jugement actuel n'est pas un jugement au fond qui peut intervenir si les associations décident d'aller plus en avant.

Donc en gros, concernant ledit accord, on est pas plus avancé pour sa légalité.

Avatar de svoboda INpactien
Avatar de svobodasvoboda- 15/09/16 à 13:52:39

Elles sont toutes condamnées aux dépens ainsi qu’à verser 2 500 euros à l’État et autant à Microsoft
argent versé en Irlande ?

Avatar de bord INpactien
Avatar de bordbord- 15/09/16 à 13:53:41

Ha ben au mois les élèves pourront apprendre l'informatique dans un environnement stable, performant et apprendre a coder en .NET, pas encore leader en part de marché, mais de loin le plus performant ! Aucune utilité à sortir de l'environnement Microsoft, tout est tellement bien pensé !

Allez hop circulez !

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11