Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Apple : les nouvelles règles des abonnements entrent en vigueur

Le permis, l'interdit
Logiciel 5 min
Apple : les nouvelles règles des abonnements entrent en vigueur

En juin, Apple avait annoncé que de nouvelles conditions encadreraient les abonnements disponibles dans les applications sur l’App Store. Elles sont désormais actives, l’éditeur ayant détaillé ce que les développeurs pouvaient faire, mais également les comportements qui seront bloqués.

Peu avant la conférence WWDC de juin dernier, le responsable Phil Schiller avait fait une vaste annonce dans laquelle il détaillait un assouplissement des règles encadrant les abonnements. L’un des principaux changements annoncés concernait la part retenue par Apple sur les gains générés : dès qu’un utilisateur cumulait un an d’abonnement, elle passait de 30 à 15 %. Une manière pour la firme d’inciter les éditeurs à proposer des contenus de qualité afin de les retenir.

Une généralisation de l'abonnement à d'autres formes de contenus

Désormais, ces changements sont actifs, Apple ayant publié une liste de choses à faire et à ne pas faire. On peut y voir que les éditeurs d’applications auront plus de latitude dans la mise en place des abonnements et que les modifications ne concernent pas seulement des services comme Netflix ou Spotify (qui d’ailleurs s’estimait assez frustré par des changements qu’il jugeait insuffisants). Toute application pourra ainsi proposer un abonnement dès lors qu’une vraie valeur ajoutée est ajoutée sur une base régulière : accès au cloud, niveaux supplémentaires dans un jeu, mode multijoueur, etc.

Tout abonnement pourra être payé par semaine, chaque mois, ou tous les deux, trois ou six mois. L’arrêt d’un abonnement ne change pas vis-à-vis de la situation actuelle : un utilisateur peut arrêter à tout moment, terminant simplement la période qu’il a déjà acquise. Chaque période proposée peut également donner lieu à une période d’essai gratuite, dont la durée dépendra de la formule proposée à la base. Pour une semaine, l’essai pourra par exemple être d’une semaine. On trouve ensuite d’une semaine à un mois pour les offres d’un ou deux mois, un mois pour les offres de trois à six mois, et jusqu’à trois mois pour les offres annuelles.

L'utilisateur garde la main sur la modification ou la résiliation

Il existe également un certain nombre de points que les développeurs peuvent prendre en compte dans la gestion des abonnements. Par exemple, une application peut très bien cumuler deux types de services, un par abonnement, l’autre par paiement à l’acte. Un cas que l’on retrouve facilement sur les plateformes de streaming. Même si Apple donne l’impression d’enfoncer une porte ouverte, l’entreprise précise que tout arrêt d’un abonnement ne pourra pas couper l’accès à des contenus déjà acquis, soit dans le cadre d’un abonnement (niveaux supplémentaires dans un jeu par exemple), soit par le paiement à l’acte.

Une application ne pourra cependant pas couvrir par un abonnement l’accès à un service tiers. Pas question pour un éditeur de réaliser une valeur ajoutée sur la base d’un produit qui ne lui appartiendrait pas. Par contre, rien ne l’empêche de réutiliser le même abonnement d’autres applications lui appartenant. Chacune sera approuvée séparément, mais Apple indique que les références dans la page de gestion des abonnements (dans les Réglages d’iOS) doivent clairement indiquer que toutes appartiennent bien au même éditeur. Autre obligation, que chacune d’entre elles dispose des capacités de changement d’abonnement et de résiliation. Un utilisateur ne doit pas installer une application spécifique pour gérer sa formule.

Tarifs : ils doivent si possible rester stables

L’entreprise souhaite également que les prix demandés par les éditeurs restent stables dans le temps. C’est un point particulièrement important, même s’il n’est pas imposé. Apple recommande ainsi de ne faire augmenter les prix chez les abonnés existants que si l’éditeur ne peut pas faire autrement. Le système de tarification permet de laisser les abonnés au prix « convenu », tout en gérant les nouveaux sur une base plus onéreuse.

Rien n’empêche ainsi d’avoir des utilisateurs de 2015 à 1,99 euros par mois, ceux de 2016 à 2,99 euros et de prévoir les inscriptions de 2017 à 3,99 euros. Pour la firme, il s’agit en quelque sorte d’un cercle vertueux : la stabilité des prix dans le temps encourage les utilisateurs à rester abonnés et est donc un facteur de fidélité. Puisque cette fidélité a un impact direct sur les finances et que la part prélevée par Apple tombe de 30 à 15 % après un an d’abonnement cumulé (deux formules non liées de six mois suffisent), l’éditeur doit donc s’y retrouver. Rien ne l’empêche cependant de réclamer une hausse tarifaire. Auquel cas un message devra être clairement affiché chez l’utilisateur, qui pourra refuser le nouveau prix et se désabonner.

200 paliers tarifaires incluant les taxes locales et la commission

Toujours au sujet de la tarification, Apple confirme que plus de 200 paliers sont disponibles dans l’ensemble des marchés concernés par l’App Store. Ces tarifs sont ceux que la firme estime les plus appropriés, mais l’éditeur a le dernier mot. Apple indique toutefois que ces tarifs proposés incluent dans chaque zone les différentes taxes et la commission qu’elle prélève avant reversement des gains à l’éditeur. Si ce dernier décide d’appliquer un prix personnalisé, il devra donc inclure les différentes taxes locales dans ses calculs.

Précisons enfin qu’Apple recommande aux éditeurs qui envisageraient de faire grimper le prix d’un abonnement d’attendre qu’iOS 10 et Sierra soient disponibles. Les nouveaux systèmes, qui devraient être disponibles dans le courant du mois, gèreront en effet ces changements car le signal sera fourni directement par Apple.

N'y a-t-il pas déjà trop d'abonnements ?

Dans l’absolu, Apple a éclairci bon nombre de points tout en généralisant le modèle de l’abonnement à des contenus qui n’étaient auparavant pas concernés. Le modèle était en effet strict et ne pouvait être appliqué que dans des cas limités, notamment la presse et tout ce qui touche au streaming multimédia. Cependant, les abonnements ne sont pas une nouveauté, loin de là. De très nombreux services en proposent déjà, et les éditeurs seront confrontés à un constat simple : certains utilisateurs en ont déjà. La question sera alors de savoir si l’abonnement est une réponse pertinente selon les cas.

13 commentaires
Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 05/09/16 à 15:54:03
Édité par Vincent_H le 05/09/2016 à 15:59
Avatar de AirTé Abonné
Avatar de AirTéAirTé- 05/09/16 à 17:07:59

Le dernier paragraphe se pose où il faut.

Que certaines applications aient un abonnement parait pertinent (Spotify, Deezer, ...) mais pour d'autres c'est vraiment de trop (1Password ? Quelqu'un m'explique ?).

On nous mets trop facilement des abonnements et c'est vraiment nul.

Mais quand les gens ne veulent plus payer pour une grosse mise à jour (majeure) ou qu'ils veulent tout à très bas prix, voilà ce que ça donne.
Résultat ça revient souvent bien plus cher et surtout ne permet plus de profiter de son bien aussi longtemps qu'on le désire. Si on ne paie pas 1 mois, c'est foutu.

Franchement, je préfère mille fois une application gratuite avec un achat intégré pour tout débloquer si on est satisfait (puisque la version payante de suite a tendance à fair fuir les gens aussi). C'est ce qui se rapproche le plus de la démo.

Par exemple, j'ai acheté il y a quelques années un logiciel pour m'aider à gérer mes comptes sur Steam à 15€. Maintenant il coute 5$/mois. Avec des fonctionnalités en moins et le tout stocké sur des serveurs autre que les miens. Eh ben, c'est non.

Avatar de ThomasRift INpactien
Avatar de ThomasRiftThomasRift- 05/09/16 à 17:37:50

1Password c'est la même chose pour d'autres services du genre: Dashlane, Lastpass etc... Ces applications fonctionnent toutes avec un système d'abonnements. Etant donné qu'elles permettent la synchronisation des informations de compte (logins, mdp etc) sur tous les appareils (à moins que je ne connaisse pas bien 1Password ?).
Je vois mal ce genre d'application fonctionner sans formule d'abonnement, j'étais chez Dashlane et ai changé pour Lastpass car pas de support pour des systèmes Linux avec Dashlane. 10 euros par an pour Lastpass je trouve pas ça hyper cher malgré le fait que ça soit un abonnement.   

 Pour le reste je suis entièrement d'accord, appli gratuite avec un supplément à payer pour débloquer les fonctionnalités. Plex propose les deux par exemple, leur formule d'abonnement ou l'achat intégré pour tout débloquer sans devoir payer à nouveau tous les mois.
Édité par Nydow le 05/09/2016 à 17:39
Avatar de FrDakota Abonné
Avatar de FrDakotaFrDakota- 05/09/16 à 19:08:28

Nydow a écrit :

1Password c'est la même chose pour d'autres services du genre: Dashlane, Lastpass etc... Ces applications fonctionnent toutes avec un système d'abonnements. Etant donné qu'elles permettent la synchronisation des informations de compte (logins, mdp etc) sur tous les appareils (à moins que je ne connaisse pas bien 1Password ?).
...

 J'ai l'application 1Password achetée au prix fort et sans abonnement.
 La migration vers un système payant comme Dashlane ne m'intéresse absolument pas.
 

Avatar de Mr.Nox INpactien
Avatar de Mr.NoxMr.Nox- 05/09/16 à 19:14:41

J'ai exactement fait pareil pour LastPass, l'un des rares qui supportait tout le monde (windows mobile inclus, c'est pour dire).
Par contre je suis passé par le site et non via l'application.

Avatar de AirTé Abonné
Avatar de AirTéAirTé- 06/09/16 à 06:36:31

Nydow a écrit :

1Password c'est la même chose pour d'autres services du genre: Dashlane, Lastpass etc... Ces applications fonctionnent toutes avec un système d'abonnements. Etant donné qu'elles permettent la synchronisation des informations de compte (logins, mdp etc) sur tous les appareils (à moins que je ne connaisse pas bien 1Password ?).

1Password jusqu'à maintenant ne nécessite pas d'abonnement, le fichier est stocké en local sur ma machine (synchronisée avec mon NAS, et par extension sur tous mes périphs).
On peut aussi synchroniser sur DropBox ou maintenant chez AgileBits avec l'abo.

J'ai pas envie de stocker mes mdp ailleurs que chez moi en fait :)

Avatar de Vincent_H Équipe
Avatar de Vincent_HVincent_H- 06/09/16 à 08:27:54

Ya payant et payant. Tu payes au prix fort une version, et seulement celle-là. L'abonnement déverrouille toutes les versions, sans limite d'appareils, avec synchro des mots de passe entre tous. C'est ça la différence. Par contre, contrairement à LastPass et Dashlane par exemple, impossible de l'utiliser sur une seule machine sans passer à la caisse, par licence classique ou abonnement.

Avatar de Liara T'soni INpactien
Avatar de Liara T'soniLiara T'soni- 06/09/16 à 08:29:15

Je suis bien d'accord, de plus en plus de jeux sont soit avec abonnement soit free2pay avec une blinde de microtransaction. Photoshop est à abonnement, office 365, IDE, et jean passe.

Le "je pose mon fric et je me casse avec le produit" est en voie de disparition.

Bientôt W10 ?

Avatar de Vincent_H Équipe
Avatar de Vincent_HVincent_H- 06/09/16 à 08:29:32

C'est différent selon les cas. Chez LastPass, synchro illimitée entre les ordinateurs, mais réclame un abo dès qu'on veut utiliser sur mobile. Chez Dashlane, c'est gratuit sur un seul ordinateur, mais payant dès qu'on en veut d'autres et/ou qu'on veut les mots de passe sur mobile. Chez 1Password, c'est payant tout de suite.

Avatar de FrDakota Abonné
Avatar de FrDakotaFrDakota- 06/09/16 à 08:35:21

Vincent_H a écrit :

Ya payant et payant. Tu payes au prix fort une version, et seulement celle-là. L'abonnement déverrouille toutes les versions, sans limite d'appareils, avec synchro des mots de passe entre tous. C'est ça la différence. Par contre, contrairement à LastPass et Dashlane par exemple, impossible de l'utiliser sur une seule machine sans passer à la caisse, par licence classique ou abonnement.

 Pourtant j'ai une licence Mac/PC v3 et j'ai pu mettre à jour chacun en v4 sans supplément. Synchronisés via Dropbox avec aussi iOS.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Une généralisation de l'abonnement à d'autres formes de contenus
  • L'utilisateur garde la main sur la modification ou la résiliation
  • Tarifs : ils doivent si possible rester stables
  • 200 paliers tarifaires incluant les taxes locales et la commission
  • N'y a-t-il pas déjà trop d'abonnements ?
S'abonner à partir de 3,75 €