Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Fermer OpenOffice ? Une « sérieuse possibilité » pour son vice-président

Une seule version en 2015, rien en 2016
Logiciel 3 min
Fermer OpenOffice ? Une « sérieuse possibilité » pour son vice-président

Le projet OpenOffice va mal. Le vice-président d’Apache OpenOffice a indiqué dans un courrier que la fermeture du développement était envisagée. La raison invoquée est simple : il n’y a pas assez de développeurs compétents pour maintenir un bon rythme, posant un vrai problème sur la gestion des failles.

OpenOffice est pour beaucoup l’incarnation du logiciel libre à succès. Ses sources étaient pourtant fermées à ses débuts, ne devenant ouvertes qu’en 2001. Son utilisation n’a fait que croitre durant une décennie, posant la suite bureautique en alternative viable à Office de Microsoft dans de nombreux cas. En 2011 cependant, le rachat de Sun par Oracle provoque un fort mécontentement. Des développeurs choisissent alors de « forker » le projet et de créer LibreOffice, qui sera accompagné plus tard de la Document Foundation pour en accompagner le développement.

Le rythme de parution des nouvelles versions d’OpenOffice s’est depuis ralenti de manière très sensible. Comme noté par Ars Technica, il n’y a eu que deux nouvelles versions en 2014, et une seule en 2015, d’ailleurs la dernière en date (4.1.2). Pendant ce temps, LibreOffice a aligné quinze nouvelles moutures en 2015. Si le nombre de versions ne fait pas tout, il est un signe évident d’activité intense.

Un souci de sécurité révélateur

Cette chute dans le rythme a fini par poser un vrai problème quand une faille s’est déclarée. Son découvreur l’avait signalée en début d’année, et si un patch était bien en cours d’élaboration, le bulletin de sécurité n’a été publié qu’en juillet, et le correctif fin août. La brèche était pourtant sérieuse, pouvant provoquer une exécution arbitraire de code dès qu’un document spécialement conçu était ouvert. À ce titre, le bulletin de sécurité d’OpenOffice était représentatif de la situation : avant que ne soit publié le précieux correctif, il était recommandé d’utiliser LibreOffice ou Office pour contourner le problème.

L’affaire a provoqué une remise en cause au sein du comité d’OpenOffice, et ce d’autant plus que l’Apache Software Foundation réclamait peu après une marche régulière de bulletins mensuels. Conséquence, le vice-président d’OpenOffice, Dennis Hamilton, s’interroge. Dans une lettre intitulée « Qu’impliquerait une fermeture d’OpenOffice ? », il évoque la possibilité de clôturer le projet et ce que cela signifierait.

Les conséquences d'une fermeture éventuelle

Le code source resterait en place, mais tout signe d’OpenOffice comme produit destiné aux utilisateurs finaux serait gommé. Il n’y aurait plus de travaux sur le code, plus de nouvelles versions, plus de comptes Twitter et Facebook, plus de mailing lists et bien entendu plus de comité de gestion. L’idée d’une fermeture reste hypothétique, mais que le président se pose la question reste significatif, surtout quand il donne des pistes sur la manière de procéder.

Dans la conversation qui a suivi, l’ingénieur logiciel Jim Jagielski (cofondateur de l’Apache Software Foundation) propose de ne plus considérer OpenOffice comme un produit fini. Son idée serait de transformer la suite en un framework bureautique, un moteur qui pourrait alors être repris dans d’autres projets, destinés eux à l’utilisateur final.

Une partie des développeurs n'est pas d'accord

Certains dans la discussion semblent dans tous les cas d’accord pour dire qu’il existe actuellement trop peu de développeurs compétents pour permettre au projet de garder un rythme sain : une demi-douzaine à peine travaillent à temps plein sur le code. Cependant, tous n’acceptent pas l’idée d’une fin pour OpenOffice. Beaucoup reprochent à Hamilton le simple fait d’avoir exposé publiquement ces questionnements, qui risquent de prendre un aspect « prophétique une fois que le sujet touchera la presse ». Certains critiquent le calendrier d’une telle lettre, tandis que d’autres estiment que même si OpenOffice devait disparaître, les efforts devraient quand même se concentrer sur une nouvelle version, car de nombreux apports sont prêts.

En clair, rien ne permet pour l’instant d’affirmer qu’OpenOffice va s’arrêter. Il est cependant évident que les interrogations sont vives, particulièrement sur la gouvernance du projet et ses priorités. On ne sait par ailleurs pas quand une nouvelle version sera publiée. Pendant ce temps, LibreOffice continue son travail et de tirer la couverture, à tel point que bon nombre de distributions Linux l’intègrent par défaut en remplacement d’OpenOffice.

134 commentaires
Avatar de jaffalibre Abonné
Avatar de jaffalibrejaffalibre- 05/09/16 à 12:32:14

Mais comment va faire la hadopi sans son parefeu ? Ils ont pensés à ca ???

Avatar de loloemr Abonné
Avatar de loloemrloloemr- 05/09/16 à 12:33:20

Salaud, même pas eu le temps de faire cette blague pourrie qui va se faire sworder :)
 

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Les scanneurs de ports saluent cette possibilité.

:transpi: --> []

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 05/09/16 à 12:36:34

Vincent a écrit :

OpenOffice est pour beaucoup l’incarnation du logiciel libre à succès.

Pour ma part, ça me rappelle un article de blog montrant, en gros, comment saboter une communauté ou un développement communautaire en se basant sur l'exemple d'OpenOffice (c'était il y a 6-8 ans, de mémoire) :transpi:

Avatar de SrBelial Abonné
Avatar de SrBelialSrBelial- 05/09/16 à 12:37:38

et voilà, tout ça c'est la faute d'Oracle et du coup <bim!!!> on obtient des questionnements prophétiques ...

Raaah bordel, la Pythie elle a pas eu tous ces problèmes, elle !

(nan mais parce que Oracle / prophétie / pythie, enfin bon ... c'est drôle quoi ... non ?)

Édité par SrBelial le 05/09/2016 à 12:38
Avatar de bord INpactien
Avatar de bordbord- 05/09/16 à 12:38:47

Pour le coup, c'est vrai que je suis passé sous libreoffice et que j'invite les utilisateurs qui veulent pas payer office plus libreoffice depuis quelques années, je suis pas allé dans le détail des fonctionnalités mais je le trouve plus "pratique"
(vision purement subjective de mon expérience perso).
Mais apparemment on est pas mal dans ce cas ?

Avatar de hurd Abonné
Avatar de hurdhurd- 05/09/16 à 12:40:17

La vrai question, c'est pourquoi apache à accepter de gérer OpenOffice…

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 05/09/16 à 12:43:25

Il y a toujours au moins une alternative gratuite, ce ne sera pas une grosse perte.

Avatar de dylem29 Abonné
Avatar de dylem29dylem29- 05/09/16 à 12:45:19

C'est Albanel qui va être déçu ! :D

Avatar de gerfaut INpactien
Avatar de gerfautgerfaut- 05/09/16 à 12:46:37

> ces questionnements, qui risquent de prendre un aspect « prophétique une fois que le sujet touchera la presse »

C'est plus qu'évident. Quel responsable de service informatique ira vers le choix d'un passage ou d'un renouvellement de solution OpenOffice après une telle déclaration de la part du vice-président de la fondation -- indépendamment du dénouement de cette affaire...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 14