Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Dès 2017, les employeurs devront protéger leurs salariés contre les ondes électromagnétiques

La clé des champs
Droit 3 min
Dès 2017, les employeurs devront protéger leurs salariés contre les ondes électromagnétiques
Crédits : triloks/iStock

À compter du 1er janvier 2017, les employeurs devront respecter de nouvelles règles visant à protéger leurs salariés des champs électromagnétiques émis par les (nombreux) appareils électroniques présents dorénavant dans les entreprises. Un décret a été pris en ce sens ce week-end par le gouvernement.

Ces dispositions, qui viennent transposer une directive européenne, ont pour ambition d’améliorer « la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, qui reposait jusqu'alors sur les seuls principes généraux de prévention », explique l’exécutif. Dès l’entrée en vigueur de ce décret, l'exposition d'un salarié à des champs électromagnétiques ne devra pas dépasser les valeurs limites d'exposition suivantes :

seuils ondes électromagnétiques

Des précautions particulières seront à prendre vis-à-vis des femmes enceintes. Il faudra en effet que leur exposition aux ondes soit « maintenue à un niveau aussi faible qu'il est raisonnablement possible d'atteindre en tenant compte des recommandations de bonnes pratiques existantes, et en tout état de cause à un niveau inférieur aux valeurs limites d'exposition du public aux champs électromagnétiques ». Il sera par ailleurs interdit d'affecter des travailleurs de moins de dix-huit ans à des postes où les ondes sont susceptibles de dépasser ces valeurs limites.

Évaluation des risques

Avant d’en arriver là, chaque employeur devra procéder à une évaluation des risques. Celle-ci pourra être réalisée à partir de simples « données documentaires », voire, en cas de risque de dépassement des valeurs limites, par une mesure précise des niveaux de champs électromagnétiques auxquels les salariés sont susceptibles d'être exposés. Les résultats ainsi obtenus seront consignés dans le document unique d’évaluation des risques (DUER) de l’entreprise. Ce dernier est en principe accessible de plein droit au travailleur qui demande à le consulter.

« Lorsqu'une exposition au-delà des valeurs limites d'exposition est détectée ou lorsqu'un effet indésirable ou inattendu sur la santé susceptible de résulter d'une exposition à des champs électromagnétiques est signalé par un travailleur, celui-ci bénéficie d'une visite médicale », prévoit le décret. L’employeur aura par ailleurs l'obligation de désigner une personne « chargée d'assurer la fonction de conseiller à la prévention des risques liés aux champs électromagnétiques ».

« Approche graduée » en cas de dépassement

En cas de dépassement de seuil, le gouvernement explique qu’une « approche graduée » prévaudra. En gros, l’employeur devra adapter autant que possible le poste de travail pour limiter l’exposition aux ondes électromagnétiques. Les salariés concernés seront censés recevoir « toute l'information nécessaire et une formation en rapport avec les résultats de l'évaluation des risques » (notamment concernant les précautions à prendre).

Les lieux de travail où les niveaux de champs électromagnétiques sont supérieurs à certains seuils (dits « d’action ») auront vocation à faire l'objet « d'une signalisation spécifique et appropriée ». Leur accès sera limité « s'il y a lieu ».

Pour franchir le seuil des « effets sensoriels », l’employeur devra démontrer « l'absence d'alternative possible » et « informe[r] le médecin du travail et le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ou à défaut les délégués du personnel ». Les valeurs dépassées ne pourront cependant l’être que « temporairement » – même si le décret se garde bien de définir cette notion...

En aucun cas l'exposition du salarié ne pourra dépasser les valeurs limites d'exposition relatives aux effets sur la santé, termine le décret.

À noter enfin que l’employeur sera tenu de mettre en place « un dispositif permettant aux travailleurs de signaler l'apparition de tout effet sensoriel ». Les inspecteurs du travail pourront en outre demander aux entreprises qu’ils contrôlent d’effectuer « un contrôle technique des valeurs limites d'exposition aux champs électromagnétiques » par un organisme spécialement accrédité.

140 commentaires
Avatar de Altair31 Abonné
Avatar de Altair31Altair31- 08/08/16 à 08:36:50

Un beau bordel en perspective et du taf pour les CHSCT !

Avatar de garn INpactien
Avatar de garngarn- 08/08/16 à 08:40:08

le bon point c'est que ca va contribuer encore plus au teletravail ces conneries :transpi:

Avatar de taralafifi INpactien
Avatar de taralafifitaralafifi- 08/08/16 à 08:43:54

Je croyais que les ondes électromagnétiques étaient sans danger ? y a-t-il une étude sérieuse qui démontre la dangerosité de ces ondes ?

Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 08/08/16 à 08:45:13

A force de multiplier les réglementations, le résultat est que plus personne ne les connait/appliquent, c'est pareil avec les lois :chinois:

Avatar de Gromsempai Abonné
Avatar de GromsempaiGromsempai- 08/08/16 à 08:45:48

En exemple concret ça donne quoi ces valeurs ? Est-ce que de simples bornes wifi peuvent les dépasser ?

Avatar de Northernlights Abonné
Avatar de NorthernlightsNorthernlights- 08/08/16 à 08:46:45

Ca va être un chouette casse tête assurer.

Édité par Northernlights le 08/08/2016 à 08:48
Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 08/08/16 à 08:46:58

garn a écrit :

le bon point c'est que ca va contribuer encore plus au teletravail ces conneries :transpi:

Pas sur... il va falloir faire des mesure au domicile de chacun pour vérifier s'il n'y a pas trop de box Wifi, et d'antennes à proximité. 

Ceci dit, le principe de fixer des normes d'exposition est plutôt sains si ces normes ne sont pas délirantes  
Il faut des normes n'empêchant pas que le travail soit fait et surtout, il faut des normes compatibles avec les observations scientifiques. 
 
A noter que le tableau donné dans la news ne concerne pas les ondes électromagnétiques, mais les ondes radioélectriques.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 08/08/16 à 08:48:37

Le premier avril tombe en août cette année ?
 

Avatar de versgui Abonné
Avatar de versguiversgui- 08/08/16 à 08:50:10

Pas si sûr, à première vue, vu les valeurs limites, ça concerne surtout des outils industriels : transformateurs, IRM... Des métiers où le télétravail est difficilement applicable.
Le seul cas où ce serait applicable concernerait des postes proches d'un émetteur puissant et très localisé : émetteurs radio/TV, antennes de téléphone mobile, etc.

Avatar de grospoulpe INpactien
Avatar de grospoulpegrospoulpe- 08/08/16 à 08:50:15

On va te mettre dans un four à micro-onde, ou bien face à un radar primaire, et tu va voir si elles sont sans danger. :non:
On pourrais corriger en disant  : (certaines) ondes de faible/très faible puissance sont sans danger.
De plus, l'énergie reçue est inversement proportionnelle au carré de la distance...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 14