Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La loi Renseignement au complet, ou presque

Qu'en pense Jean-Jacques ?
Droit 2 min
La loi Renseignement au complet, ou presque
Crédits : maxkabakov/iStock

La loi Renseignement attend toujours la publication d’un décret initialement programmé pour décembre 2015. Il s’agit du dernier des 15 textes d’application appelés par le législateur.

La loi du 24 juillet 2015 sur le Renseignement est presque intégralement mise en œuvre juridiquement aujourd’hui. La quasi-totalité des décrets ont en effet été publiés fin 2015 notamment celui définissant la liste des services administratifs autorisés à surveiller en utilisant tout ou partie des outils prévus. Le dernier décret publié remonte au 29 janvier 2016 quand le Premier ministre et les ministères régaliens ont défini – non sans flou – ce que sont les données de connexion aspirés par les services.

Un lien entre autorités administratives et Renseignement

Seulement, la loi en question n’est pas encore tout à fait opérationnelle. Manque un tout dernier décret prévu par l’article L. 863-2 du Code de la sécurité intérieure. Selon cet article, les autorités administratives (État, collectivités territoriales, établissements publics à caractère administratif, la sécu, etc.) « peuvent transmettre » aux services du renseignement toutes les « informations utiles à l’accomplissement des missions de ces derniers ».

Cette précision avait été apportée par un amendement de Jean-Jacques Urvoas, alors député et rapporteur. En préparation des débats en première lecture, il avait constaté que les échanges entre administrations et services ne sont pas permis par la loi, sauf s'agissant de TRACFIN. L'objet de sa rustine parlementaire, passée sans difficulté, fut ainsi « d’éviter tout risque de raisonnement a contrario ».

Ce décret en souffrance doit désormais définir les modalités et les conditions d’application de cet échange d’informations, étant précisé qu’il se réalisera soit à l’initiative de l’autorité administrative concernée, soit sur requête des services du renseignement. Théoriquement, le champ d’investigation est très vaste, embrassant l’ensemble des fichiers gérés par ces autorités administratives, sans compter les autres « informations » qui pourraient passer entre leurs mains.

3 commentaires
Avatar de jul INpactien
Avatar de juljul- 09/05/16 à 15:55:31

Je préfère la news sur Mercure qui passe devant le soleil... Je me demande pourquoi ? :craint:

Avatar de Winderly Abonné
Avatar de WinderlyWinderly- 09/05/16 à 17:55:00

jul a écrit :

Je préfère la news sur Mercure qui passe devant le soleil... Je me demande pourquoi ? :craint:

Parce qu'elle donne pas envie de gerber ?

Avatar de anonyme_97254becd5c5b064755d6772703ed968 INpactien

Depuis le 9/11 2001 tous cela étais déjà écris ... les "je suis Charlie" ont plongé dedans. Ça en devient tellement prévisible ...
Quel manque TOTAL de lucidité !

Good GOOd.

Note : ... et tant bien même une loi passe "propre", par décrets et amendements ils la rectifient à leur guise.

Les ados sont naïfs ... , on l'a été aussi.

Vive l'europe mouarffff mouarffff :
https://www.youtube.com/watch?v=5hdGMZmvYig

Édité par ledufakademy le 09/05/2016 à 20:02
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.