Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Les origines d'Ark Survival Evolved disputées au cours d'un procès

L'advocatus vulgaris plus fort que le diplodocus
Droit 3 min
Les origines d'Ark Survival Evolved disputées au cours d'un procès

Qui est à l'origine du jeu Ark : Survival Evolved ? La question se pose après le dépot d'une plainte par Trendy Entertainment, le studio derrière Dungeon Defenders, qui estime que le directeur créatif de Studio Wildcard, passé par chez eux, leur a soufflé l'idée.

Quand un titre s'écoule à plus d'un million d'exemplaires en une semaine sur Xbox One et accumule près de trois millions de ventes sur Steam, alors même que sa version définitive n'est pas encore disponible, il ne peut qu'attirer les convoitises. Justement, Ark : Survival Evolved fait depuis peu l'objet d'une controverse autour de sa paternité. 

Deux studios, un directeur créatif

Pour comprendre d'où vient le problème, il faut remonter un peu dans le temps et suivre une seule personne : Jeremy Stieglitz. L'homme occupait le poste de directeur créatif et de directeur technique au sein de Trendy Entertainment, le studio à l'origine de Dungeon Defenders, un grand classique sur Steam, distribué aux quatre vents dans divers bundles.

Le début de l'affaire remonte en effet à juin 2013. Des employés de Trendy se sont plaints auprès de la presse de leurs conditions de travail, arguant notamment que leur directeur créatif leur imposait de trop longues heures supplémentaires. À la suite de ces articles, le studio a fini par mettre à l'écart son responsable en septembre tout en le gardant dans le giron de l'entreprise. S'il est resté loin des équipes en place, il a gardé son rôle de directeur technique en plus de prendre la tête d'une nouvelle entité : NomNom Games.

En avril 2014, il évoque un départ possible de l'entreprise, justifié par des relations compliquées sur le plan personnel avec d'autres employés. En juin, Stieglitz signe un contrat le liant jusqu'au 15 août à Trendy. L'éditeur accepte également de réduire la durée de sa clause de non-concurrence de 3 à 1 an. En outre, Stieglitz accepte de verser 20 % de royalties sur ses travaux pendant 5 ans à Insight, le principal investisseur de Trendy.

Technologies et recrutements

Stieglitz a donc quitté cet éditeur en 2014, mais il aurait rapidement outrepassé certaines des dispositions de son contrat. Il aurait sollicité six de ses anciens collègues – en commençant quelques jours seulement après son départ – afin qu'ils viennent le rejoindre chez Wildcard, le studio à l'origine de Ark : Survival Evolved, comme le suggèrent des documents présentés à la cour, obtenus par Kotaku.

Autre gros problème, Trendy estime que son ancien employé s'est « approprié des informations propriétaires, des propriétés intellectuelles et des secrets commerciaux de Trendy en vue du développement et du lancement de Ark : Survival Evolved ». Rien que cela. L'une des questions clés dans cette affaire consiste donc à savoir quelle part du code du jeu est le fruit de Stieglitz, qui assure de son côté n'avoir agi qu'en tant que consultant auprès de Wildcard.

Dans sa lettre signifiant l'ouverture de la procédure judiciaire au responsable, Trendy explique être « très au fait de votre implication dans la formation de Wildcard properties LLC, de Studio Wildcard et du développement de Ark : Survival Evolved. Même si Studio WildCard a tout fait pour masquer votre rôle, certains dans la communauté du jeu vidéo ont noté que votre femme apparaissait dans les dossiers de l'entreprise et nous avons appris de multiples sources que vous avez joué un rôle significatif, pour ne pas dire de contrôle, chez Studio Wildcard ».

Pour l'heure, le cas n'a pas encore été tranché par la cour, qui doit encore entendre les arguments des intéressés le 27 avril prochain. Trendy a évidemment demandé des dommages et intérêts dans cette affaire, de même qu'une injonction temporaire. Si le studio l'obtient, il pourrait tout simplement faire s'interrompre le développement du jeu, voire forcer Wildcard à en cesser la vente.

17 commentaires
Avatar de Arystos INpactien
Avatar de ArystosArystos- 30/03/16 à 07:32:38

Dès qu'il y a du pognon il y a des soucis ...

SI le mec a effectivement volé une partie du code, c'est un c*****d fini, mais ce n'est pas parce que tu as un bout de code que tu en fais un jeu qui cartonne...

Avatar de Minikea INpactien
Avatar de MinikeaMinikea- 30/03/16 à 07:38:23

de toute façon, la clause de non concurrence étant finie, s'ils ne peuvent rien prouver du vol de code, c'est cuit.

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 30/03/16 à 07:41:00

En meme temps quand ta clause de non concurrence dure un an et que tu démarres dès les jours qui suivent ton départ, c'est que tu ne la respecte tout simplement pas.

Avatar de Minikea INpactien
Avatar de MinikeaMinikea- 30/03/16 à 07:44:38

oui, et ça ils ont déjà les preuves. mais il faut voir la portée de la clause aussi (portée géographique mais aussi portée au niveau du métier)

Avatar de NonMais INpactien
Avatar de NonMaisNonMais- 30/03/16 à 07:46:21

En tout cas les joueurs ont bien fait d'acheter le jeu en alpha :D z'auront jamais (potentiellement) la version finale :D

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 30/03/16 à 07:48:00

Cela serait le plus beau <3

Avatar de Gritou INpactien
Avatar de GritouGritou- 30/03/16 à 07:48:33

Très juste, on verra bien dans un mois comment ça évolue!

Avatar de night57200 INpactien
Avatar de night57200night57200- 30/03/16 à 08:50:04

La non concurrence c'est beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraît. :windu:

Sur le principe, en général, tu ne peux pas interdire purement et simplement de travailler dans le même secteur que la boîte. La clause de non concurrence ne peut pas concerner des savoir-faire (savoir-faires pour les Réformistes), elle interdit de faire concurrence directe à l'employeur.

Pour invoquer une clause de non concurrence dans ce cas-là, il faut prouver (positivement) que les actions faites par le développeur en question on créé un manque à gagner pour le studio qui a porté plainte. C'est vraiment du cas par cas.

Avatar de YohAsAkUrA INpactien
Avatar de YohAsAkUrAYohAsAkUrA- 30/03/16 à 09:00:39

night57200 a écrit :

La non concurrence c'est beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraît. :windu:

Sur le principe, en général, tu ne peux pas interdire purement et simplement de travailler dans le même secteur que la boîte. La clause de non concurrence ne peut pas concerner des savoir-faire (savoir-faires pour les Réformistes), elle interdit de faire concurrence directe à l'employeur.

Pour invoquer une clause de non concurrence dans ce cas-là, il faut prouver (positivement) que les actions faites par le développeur en question on créé un manque à gagner pour le studio qui a porté plainte. C'est vraiment du cas par cas.

oui.... c'est du cas par cas et certaines choses ne sont pas faisable...

Si il bossait sur un projet type survie dans une ile avec des dinos chez trendy et qu'il s'est barré chez Wildcard en disant "hey engagez moi j'ai une super idée de jeu de survie dans une ile avec des dino" , c'est clairement et definitivement une violation de la close de non concurence ;)
 
Maintenant, si il était directeur technique et qu'il bossait sur un jeu de type survie et qu'il va dans un studio bosser dans un autre jeu de type survie... non , la c'est sur qu'il n'a pas violé la clause...

mais je doute qu'on en sache assez sur la réalité du sujet avant très longtemps :)

Édité par YohAsAkUrA le 30/03/2016 à 09:01
Avatar de night57200 INpactien
Avatar de night57200night57200- 30/03/16 à 09:04:37

Dans ce cas, c'est bien plus que de la violation de non concurrence, c'est une violation de l'obligation de loyauté à l'employeur. Mais oui, on est bien d'accord.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2