Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

iPhone verrouillé : le FBI a ses données, l'aide d'Apple n'est plus requise

Un mois de conflit et puis s'en va
Droit 5 min
iPhone verrouillé : le FBI a ses données, l'aide d'Apple n'est plus requise

La bataille entre Apple et le FBI vient subitement de prendre fin : l’agence n’a plus besoin d’aide pour récupérer les données chiffrées de l’iPhone verrouillé. La guerre n’est en revanche pas terminée, car le problème de fond n’a pas été réglé.

Après la meurtrière fusillade de San Bernardino en décembre dernier, les forces de l’ordre étaient entrées en possession d’un iPhone 5c verrouillé. Impossible pour le FBI de récupérer les données chiffrées contenues dans l’appareil : la clé utilise notamment le code de verrouillage d’iOS, qu’Apple ne possède pas. L’entreprise a aidé dans un premier temps les enquêteurs, mais la « bonne volonté » s’est rapidement heurtée à ce mur.

Le gouvernement américain contre la Silicon Valley

Le FBI a donc demandé au tribunal californien de Riverside une ordonnance pour forcer l’entreprise à obtempérer : Apple devait concevoir un outil qui permettrait d’exfiltrer les données dans cet unique appareil. Refus de la firme, pour deux raisons principalement. D’une part, la crainte d’un précédent qui ferait jurisprudence pour toutes les autres affaires impliquant des smartphones verrouillés. D’autre part, une procédure basée sur une loi dont elle conteste l’utilisation.

L’agence fédérale a en effet basé sa demande sur l’All Writs Act, une loi permettant effectivement de demander l’aide d’une personne physique ou morale, à moins qu’elle ne représente une charge excessive. C’est bien sur ce point que se battait Apple, jugeant que briser ses propres protections en ferait autant de la confiance des clients, et que le FBI cherchait à obtenir par les tribunaux ce que le Congrès lui avait expressément refusé en repoussant le texte CALEA II.

La méthode tierce a fonctionné

Or, le 21 mars, coup de théâtre : le FBI annonce que l’aide d’Apple ne sera finalement peut-être pas requise. Le département de la Justice précise en effet qu’un tiers s’est présenté avec une méthode de récupération des données qui doit être testée afin de la valider. La réponse devait intervenir au plus tard le 5 avril, mais l’agence est en avance : la méthode fonctionne bel et bien.

La conséquence la plus directe est que le FBI n’a plus besoin d’Apple. Une fin abrupte à un conflit qui ne faisait que s’intensifier depuis plusieurs semaines, chaque camp enchainant les auditions devant le Sénat américain et assénant des piques bien senties. De fait, le FBI a fait retirer son ordonnance, laissant l’entreprise tranquille.

Une victoire d'Apple par forfait

Il s’agit évidemment d’une victoire pour Apple. La firme s’est posée comme la championne de la défense de la vie privée, son aura en ressortant très largement renforcée. Et ce d'ailleurs en dépit du fait que son image avait été écornée par les révélations d'Edward Snowden, et que ses protections ont finalement été outrepassées par un tiers inconnu, par une méthode sur laquelle on n'a aucune information.

Sa défense n’a toutefois pas changé d’un iota et vient couronner d’un succès incontestable une ligne de conduite enrichie graduellement sur les dernières années. Aujourd’hui, Apple peut renforcer son message commercial : elle ne fera rien pour aider les forces de l’ordre à obtenir vos données sur un appareil verrouillé. Ce qui est vrai tant qu’elles ne sont pas envoyées sur iCloud, Apple possédant le plein accès sur ce dernier et pouvant donc donner les informations en cas de demande d'un tribunal.

La firme peut en tout cas caracoler. Elle rappelle qu’elle a toujours été opposée à ces demandes et que finalement, aucune d’elles n’a été honorée par ses soins. Elle ajoute qu’elle continuera « à aider les forces de l’ordre dans leurs enquêtes », comme elle l’a « toujours fait ». Mais elle avertit aussi qu’elle « continuera à augmenter la sécurité de ses produits puisque les menaces et attaques contre nos données deviennent plus fréquentes et plus sophistiquées ». Apple indique enfin souhaiter un grand débat national sur les libertés civiles, ainsi que sur la sécurité et la vie privée collectives.

Pour le FBI par contre, l’occasion est manquée. Les enquêteurs ont l’outil qui leur faisait tant défaut, mais l’agence a perdu un moyen de faire plier potentiellement toute la Silicon Valley sur la très épineuse question du chiffrement. Des dizaines d’entreprises se sont en effet rangées derrière Apple pour la soutenir dans le combat, alors même que l’opinion publique était en majorité contre elle.

Rien n'est réglé, tout peut recommencer

Doit-on considérer cependant qu’Apple, Microsoft, Google, Amazon, Twitter, Facebook et les autres seront désormais laissées tranquilles ? Non, et le communiqué du département de la Justice ne laisse aucun doute à ce sujet : « C’est une priorité pour le gouvernement que de s’assurer que les forces de l’ordre puissent obtenir les informations cruciales pour protéger les sécurités nationale et publique, que ce soit par la coopération de tierces parties pertinentes ou par le système judiciaire ».

Le FBI ne s’interdit donc pas de revenir à la charge si cela est nécessaire, mais on ne peut s’empêcher de penser que son travail sera alors beaucoup plus complexe. On ne peut parler de précédent ou de jurisprudence puisque l’agence a fait elle-même demi-tour, mais les arguments seront dans tous les cas les mêmes, de même que l’utilisation de l’All Writs Act. Finalement, le souhait de Barack Obama a été exaucé : qu’un tiers aide le FBI à résoudre ce problème avant que les politiques ne s’en emparent.

Dans l’absolu, le problème de fond reste entier : le curseur entre sécurité et vie privée n’a toujours pas été fixé. Le cadre législatif n’a pas bougé d’un iota, et tant que des outils seront nécessaires aux forces de l’ordre, la question continuera de se poser.

169 commentaires
Avatar de Drepanocytose Abonné
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 29/03/16 à 10:49:49

Victoire d'apple ? Leur protection a été cassée en un rien de temps. C'est une défaite flagrante, là Vincent c'est un peu du fanboyisme...

Avatar de Bannockh Abonné
Avatar de BannockhBannockh- 29/03/16 à 10:50:26

La question est : Le FBI a t il menti en se disant incapable de le faire pour arriver a faire créer une backdoor bien utile sur les Iphone. En usant du cas d'un terroriste, le gouvernement pensait surement avoir l'appui de la population ?

Édité par Bannockh le 29/03/2016 à 10:52
Avatar de Lochnar Abonné
Avatar de LochnarLochnar- 29/03/16 à 10:53:15

Drepanocytose a écrit :

Victoire d'apple ? Leur protection a été cassée en un rien de temps. C'est une défaite flagrante, là Vincent c'est un peu du fanboyisme...

Selon les rumeurs, la faille utilisée ne serait valable que sur ce modèle la en particulier.
J'attends la réponse du berger à la bergère, c'est à dire un nouveau mécanisme de sécurité sur les futur iPhone, empêchant ce genre de failles... Car il est certain qu'Apple va poursuivre dans cette direction.

Avatar de trekker92 INpactien
Avatar de trekker92trekker92- 29/03/16 à 10:55:09

ya quand meme  quelques problèmes que l'on peut soulever :

a) la sécurité d'iOS n'est pas si lourde, il aura fallu deux semaine au sergent du fbi 'mais on est cons, cellebrite ils font ca non?' pour qu'un mois après l'iBidule soit déverrouillé
b) finalement apple n'est pas si coopératif pour les yeux doux de ses clients, mais le gouvernement lui fait les gros yeux, certains juges ont probablement fantasmé de pouvoir mettre cook derrière les barreaux, comme cela aurait été légal
c) apple doit vraiment avoir la mort de ne pas connaitre l'astuce de déverrouillage, ca fait une backdoor privée qu'elle ne pourra jamais corriger dont on sait publiquement que les fédéraux peuvent en avoir l'usage
d) et si c'était un complot? si cellebrite était une entreprise secrete filiale d'apple, ou plus plausiblement une entité partenaire? rien n'empeche l'une d'avoir des relations business avec l'autre..

donc ca peut paraitre paradoxal qu'un maitre de la sécurité (apple) se fasse détourner sa clé par un des sept nains au détriment de la sorcière.

...ou alors c'est ce qu'on essaie de nous faire croire, et ca marche du tonnerre.

Avatar de Lochnar Abonné
Avatar de LochnarLochnar- 29/03/16 à 10:56:59

trekker92 a écrit :

ya quand meme  quelques problèmes que l'on peut soulever :

a) la sécurité d'iOS n'est pas si lourde, il aura fallu deux semaine au sergent du fbi 'mais on est cons, cellebrite ils font ca non?' pour qu'un mois après l'iBidule soit déverrouillé
b) finalement apple n'est pas si coopératif pour les yeux doux de ses clients, mais le gouvernement lui fait les gros yeux, certains juges ont probablement fantasmé de pouvoir mettre cook derrière les barreaux, comme cela aurait été légal
c) apple doit vraiment avoir la mort de ne pas connaitre l'astuce de déverrouillage, ca fait une backdoor privée qu'elle ne pourra jamais corriger dont on sait publiquement que les fédéraux peuvent en avoir l'usage
d) et si c'était un complot? si cellebrite était une entreprise secrete filiale d'apple, ou plus plausiblement une entité partenaire? rien n'empeche l'une d'avoir des relations business avec l'autre..

donc ca peut paraitre paradoxal qu'un maitre de la sécurité (apple) se fasse détourner sa clé par un des sept nains au détriment de la sorcière.

...ou alors c'est ce qu'on essaie de nous faire croire, et ca marche du tonnerre.

Je te rassure les autres fabricants de téléphone sont bien pire :), c'est évident qu'une agence telle que le FBI ai les ressources de venir à bout de ce genre de sécurité. Mais pour le quidam moyen, c'est déjà une sécurité suffisante.

Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 29/03/16 à 11:01:21

Bon et alors ?

puisqu'ils l'ont déverrouillé, ils savent maintenant ce qu'il y a dedans.

Est-ce qu'il y avait un truc "vraiment" important ?
ou était beaucoup de "bruit et de fureur et qui ne veut rien dire" ?

ils ont arrêté combien de terroristes grâce à ces infos ?

Avatar de Drepanocytose Abonné
Avatar de DrepanocytoseDrepanocytose- 29/03/16 à 11:04:11

Lochnar a écrit :

Mais pour le quidam moyen, c'est déjà une sécurité suffisante.

Pas contre le FBI.
Parce que oui, on peut vouloir se protéger contre le FBI (qui ne manquera pas de donner l'astuce à la NSA, je gage). Par exemple pour le secrert industriel.

Avatar de Mr.Nox INpactien
Avatar de Mr.NoxMr.Nox- 29/03/16 à 11:07:02

J'aime beaucoup le côté "We Are the champions" en omettant que la Chine a le droit à un tout autre traitement... Le chantre de la vie privée repassera.
Surtout que pour le coup ce n'est pas Apple qui a gagné mais bien le FBI (et l'opinion publique qui était derrière) puisqu'ils ont réussi à à prouver au passage que leur sécurité devait être passable.
Je rappelle qu'à la keynote Apple a expliqué sortir un modèle Se car une part non négligeable de ses clients à un mobile en 4", soit le 5C... Si la méthode fonctionne sur d'autres versions de l'os, le FBI gagne même par KO technique.

Avatar de anonyme_95bde7ad91b4483068f10094cf1c28ca INpactien

Drepanocytose a écrit :

Victoire d'apple ? Leur protection a été cassée en un rien de temps. C'est une défaite flagrante, là Vincent c'est un peu du fanboyisme...

C'est pas parcequ'en 2 semaines le FBI a eu une solution qu'IOS a été piraté sur ce laps de temps, cornichon.

Cellebrite avait très bien pu plancher sur la méthode utilisée et l'avoir dans ses cartons depuis bien longtemps.

Avatar de nainbécile Abonné
Avatar de nainbécilenainbécile- 29/03/16 à 11:08:04

picatrix a écrit :

Bon et alors ?

puisqu'ils l'ont déverrouillé, ils savent maintenant ce qu'il y a dedans.

Est-ce qu'il y avait un truc "vraiment" important ?
ou était beaucoup de "bruit et de fureur et qui ne veut rien dire" ?

ils ont arrêté combien de terroristes grâce à ces infos ?

Désolé mais cette considération est hors sujet. Le FBI avait une source potentielle d'info ils cherchent l'exploiter c'est tout.
  Drepanocytose a écrit :
Pas contre le FBI.
Parce que oui, on peut vouloir se protéger contre le FBI (qui ne manquera pas de donner l'astuce à la NSA, je gage). Par exemple pour le secrert industriel.

ça va un peu loin dans la parano là non?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 17
  • Introduction
  • Le gouvernement américain contre la Silicon Valley
  • La méthode tierce a fonctionné
  • Une victoire d'Apple par forfait
  • Rien n'est réglé, tout peut recommencer
S'abonner à partir de 3,75 €