Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Arrêt Allostreaming : FAI et moteurs doivent supporter les coûts du blocage et du déréférencement

Un gros coup de canon dans le ciel français
Droit 6 min
Arrêt Allostreaming : FAI et moteurs doivent supporter les coûts du blocage et du déréférencement
Crédits : Xavier Berne

Dans un arrêt révélé dans nos colonnes, la cour d’appel de Paris a finalement donné raison aux ayants droit de l'audiovisuel et du cinéma face à Yahoo, Microsoft, Orange, SFR, Auchan Télécom, Darty Télécom, Bouygues Télécom, Numericable et Free. Le fond du dossier ? La question du coût du blocage et du déréférencement des sites de streaming illicites.

Le 28 novembre 2013, les professionnels de l’audiovisuel obtenaient, après une longue bataille avec les intermédiaires, le blocage de la galaxie Allostreaming. FAI et moteurs devaient donc bloquer ou nettoyer de leurs résultats une ribambelle de sites :

  • dpstream.tv
  • fifostream.tv
  • allostreaming.com
  • alloshowtv.com
  • allomovies.com
  • alloshare.com
  • allomegavideo.com
  • alloseven.com
  • allourls.com
  • fifostream.com
  • fifostream.net
  • fifostream.org
  • fifostreaming.com
  • fifostreaming.net
  • fifostreaming.org
  • fifostreaming.tv

Seulement, le tribunal de grande instance de Paris n’avait pas été au bout des vœux de l’Association des producteurs de cinéma (APC), de la Fédération nationale des distributeurs de films (FNDF), du Syndicat de l’édition vidéo numérique (SEVN), de l’Union des producteurs de films (UPF) et du Syndicat des producteurs indépendants (SPI).

Les juges refusaient en effet de faire supporter sur le dos des intermédiaires le coût de ces mesures. Les ayants droit de l’audiovisuel voyaient là un gros rocher dans leur stratégie de lutte contre la contrefaçon en ligne. Ils décidaient du coup de faire appel pour purger cette question financière.

Un article de la loi Hadopi pour socle juridique

Pour mémoire, cette décision s’était appuyée sur un article du Code de la propriété intellectuelle, voté avec la loi Hadopi. Le 336-2 du CPI permet en effet aux titulaires de droit de réclamer au TGI d’ordonner « toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte à un droit d’auteur ou un droit voisin, à l’encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier ». Cet article est la transposition en France de l’article 8, §3, de la directive n° 2001/29/CE du 22 mai 2001 du Parlement européen et du Conseil sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information.

Dans son arrêt, diffusé en avant-première sur Next INpact, la cour d’appel de Paris va confirmer les demandes des syndicats professionnels qui auront su démontrer « que le réseau allostreaming composé des sites principaux allostreaming.com, allomovies.com, alloshowtv.com et alloshare.com et de sites secondaires actifs dpstream.tv et fifostream.tv est entièrement dédié ou quasi entièrement dédié à la représentation d’œuvres audiovisuelles sans le consentement des auteurs ». Comme lors du jugement de première instance, tous les acteurs des nouvelles technologies désignés ont ainsi été tenus de procéder à un nettoyage en règle pour bloquer ou déréférencer ces contenus.

La question des coûts pilotée par un arrêt de la CJUE

Sur la question des coûts, qui est le gros morceau de ce dossier. Pour les ayants droit, « la mise à leur charge du coût des mesures ordonnées n’est pas conforme à la finalité de la directive 2001/29 et constitue un obstacle à l’accès au juge, également garanti par l’article 6, §1, de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ». Ils dénoncent aussi « qu’aucun des intermédiaires techniques n’a communiqué de documentation pertinente de nature à permettre un début de discussion contradictoire sur le coût précis de ces mesures, notamment pour déterminer le nombre de salariés déployés pour mettre en œuvre les mesures ordonnées. »

En réponse, Free dira en substance ne pas avoir à supporter le coût de mesures ordonnées par une décision judiciaire « relative à des faits dont elle n’est en aucun cas responsable ». Un argument partagé avec les autres FAI. Orange a ajouté néanmoins que les mesures ordonnées impliquent des modalités de mise en œuvre « compliquées dont le coût est augmenté du fait de sa qualité d’opérateur d’infrastructure vitale ».

Pour trancher, la Cour d’appel de Paris s’est appuyée sur l’arrêt Telekabel de mars 2014, déjà examiné dans nos colonnes. La CJUE avait dans cette décision rendue après le jugement Allostreaming, estimé que les FAI pouvaient prendre ces coûts à leur charge du moins en fonction des « ressources » et des « capacités » dont ils disposent. Aux yeux des magistrats européens, simplement, les opérateurs ne peuvent être tenus de faire des « sacrifices insupportables » lorsqu’on leur laisse comme ici le choix des armes.

Les juges français vont s'en inspirer en rappelant un principe général du droit : « une partie qui doit faire valoir ses droits en justice n’a pas à supporter les frais liés à son rétablissement dans ses droits ». Dans ce duel entre contenants et contenus, la Cour considère que les syndicats des ayants droit sont dans la nécessité d’agir face à ces contrefaçons massives et leur équilibre économique « déjà menacé par ces atteintes, ne peut qu’être aggravé par l’engagement de dépenses supplémentaires ».

En face, les FAI et moteurs sont eux « à l’origine de l’activité de mise à disposition de l’accès à ces sites ». Ils « tirent économiquement profit de cet accès (notamment par la publicité s’affichant sur leurs pages) ». Conclusion : « il est dès lors légitime et conforme au principe de proportionnalité qu’ils contribuent financièrement aux mesures de blocage ou de déréférencement ».

FAI et moteurs devront assumer tant qu'il n'y a pas de sacrifice insupportable

La messe est donc dite, et ne pourrait être revue que « dans l’hypothèse où une mesure particulière devait s’avérer disproportionnée eu égard à sa complexité, à son coût et à sa durée, au point de compromettre, à terme, la viabilité du modèle économique du FAI ou du fournisseur de moteur de recherche ». Ce n’est donc que dans une telle hypothèse que ce coût devrait être supporté par les ayants droit. Or, pour le moment, FAI et moteurs n’ont pu démontrer les « sacrifices insupportables » dont faisait part la CJUE, « ni que leur coût mettrait en péril leur viabilité économique ».

Par ailleurs, la CA considère que la jurisprudence du Conseil constitutionnel sur la question des coûts, toujours, ne s’applique pas puisque les intérêts des ayants droit ne relèvent pas de « la sauvegarde de l’ordre public, dans l’intérêt général de la population ». Soit une petite giffle à ceux du secteur qui pensaient que la lutte contre les contenus illicites relevaient bien de cette priorité.

En résumé, les intermédiaires vont devoir prendre à leur charge le coût des mesures de blocage et de déréférencement voulu par les ayants droit, jusqu’au jour où ils parviendront à démontrer qu’il s’agit pour eux d’un « sacrifice insupportable ». On remarquera enfin que Google s'est désisté lors de l'appel.

Ouverture des vannes

Cette affaire est fondamentale puisqu'elle ouvre d'une certaine manière les vannes : à l'avenir, tous les secteurs de la création vont maintenant être tentés de réclamer eux-aussi des mesures de blocage, au frais des intermédiaires.

La décision est susceptible de cassation, on notera cependant que dans le cadre du projet de loi Création, les sénateurs ont autorisé le CNC à « engager une action en cessation devant le tribunal de grande instance en cas d’atteinte au droit d’auteur occasionnée par un service en ligne » justement sur le fondement de l'article l’article L336-2 du code de la propriété intellectuelle. En clair, si la disposition est maintenue, le Centre national du cinéma pourra lui aussi exercer des demandes similaires devant le TGI, en réclamant la prise en charge des coûts sur les épaules des FAI et des moteurs.

46 commentaires
Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 16/03/16 à 14:14:13

Si les FAI bloquent ces sites à leurs frais, ça veut dire qu'ils doivent prendre en charge tous les frais liés à ce blocage.
Or nous, à présent, pour accéder à ces sites serons obligés de passer par un VPN, donc la question est sur les frais liés au VPN.

Est-ce que ce sont les FAI qui doivent les prendre en charge ?
Ce serait logique puisque c'est lié au blocage.

Avatar de NeedSumSleep INpactien
Avatar de NeedSumSleepNeedSumSleep- 16/03/16 à 14:15:18

c'est bien, franchement ils sont fort pour défendre leurs intérêts j'aimerai bien être ayant droit t'as tout le ministère de la culture qui te caresse dans le sens du schtrumpf

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 16/03/16 à 14:15:53

Trop gros passera pas.:transpi:

Avatar de FunnyD INpactien
Avatar de FunnyDFunnyD- 16/03/16 à 14:17:22

picatrix a écrit :

Si les FAI bloquent ces sites à leurs frais, ça veut dire qu'ils doivent prendre en charge tous les frais liés à ce blocage.
Or nous, à présent, pour accéder à ces sites serons obligés de passer par un VPN, donc la question est sur les frais liés au VPN.

Est-ce que ce sont les FAI qui doivent les prendre en charge ?
Ce serait logique puisque c'est lié au blocage.

:mdr:

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 16/03/16 à 14:24:36

Le problème c'est qu'il n'existe aucun "contre-lobby" sérieux.
Il est là le problème.
le jour où une association/organisme représentant suffisamment les consommateurs fera un véritable taf de lobbying auprès du ministère et des députés/sénateurs, ces derniers seront obligés d'écouter les différents avis. Surtout si ces asso/organismes font suffisamment de comm.

Tant qu'il n'y aura que les ayants droits à écouter, comment voulez vous que le gouv/ministère pensent à d'autre avis ?

Enfin ici l'erreur des FAI semblent d'avoir utiliser comme seule ligne de défense le fait qu'ils n'avaient pas à prendre en charge quelque chose dont ils n'étaient pas responsable tout en méconnaissant la jurisprudence, c'est je pense une belle erreur de leur part au vue de l’arrêt Telekabel. A partir du moment où il est dit qu'ils doivent prendre en charge ces frais sauf à démontrer qu'ils sont trop lourds, ils auraient du ajouter cette démonstration dans leur argumentation.

Avatar de vince120 Abonné
Avatar de vince120vince120- 16/03/16 à 14:24:43

En fait le problème c'est pas la limitation d'accès (blacklist DNS et zou) mais le déréférencement...

NeedSumSleep a écrit :

c'est bien, franchement ils sont fort pour défendre leurs intérêts j'aimerai bien être ayant droit t'as tout le ministère de la culture qui te caresse dans le sens du schtrumpf

Pas forcément, à chaque fois que t'as envie de péter tu dois leur demander de retirer la langue de ton cul qu'ils sont en train de lécher généreusement...

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

odoc a écrit :

Le problème c'est qu'il n'existe aucun "contre-lobby" sérieux.
Il est là le problème.
le jour où une association/organisme représentant suffisamment les consommateurs fera un véritable taf de lobbying auprès du ministère et des députés/sénateurs, ces derniers seront obligés d'écouter les différents avis. Surtout si ces asso/organismes font suffisamment de comm.

Même pas sûr. Les AD et les politiques traînent dans les mêmes cercles, pas les consommateurs, ni les assos qui les représentent...

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 16/03/16 à 14:44:24

ActionFighter a écrit :

Même pas sûr. Les AD et les politiques traînent dans les mêmes cercles, pas les consommateurs, ni les assos qui les représentent...

A sisi, ils trainent souvent dans les "cercles intimes" des consommateurs, c'est pas pour rien qu'on en a plein le cul de leur connerie.

odoc a écrit :

Le problème c'est qu'il n'existe aucun "contre-lobby" sérieux.
Il est là le problème.
le jour où une association/organisme représentant suffisamment les consommateurs fera un véritable taf de lobbying auprès du ministère et des députés/sénateurs, ces derniers seront obligés d'écouter les différents avis. Surtout si ces asso/organismes font suffisamment de comm.

Tant qu'il n'y aura que les ayants droits à écouter, comment voulez vous que le gouv/ministère pensent à d'autre avis ?[...]

D'un point de vu judiciaire, il y a bien les "actions collectives" qui pourrait résoudre une partie du problème, mais il faut aussi être conscient que cela en causerait d'autre en retour.

Avatar de metaphore54 INpactien
Avatar de metaphore54metaphore54- 16/03/16 à 14:47:34

Bonne nouvelle, les bonnes pratiques vont se répandre plus vite. VPN et proxy vont devenir la norme.

Édité par metaphore54 le 16/03/2016 à 14:48
Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

tazvld a écrit :

A sisi, ils trainent souvent dans les "cercles intimes" des consommateurs, c'est pas pour rien qu'on en a plein le cul de leur connerie.

C'est tout le problème du digital. Quand c'est pas bien fait, ça fait mal...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5
  • Introduction
  • Un article de la loi Hadopi pour socle juridique
  • La question des coûts pilotée par un arrêt de la CJUE
  • FAI et moteurs devront assumer tant qu'il n'y a pas de sacrifice insupportable
  • Ouverture des vannes
S'abonner à partir de 3,75 €