Bientôt mariés, Activision Blizzard et King accumulent 1,4 Md$ de bénéfices

Burger Crush Saga
Economie 5 min
Bientôt mariés, Activision Blizzard et King accumulent 1,4 Md$ de bénéfices

Après Ubisoft, Activision Blizzard et King ont également annoncé leurs résultats, séparément, en attendant que leur fusion soit validée par les autorités compétentes. Pour les deux entreprises, 2015 aura été un bon cru, l'une affichant une légère croissance et l'autre un peu de recul, mais de larges bénéfices.

Bientôt, King et Activision Blizzard ne devraient plus faire qu'un seul et cela ravit Bobby Kotick, le PDG du second. « Avec le bouclage attendu de l'acquisition de King d'ici la fin du mois, nous aurons le plus grand réseau de jeu du monde, avec plus de 500 millions de joueurs pratiquant nos titres chaque mois. Nos franchises de divertissement, dont Call of Duty, World of Warcraft et bientôt Candy Crush, vont atteindre des gens sur mobile, console et PC dans quasi chaque pays du monde », se félicite le dirigeant.

Activision Blizzard reste au sommet

Activision Blizzard a réalisé au dernier trimestre un chiffre d'affaires de 1,353 milliard de dollars au lieu de 1,575 milliard l'an passé à la même période. Pour justifier cette baisse, l'éditeur explique que Skylanders SuperChargers et Guitar Hero Live « ont réalisé des performances plus faibles que prévu ». La société pointe du doigt une concurrence très vive sur ces deux secteurs, ainsi « qu'une migration des joueurs occasionnels vers les plateformes mobiles ».

Pas de panique à bord cependant, King arrivera pile à temps pour récupérer cette audience perdue. Mais surtout, Activision Blizzard a dépassé ses objectifs, puisque l'éditeur avait seulement anticipé un chiffre d'affaires de 1,21 milliard de dollars. 

Activision Q4 15Activision Q4 15

Sur l'ensemble de l'année, les choses vont encore mieux. Le chiffre d'affaires de l'entreprise a grimpé de 5,8 % pour atteindre 4,664 milliards de dollars. Son résultat net a suivi la même tendance, avec un bénéfice de 892 millions de dollars, contre 835 millions un an plus tôt. Là encore, les objectifs ont été largement atteints puisque le groupe ne s'attendait qu'à 4,53 milliards de dollars de chiffre d'affaires et à un bénéfice net autour de 800 millions de dollars. Activision Blizzard devrait donc rester, cette année encore, l'éditeur de jeux sur consoles le plus important en termes de chiffre d'affaires et de bénéfices, juste devant Electronic Arts.

King est sur une pente glissante

Du côté de King, l'éditeur de Candy Crush Saga, ce n'était pas vraiment la fête au dernier trimestre. L'entreprise affiche toujours une rentabilité insolente, mais celle-ci tend à s'effriter au fil des trimestres et de la lassitude des joueurs, remplacer des éléments graphiques dans un jeu mobile ne suffisant pas forcément à drainer de l'audience. Une leçon que Rovio n'a pourtant pas manqué de transmettre à toute l'industrie.

Sur le dernier trimestre, King a réalisé un chiffre d'affaires de 461 millions de dollars, contre 546 millions un an plus tôt à la même date. Sur l'ensemble de l'année, la baisse est du même ordre de grandeur, avec des revenus qui ratent la barre des 2 milliards de dollars, pour 510 000 malheureux dollars, contre 2,26 milliards un an plus tôt. Les bénéfices annuels de King s'élèvent à 516 millions de dollars en 2015, contre 574 millions en 2014.

Ces rentrées d'argent plus faibles découlent directement de la chute de l'audience de l'éditeur. Sans complexe, King affirme que son nombre d'utilisateurs mensuel moyen (MAU) est aujourd'hui de 449 millions, soit 25 millions de moins qu'il y a trois mois et même 84 millions de moins que l'an passé à la même époque, une baisse de 16 %.

L'éditeur assure que ce glissement n'est principalement causé que par « un déclin de l'activité sur Candy Crush Saga et d'autres jeux arrivés à maturité » et par une baisse du nombre de joueurs passant via Facebook. Autre hypothèse avancée par l'entreprise : certains nouveaux titres n'ont pas encore de version web, et cela pourrait, peut-être, inverser la tendance. 

Timides prévisions pour Activision Blizzard

Les prévisions annoncées par Activision Blizzard pour l'année à venir laissent entendre que le déclin de King pourrait se poursuivre. Sur 2015, les deux entreprises ont généré à elles deux environ 6,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires, pour un bénéfice net de 1,4 milliard de dollars.

Sur 2016, la firme de Bobby Kotick s'attend à gagner significativement moins d'argent. Il est ainsi plutôt question de 6,1 milliards de dollars de revenus, pour un bénéfice net de 0,45 dollar par action, soit environ 350 millions de dollars. Un niveau de rentabilité bien moindre que celui habituellement affiché par l'éditeur de Call of Duty et de World of Warcraft.

Le rachat de King est en passe d'être validé

Mais avant qu'Activision Blizzard n'intègre les résultats de King avec les siens, il reste encore quelques étapes à franchir, que l'entreprise espère boucler d'ici la fin du mois de février. L'éditeur a en effet besoin d'obtenir le feu vert de plusieurs autorités de la concurrence un peu partout dans le monde, et ceux-ci commencent à tomber. 

La semaine dernière, l'entreprise a reçu la bénédiction de la Commission européenne, ainsi que de l'autorité sud-coréenne de la concurrence. Ces deux autorités étaient citées directement dans les conditions requises pour l'aboutissement de la transaction, mais d'autres organismes pourraient avoir leur mot à dire sur la question, notamment la FTC aux États-Unis. En cas d'opposition d'une autorité menant à l'annulation du rachat, Activision Blizzard devrait régler 100 millions de dollars à King.

Dérapages contrôlés en bourse

Les marchés financiers n'ont pas franchement apprécié les résultats et les prévisions présentés par Activision Blizzard. L'action de l'entreprise a par conséquent chuté de près de 8 % en une seule séance, valorisant ainsi l'entreprise à hauteur de 19 milliards de dollars, soit tout juste 300 millions de plus que son rival Electronic Arts.

Du côté de King, l'annonce de résultats en baisse n'a eu aucune influence sur le cours de l'entreprise. Depuis la présentation en novembre de l'offre de rachat du géant américain, l'action de l'éditeur de Candy Crush Saga gravite sans faillir autour des 18 dollars, soit le prix fixé par Activision. Une preuve que les marchés ont confiance dans l'issue de cette transaction.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !