Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Mission InSight sur Mars : la NASA annule le lancement de sa sonde

Pas de décollage en 2016, peut-être en 2018
Tech 2 min
Mission InSight sur Mars : la NASA annule le lancement de sa sonde
Crédits : NASA

La mission InSight de la NASA ne décollera pas pour Mars au début de l'année prochaine comme c'était prévu. La faute à l'un de ses instruments scientifiques dont la supervision est confiée au CNES et qui ne sera finalement pas prêt dans les temps.

InSight est le nom d'une mission de la NASA dont le but est de poser un robot sur la surface de la planète Mars afin d'étudier sa structure interne, son noyau ainsi que ses « signes vitaux » : activité tectonique, température, variation de l'axe de rotation, etc. La mission devait débuter en mars 2016, avec une arrivée sur la planète rouge en septembre de la même année.

Mais cela ne sera finalement pas le cas : « En raison d’un problème technique sur l'instrument SEIS fourni par le CNES, le lancement de la sonde américaine Insight, prévu en mars prochain, est annulé » explique le centre d'études spatiales. Le SEIS est un sismomètre hybride sur six axes. Il prend la forme d'une sphère de quelques kilogrammes avec des capteurs sismiques et de température, un boîtier électronique pour l'acquisition des données, un système de ploiement et un logiciel. Problème, la sphère a une microfuite que les scientifiques n’arrivent pas à identifier et donc à colmater. Impossible en l'état actuel de l'envoyer sur Mars donc.

Marc Pricher, directeur du centre spatial de Toulouse, explique que « c’est la première fois qu’un instrument aussi sensible est réalisé. Nous étions très près du résultat, mais une anomalie s’est produite, nécessitant des investigations complémentaires. Nos équipes trouveront une solution, mais malheureusement pas à temps pour le vol de 2016 ».

John Grunsfeld, administrateur associé de la NASA et responsable des missions scientifiques à Washington, explique que « ceci n’est pas la fin de l’histoire. La décision concernant la suite de cette mission sera prise dans les prochains mois ». Même si la mission devait continuer, il faudra maintenant attendre 2018 pour obtenir une nouvelle fenêtre de tir convenable.

15 commentaires
Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 25/12/15 à 09:21:50

Dommage.

Avatar de salva52 INpactien
Avatar de salva52salva52- 25/12/15 à 09:30:39

un tampax et çà repart.

>>> ok, je suis déjà dehors :D

Joyeux Noël quand même tout le monde.

Édité par salva52 le 25/12/2015 à 09:35
Avatar de La Loutre INpactien
Avatar de La LoutreLa Loutre- 25/12/15 à 09:58:06

La News a écrit :

« c’est la première fois qu’un instrument aussi sensible est réalisé. Nous étions très près du résultat, mais une anomalie s’est produite, nécessitant des investigations complémentaires. Nos équipes trouveront une solution, mais malheureusement pas à temps pour le vol de 2016 ».

Traduction par "On a joué les bourrins et on a pété une pièce importante..."
Parce que le CNES a quand même l'habitude d'envoyer des trucs supers sensibles au dessus de nos têtes et sans qu'il y ai le moindre soucis.

Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 25/12/15 à 10:54:15

Bon, espérons qu'il n'y ait qu'un report. Ça serait quand même klon qu'une mission pareille ne parte pas, surtout si on a repéré à temps la panne.

Ça fait deux ans de plus pour régler le problème, ils y arriveront bien, au CNES. A suivre !

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 25/12/15 à 12:20:08

Aces a écrit :

Traduction par "On a joué les bourrins et on a pété une pièce importante..."
Parce que le CNES a quand même l'habitude d'envoyer des trucs supers sensibles au dessus de nos têtes et sans qu'il y ai le moindre soucis.

Traduction qui laisse à désirer.
C'est bien expliqué dans la vidéo, le défi à résoudre est impressionnant : envoyer un sismomètre ultra-sensible qui doit être léger et résister aux conditions du lancement et aux conditions sur mars.

Avatar de La Loutre INpactien
Avatar de La LoutreLa Loutre- 25/12/15 à 12:53:55

Je l'ai traduis comme ça parce que c'est souvent le cas donc...
Mais je sais ce qu'ils veulent faire et la pièce en question n'est pas évidente mais ça en prend le chemin avec un peu de retard.

Avatar de matroska INpactien
Avatar de matroskamatroska- 25/12/15 à 13:26:17

Il est possible qu'ils aient découvert une backdoor de la NSA installée sur les instruments de communication.

:mad2:

:D

Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 25/12/15 à 18:21:00

Ou alors Mars a juste dépassé son quota de sondes...
Y'a plein d'autres planètes pour lesquelles on accorde pas d'importance :craint:

Avatar de The Walking Beer INpactien
Avatar de The Walking BeerThe Walking Beer- 25/12/15 à 20:00:30

Trop loin, trop chaude, trop froide voir pas de surface^^

J'attends de voir Mark Watney se débrouillé sur Mars, on verra les autres planètes plus tard :D

Avatar de maxscript INpactien
Avatar de maxscriptmaxscript- 25/12/15 à 20:06:59

c'est dommage... ils viennent juste de déployer un mars 2016 géant sur la façade du CNES..

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2