Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

OneDrive for Business : Microsoft limite l'illimité pour une partie des entreprises

L'éditeur n'est plus à une déception près
Logiciel 4 min
OneDrive for Business : Microsoft limite l'illimité pour une partie des entreprises

Microsoft a annoncé hier soir une série de changements dans le stockage de OneDrive for Business. Contrairement à ce qui avait été annoncé, le stockage illimité ne concernera que les formules les plus chères. Parallèlement, de nouveaux clients de synchronisation sont diffusés, et des limites supprimées.

Microsoft n’a pas fini de décevoir avec OneDrive. Non pas que son service de stockage fonctionne mal, mais la firme procède actuellement à des annonces qui sonnent comme autant de promesses rompues. 

Récemment, la version grand public a vu par exemple le stockage illimité retomber sur 1 To, tandis que les nouveaux comptes Microsoft créés à partir de janvier n’auront plus que 5 Go, au lieu de 15 Go actuellement. Il a fallu que les utilisateurs expriment leur grogne pour que l’éditeur permette de garder ces 15 Go (voire 30 avec le bonus de sauvegarde des photos), puisqu’il comptait laminer les comptes gratuits existants au passage.

De l'illimité pour les forfaits les plus chers, mais en deux temps

Malheureusement, côté entreprises, la situation n’est guère plus glorieuse. Microsoft fait depuis longtemps la promotion d’un stockage illimité pour celles qui optent pour une offre « pro » d’Office 365. Mais les changements annoncés indiquent clairement que ce ne sera pas le cas : seuls les clients possédant une offre E3, E4, E5, OneDrive for Business Plan 2, SharePoint Online Plan 2 ou Éducation verront leur stockage passer effectivement à l’illimité.

Cette transition ne sera pas d’un seul coup. Les comptes concernés migreront dans un premier temps d’une formule 1 To à 5 To, un processus qui se finira normalement au plus tard fin mars 2016. Plus tard au cours de l’année prochaine, le stockage deviendra cette fois illimité. Attention toutefois, car cette migration en deux phases ne sera que pour les entreprises qui ont au moins cinq comptes. Ce ne devrait cependant pas être une réelle limite dans le cadre d’un abonnement Office 365.

Pour les autres, le stockage restera bloqué sur 1 To

Et pour les autres clients ? Il n’y aura aucun changement, puisqu’ils resteront sur leur stockage distant de 1 To. Dommage, car les promesses de Microsoft en la matière étaient assez claires : tous les clients professionnels devaient obtenir l’illimité.

Mais cette notion n’a plus guère le vent en poupe chez l’éditeur, qui revient sur ses pas ou limite son obtention. On ne comprend pas bien d’ailleurs pourquoi les particuliers ayant un abonnement Office 365 doivent pour leur part se limiter à 1 To alors qu’une révision du palier à 5 To est manifestement possible.

La société est en tout cas consciente que cette annonce risque de provoquer de nouveaux grincements de dents. Et comme elle en a l'habitude depuis quelques mois, elle tient à s'excuser. Le responsable Jeff Teper indique en effet : « Globalement, nous avons mis trop de temps à fournir de nouvelles informations sur nos plans pour OneDrive for Business. Nous reconnaissons également que nous décevons les utilisateurs qui s’attendaient à obtenir du stockage illimité pour chaque offre Office 365, et je tiens à m’excuser pour ne pas avoir répondu à vos attentes ».

Des limites de synchronisation enfin supprimées

Il n’y a pas cependant que des mauvaises nouvelles. Microsoft diffuse actuellement de nouvelles versions des clients de synchronisation, tant sur les ordinateurs que sur les smartphones. Sous Windows 7, 8 et 10, le nouveau client est disponible depuis mercredi et permet de se débarrasser de plusieurs limites.

D’une part, la taille maximale des fichiers synchronisables est maintenant de 10 Go, contre 2 Go jusqu'à présent. Il s'agissait d'ailleurs d'un vrai problème, notamment pour le stockage de certaines images ISO. D’autre part, la limite de 20 000 fichiers pris en charge n’existe tout simplement plus.

Le client pour OS X (Mavericks minimum) arrivera normalement dans les deux semaines qui viennent, tandis que celui pour Windows 8.1 devra malheureusement attendre le trimestre prochain, sans que l’on connaisse la raison de cet étrange retard.

Applications mobiles : la synchronisation hors-ligne arrive doucement

Les applications mobiles sont également en cours de révision, notamment pour supporter le stockage hors-ligne. La version Android possède déjà cette fonctionnalité depuis fin septembre, mais la mouture iOS recevra enfin une mise à jour dans les deux semaines qui viennent. Malheureusement, la déclinaison pour Windows 10 Mobile devra attendre le deuxième trimestre 2016, la propre plateforme de Microsoft étant encore une fois servie en dernier, et alors même qu’un nouveau client pour le système est disponible depuis peu.

Enfin, Office Lens pour iOS vient de recevoir une mise à jour lui permettant d’envoyer directement ses contenus dans OneDrive for Business. Les versions Android et Windows 10 Mobile arriveront durant le trimestre prochain.

20 commentaires
Avatar de KaKi87 Abonné
Avatar de KaKi87KaKi87- 18/12/15 à 09:53:01

Que peuvent-ils bien stocker dans 1To sur le cloud, de toutes manières ?
Moi j'm'en fiche, j'ai 40Go gratuits.

Avatar de Konrad INpactien
Avatar de KonradKonrad- 18/12/15 à 10:09:14

Comme je le disais hier, c'est un service. Le prestataire de service (ici Microsoft) peut décider de changer ses prestations, ses tarifs, ses conditions d'utilisation, de façon unilatérale, et les utilisateurs n'ont que deux choix : accepter les nouvelles conditions, ou aller voir ailleurs. C'est pareil pour tous les services auxquels nous souscrivons dans la vie de tous les jours : assurance, forfait téléphonique...

Et il est temps de réaliser qu'il en va de même pour Windows as a Service : Windows est devenu un service, et c'est Microsoft qui décide des fonctionnalités et de l'évolution de ce service. Ce n'est donc plus à l'utilisateur de décider quels composants de l'OS installer, ni quelles mises à jour installer ou pas. C'est bien pour cela que les mises à jour sont obligatoires, qu'elles ne sont plus toutes détaillées, et que Microsoft insiste pour que tout le monde migre vers Windows 10 (une fois, deux fois, trois fois).

Avant Windows était un produit. Maintenant, toute la plate-forme devient un service -ou plutôt un ensemble de services qui sont tous liés entre eux. Windows n'est plus un produit que l'utilisateur possède, c'est un service qu'il utilise, au même titre que OneDrive ou Office 365. Au même titre qu'une assurance ou un forfait téléphonique...

Avatar de darkjack Abonné
Avatar de darkjackdarkjack- 18/12/15 à 10:09:55

Synchro sur Android, c'est mal fait : on ne peut synchroniser un dossier, seulement des fichiers...

Avatar de frodon18 Abonné
Avatar de frodon18frodon18- 18/12/15 à 10:27:37

Windows 10 ne change rien. Depuis toujours avec les logiciels tu n'as qu'une licence d' UTILISATION! Et non un droit quelquonque de propriété.
Et à ta liste je rajouterais les box des FAI qui restent leur propriété...

Avatar de Konrad INpactien
Avatar de KonradKonrad- 18/12/15 à 10:39:50

frodon18 a écrit :

Windows 10 ne change rien. Depuis toujours avec les logiciels tu n'as qu'une licence d' UTILISATION! Et non un droit quelquonque de propriété.
Et à ta liste je rajouterais les box des FAI qui restent leur propriété...

Et la licence d'utilisation était un produit qui t'appartenait. Tu pouvais décider d'ajouter ou enlever des composants système, décider quand installer les mises à jour, et on ne te rappelait pas tous les jours qu'une nouvelle version de l'OS était sortie.

Aujourd'hui avec Windows as a Service, c'est Microsoft qui décide des composants à installer sur ton PC, puisque c'est un service et que c'est eux qui décident des modifications à leur service. Comme tu le dis, de la même manière que ton FAI fait les mises à jour qu'il veut sur ta box, Microsoft décide des mises à jour à faire sur ton PC.

Bien sûr que Windows 10 a changé pas mal de choses, ça ne se passait pas comme cela avant.

Édité par Konrad le 18/12/2015 à 10:40
Avatar de wpayen Abonné
Avatar de wpayenwpayen- 18/12/15 à 11:08:06

Konrad a écrit :

Et la licence d'utilisation était un produit qui t'appartenait. Tu pouvais décider d'ajouter ou enlever des composants système, décider quand installer les mises à jour, et on ne te rappelait pas tous les jours qu'une nouvelle version de l'OS était sortie.

Aujourd'hui avec Windows as a Service, c'est Microsoft qui décide des composants à installer sur ton PC, puisque c'est un service et que c'est eux qui décident des modifications à leur service. Comme tu le dis, de la même manière que ton FAI fait les mises à jour qu'il veut sur ta box, Microsoft décide des mises à jour à faire sur ton PC.

Bien sûr que Windows 10 a changé pas mal de choses, ça ne se passait pas comme cela avant.

La licence d'utilisation n'est pas un produit qui t'appartient.
C'est un contrat indéfini qui régit les conditions d'utilisation d'un logiciel (payant ou gratuit).
Tout comme contrat, il peut être révoqué par les deux parties.

L'ajout de service ou leur suppression restait régi par cette licence (CLUF ou EULA).

Dans le cadre de Windows 10, rien n'a changé. Le CLUF est le même, tu peux toujours supprimer ou ajouter des fonctionnalité dans le cadre de ta licence. La seule différence que tu cites est la différence de comportement par défaut de WindowsUpdate qui est un service que tu peux retirer.

Un exemple simple que rien n'a changé ? L'arrivé du ballot screen chez tout le monde sous Win7 après la décision de justice de l'UE. Les conditions de CLUF concernant IE, produit intégré à Windows, avaient été modifiée et le ballot screen avait été déployé par Microsoft.

Tu n'achètes jamais un OS, ça n'a jamais été le cas. Tu achètes une licence perpétuelle flottante (ou fixe pour de l'OEM) limitée et révocable. C'est le cas avec n'importe quel logiciel qui n'est pas en Licence libre ou en Shareware. Bref, rien de neuf sous le soleil.

Avatar de Abused INpactien
Avatar de AbusedAbused- 18/12/15 à 11:13:47

c'est très pratique d'avoir de l'espace illimité ... faire un Ghost de tes Hdd (ou d'un parc, chaque jour ^^)

Avatar de Zerdligham INpactien
Avatar de ZerdlighamZerdligham- 18/12/15 à 11:16:13

Je reste sur ma faim. Le titre dit clairement que MS interdit à certaines entreprises d'avoir de l'illimité, mais l'article dit que des offres illimités existent, sans préciser quelles entreprises en sont exclues.
Je suis curieux de savoir sur quel critère sont exclues des entreprises et comment MS le justifie.

Avatar de 33A20158-2813-4F0D-9D4A-FD05E2C42E48 INpactien

Abused a écrit :

c'est très pratique d'avoir de l'espace illimité ... faire un Ghost de tes Hdd (ou d'un parc, chaque jour ^^)

Le problème de l'illimité, c'est que si l'IT s'en fout de virer les ghost dont il n'a plus besoin, MS se retrouve avec une mégatonne de fichiers qu'il ne peut contractuellement pas détruire...

Avatar de gokudomatic INpactien
Avatar de gokudomaticgokudomatic- 18/12/15 à 12:26:10

33A20158-2813-4F0D-9D4A-FD05E2C42E48 a écrit :

Le problème de l'illimité, c'est que si l'IT s'en fout de virer les ghost dont il n'a plus besoin, MS se retrouve avec une mégatonne de fichiers qu'il ne peut contractuellement pas détruire...

De même si un étudiant s'amuse à faire un petit script du genre cat /dev/urandom > mytrollfile.bin, MS va vite saturer et aura l'obligation de garder les fichiers totalement inutiles de l'étudiant.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2