Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

La SNCF et la RATP bientôt contraintes de proposer des applis de signalement ?

L’alarme à l’œil
Droit 2 min
La SNCF et la RATP bientôt contraintes de proposer des applis de signalement ?
Crédits : LDProd/iStock/ThinkStock

Si les traditionnelles sonnettes d’alarmes restent utiles en cas d’incident grave, ne serait-il pas intéressant d’avoir à titre complémentaire des applications qui permettraient aux usagers des transports en commun de signaler plus discrètement certaines infractions ou faits de harcèlement ? C’est en tout cas l’idée soutenue par les députés écologistes, qui défendront un amendement en ce sens cet après-midi.

Plus précisément, ces élus souhaitent qu’à partir du 1er janvier 2017, toutes les « entreprises de transport public de personnes » (SNCF, Eurolines, RATP, Air France...), quand elles disposent d’un site Internet, soient tenues de « mettre en place un dispositif en ligne facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à leur connaissance toute infraction ou tout cas de harcèlement qui se serait déroulé dans leurs transports ». On imagine ainsi qu’avec ces dispositions, apparaîtraient différentes pages Web et applications pour smartphones spécialement dédiées au signalement de faits anormaux.

Faciliter les signalements des témoins et des victimes

Mais quelle serait la différence avec les dispositifs proposés traditionnellement aux voyageurs ? Les députés écologistes expliquent que les outils de sécurité existants se rélèvent insuffisants dans la mesure où leur utilisation n’est souvent préconisée « qu’en cas de grande urgence et que leur utilisation pour demander la présence d’un agent reste passible d’une amende, décourageant leur usage par les victimes de harcèlement ou de violence ».

Selon eux, cet outil complémentaire aurait ainsi vocation à « faciliter l’initiative de la victime ou du témoin en permettant une plus grande discrétion », ou à « casser l’isolement de la personne qui se retrouve alors victime, quand bien même elle le serait d’un comportement qui n’est pas passible d’une condamnation pénale ». L’amendement prévoit en effet que « tout signalement doit faire l’objet d’une réponse de l’exploitant » – même si aucun délai de réponse n’est précisé...

Des signalements qui permettraient aussi d’identifier les lignes « à risques »

Autre avantage : la compilation de ces signalements « permettrait également de mesurer la réalité du phénomène et d’identifier les éventuelles liaisons de transport "à risques" et ainsi d’en adapter les dispositifs de sûreté, tout en veillant à retravailler, sur le plan des aménagements et de l’organisation, à la mise en œuvre d’actions améliorant les ambiances et favorisant la mixité des usages ».

En attendant que l’Assemblée nationale examine cet amendement, rappelons que suite aux attentats du 13 novembre, le juriste Nicolas Poirier avait eu une idée similaire : créer une application mobile qui permettrait de signaler avec plus de discrétion qu’un appel téléphonique des faits extrêmement graves (prise d’otage, attaque...). Une suggestion qui n’a pour l’heure pas suscité beaucoup d’attention de la part du gouvernement.

24 commentaires
Avatar de val1984 Abonné
Avatar de val1984val1984- 16/12/15 à 09:49:43

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pour le réseau Île-de-France, la SNCF a déjà mis en place un service de signalement par SMS (le 31177) après le signalement par téléphone.

Édité par val1984 le 16/12/2015 à 09:50
Avatar de Sha94 INpactien
Avatar de Sha94Sha94- 16/12/15 à 09:55:43

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Faudrait déjà améliorer le réseau 3/4G pour que l'appli soit exploitable non ?
Sauf si ça fonctionne autrement...

Avatar de Loch INpactien
Avatar de LochLoch- 16/12/15 à 10:07:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il serait bien qu'ils sortent 1 et unique application.
Serieusement l'application la plus ridicule est certainement Mon RERA qui ne donne que la partie... RATP ! comme si la partie SNCF n'existait pas...

C'est d'une débilité...

Avatar de pyro-700 INpactien
Avatar de pyro-700pyro-700- 16/12/15 à 10:16:03

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

faudrait déjà qu'ils finissent d'équiper le station en bornes 4G/wifi avant de faire une application de signalement.
la RATP et l'art de mettre la charrue avant les boeufs.

Avatar de trash54 Abonné
Avatar de trash54trash54- 16/12/15 à 10:20:34

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pour iOs et Android et dans 40 ans pour WP et les autres ...........

Avatar de graphseb Abonné
Avatar de graphsebgraphseb- 16/12/15 à 10:21:39

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

De deux choses l'une :
soit la dénonciation donne lieu à intervention et c'est la gabegie assurée dans l'ensemble des transports (blocages>retards>etc.)
Soit la dénonciation ne sert qu'à des fins statistiques et l'avantage pour le dénonciateur est plus que ténu.

La seule option valable reste à mon sens de disposer de personnel accompagnant (autrement dénommés moulinettes-à-prunes) capable à la fois de recevoir le "signalement" et d'évaluer l'intérêt de l'intervention (voir d'y procéder lui-même). Mais ça, c'était avant.

Pour la petite histoire, je subis assez régulièrement des "signalements" sur ma ligne francilienne, avec immobilisation du train à quai en vue d'une hypothétique intervention des archers du Grand Condé. Une fois sur deux, c'est parce qu'un môme à #1-fumé une clope | #2-manqué de respect à une vieille rombière acariâtre | #3.-posé ses pieds sur une banquette (ad lib).

Je suis ravi de prendre 1/2 à 1 heure de retard pour que ces "crimes atroces" soit finalement ignorés par une maréchaussée qui ne se déplace pas (elle a bien d'autres choses à faire…).

Le "signalement" facilité sans rigueur, c'est la fête à l'étroitesse d'esprit et aux petites rancœurs mesquines. L'institutionnalisation de la médiocrité. Après, une fois sur dix mille, ce sera sans doute très utile.

Avatar de philoxera INpactien
Avatar de philoxeraphiloxera- 16/12/15 à 10:23:50

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C'était un communiqué du Ministerium für Staatssicherheit

Avatar de GierrePattaz INpactien
Avatar de GierrePattazGierrePattaz- 16/12/15 à 10:24:00

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

En même temps, je vois pas l'intérêt de l'appli.
Qu'il soit à Nanterre Pref. ou Université, ça ne change rien au fait, qu'il arrive quand il arrive.

L'appli vianavigo est pas mal est suffit.

Et en rapport avec la news, c'est pas une appli qu'il faut. Mais du personnel dans les rames.
Et par personnel, Je parle ne parle pas que des "RATP SÉCURITÉ" ou la Ferroviaire.
Mais des agents RATP/SNCF.

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 16/12/15 à 10:42:13

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

le genre d'appli qu'avait fait un particulier (je sais plus le nom) mais que la ratp a fait interdire au motif que ça utilisait des datas à elle ?

Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 16/12/15 à 10:47:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Sha94 a écrit :

Faudrait déjà améliorer le réseau 3/4G pour que l'appli soit exploitable non ?
Sauf si ça fonctionne autrement...

Je me suis fait la même réflexion, vu le nombre de stations souterraines où on ne capte pas ou très mal.
Je trouve l'idée farfelue, s'il y a quelque chose d'important qui demande une action, rien ne remplace le signal d'alarme.
 

pyro-700 a écrit :

faudrait déjà qu'ils finissent d'équiper le station en bornes 4G/wifi avant de faire une application de signalement.

Déjà rien que de la 2G qui fonctionne ça serait bien. Envoyer un signalement c'est quelques dizaines voire centaines d'octets (un peu comme un simple SMS).

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3