Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

CNES : malgré de « très bonnes conditions géométriques », Philae reste muet

Philae, téléphone maison
Tech 3 min
CNES : malgré de « très bonnes conditions géométriques », Philae reste muet
Crédits : ESA/ATG medialab; Comet image: ESA/Rosetta/NAVCAM – CC BY-SA IGO 3.0

Depuis maintenant plus de cinq mois, Philae est désespérément muet sur sa comète, alors que l'orbiteur Rosetta était pourtant dans « très bonnes conditions géométriques » pour établir une liaison. Le chef de mission du CNES a encore l'espoir de rétablir le contact d'ici fin décembre, voire fin janvier dans le meilleur des cas.

Il y a un peu plus de 13 mois, le CNES réussissait à poser le module Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko après un voyage de 6,5 milliards de kilomètres. Les premières analyses ont été lancées dans la foulée, avant que le robot n'entre en hibernation. Il s'est ensuite réveillé et l'orbiteur Rosetta a pu communiquer avec Philae à plusieurs reprises, jusque début juillet 2015.

Des conditions favorables, mais toujours pas de communications

Depuis, c'est silence radio de la part de Philae. Il y a un peu plus d'un mois, Stephan Ulamec (responsable de mission à l'agence spatiale allemande) estimait qu'il y avait de « bonnes chances » pour établir de nouveau un contact (enfin il était question de 50/50). Mais la communication n'a toujours pas été rétablie à l'heure actuelle explique Philippe Gaudon, chef de mission Rosetta. Pourtant, durant une dizaine de jours début novembre, il y avait « de très bonnes conditions géométriques entre l’orbiteur et Philae, meilleures même que celles de la période juin-juillet ». 

La question est maintenant de savoir s'il s'agit d'un problème de communication ou si Philae a été endommagée et qu'il ne peut donc pas recevoir ou envoyer des données. Le passage de la comète à proximité du Soleil a largement fait grimper la température (probablement à plus de 50-60°C), tandis que le dégazage de la comète a pu endommager le module ou le recouvrir de poussières. Dans tous les cas, le temps joue contre le CNES : plus la comète s'éloigne du Soleil, moins Philae peut régénérer ses batteries (sans compter sur de possibles zones d'ombre à cause du relief).

Encore de l'espoir jusqu'à fin décembre, voire fin janvier

Interrogé par nos confrères du Point, Philips Gaudon explique que « suivant que l'on est plus ou moins optimiste, de l'espoir peut subsister jusqu'à fin décembre ou fin janvier. Et, s'il ne se passe rien en janvier, ce sera définitivement la mort de Philae ». Il ne jette pour autant pas l'éponge : « nous allons avoir d’autres périodes de contacts possibles la semaine prochaine et jusqu’à Noël. L’orbiteur sera encore plus près et il survolera l’hémisphère nord dans les conditions géométriques que nous pensons être les meilleures ». 

L'orbiteur Rosetta se trouve actuellement à 100-150 kilomètres de la surface de la comète et devrait descendre encore un peu plus bas prochainement (80 kilomètres). Sur la première moitié de 2016, la feuille de route devrait être la même : se rapprocher de plus en plus la comète, jusqu'à n'être qu'à une dizaine de kilomètres début août. Rosetta entamera alors une chute sans retour afin de se poser (ou de s'écraser) sur 67P/Churyumov-Gerasimenko. « Bien sûr, le but ultime serait que Rosetta survive à cet atterrissage. Mais nous n'y croyons pas trop, car la sonde n'a pas de parachute » commente Philipe Gaudon.

Dans tous les cas, Rosetta ne se contentera pas de décrire des cercles autour de la comète et l'orbiteur en profitera pour prendre de nombreuses mesures et des photos. Le chef de mission explique que la sonde pourra notamment analyser les poussières récupérées à très faible altitude, « des données nouvelles qui apporteront de nouveau beaucoup à la science ».

41 commentaires
Avatar de Loch INpactien
Avatar de LochLoch- 14/12/15 à 10:02:18

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ca sent le sapin

Avatar de astiritsa Abonné
Avatar de astiritsaastiritsa- 14/12/15 à 10:04:36

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Mais nous n'y croyons pas trop, car la sonde n'a pas de parachute

Euh, y'a que moi qui trouve ça bizarre ? Ils fonctionnent comment les parachutes sans atmosphère ?

Avatar de eglyn Abonné
Avatar de eglyneglyn- 14/12/15 à 10:06:51

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

astiritsa a écrit :

Euh, y'a que moi qui trouve ça bizarre ? Ils fonctionnent comment les parachutes sans atmosphère ?

Ptêtre pour ça finalement qu'ils n'en ont pas mis 

Avatar de Strimy Abonné
Avatar de StrimyStrimy- 14/12/15 à 10:12:21

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je pense plutôt à une métaphore pour dire que la sonde n'est pas équipée pour maitriser sa lente chute (surtout que vu l'envergure de Rosetta, il faudrait trouver un espace suffisamment grand et plat pour ne pas casser les panneaux solaires).

Avatar de Zerdligham Abonné
Avatar de ZerdlighamZerdligham- 14/12/15 à 10:20:10

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Parachute au sens large, ie. truc qui évite les chutes.
Le mécanisme classiquement utilisé pour les parachutes d’ascenseur fonctionnerait aussi bien sans atmosphère.

Avatar de trash54 Abonné
Avatar de trash54trash54- 14/12/15 à 10:23:00

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

elle aura quand même fait un sacré boulot la petite Rosetta

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 14/12/15 à 10:25:58

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il est également possible que Philae ne soit plus sur la comète depuis longtemps...

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 14/12/15 à 10:32:48

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pour poser Rosetta c'est ultra risqué, elle ne dispose pas d'amortisseurs, ses panneaux solaires de 14 mètres de long ne sont fixés que par des petites charnières métalliques, qui ne supporteront certainement pas la torsion au moment du contact.
Le mieux qu'ils puissent espérer, c'est que les câbles de liaison qui les relient à la sonde ne s'arrachent pas, et que les panneaux se couchent à la surface, cellules orientées vers le ciel.

Avatar de linkin623 Abonné
Avatar de linkin623linkin623- 14/12/15 à 10:47:53

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

TBirdTheYuri a écrit :

Il est également possible que Philae ne soit plus sur la comète depuis longtemps...

Un dégazage un peu trop fort et au revoir la sonde
D'autant que, de mémoire, ses systèmes d'amarrage ont pas fonctionné...

Avatar de js2082 Abonné
Avatar de js2082js2082- 14/12/15 à 11:30:28

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

astiritsa a écrit :

Euh, y'a que moi qui trouve ça bizarre ? Ils fonctionnent comment les parachutes sans atmosphère ?

Zerdligham a écrit :

Parachute au sens large, ie. truc qui évite les chutes.

Ben même pas au sens large.
Parachute tout court.

C'est tout simplement une erreur que de croire qu'un parachute ne peut se servir que dans les airs.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5