Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Quand le bureau de tabac se transforme en agence bancaire

Un paquet de clopes et un virement ?!
Economie 5 min
Quand le bureau de tabac se transforme en agence bancaire
Crédits : Francisco Gonzalez/Flickr (Licence CC-BY 2.0)

Des cartes de paiement prépayées aux Compte-Nickel en passant par le paiement d'achats effectués en ligne, les buralistes sont en train de devenir les nouveaux chouchous de la « Fintech ».

Alors même que Compte Nickel vient d’annoncer son 200 000e compte ouvert en bureau de tabac, la société n’est plus le seul acteur financier à faire les yeux doux aux buralistes. Au contraire, ça se bouscule au portillon.

Sur le modèle des vieilles télécartes ou des cartes SIM prépayées, les cartes de paiement prépayées qui déplaisent tant à Michel Sapin ont fait leur apparition dans ces points de vente depuis 2010. Désormais, quel que soit leur nom (PCS, Transcash, Neocash, Corpedia ou Toneo), rares sont les buralistes qui n’en proposent pas.

Pourquoi ? Les bureaux de tabac interrogés restent plutôt discrets et invoquent, à l’instar de la Brasserie St-Germain dans le 20e arrondissement de Paris, la demande de la clientèle : « Nous rendons service aux clients. Nous avons beaucoup de demandes pour ces cartes, surtout en été avec les touristes et les voyages à l’étranger. »

Pour autant, les grossistes chargés de l’approvisionnement des buralistes et leur fournissant leurs systèmes de caisse dédiés sont eux plus prolixes. « Les buralistes sont de très gros réseaux de proximité qui doivent trouver d’autres relais de croissance que le tabac et la presse. Ils font de la dématérialisation depuis une bonne dizaine d’années avec le prépayé téléphonique. Mais celui-ci est en perte de vitesse depuis l’arrivée de Free Mobile » explique Emilie Bolloré, directrice marketing de Bimedia. « Le relais a été trouvé avec les moyens de paiement, le prépaiement sur Internet, comme PaySafe Card pour jouer ou payer en ligne. »

Achat en ligne, paiement au tabac !

Si cette évolution continue avec le Compte Nickel et l’ouverture de comptes bancaires en ligne, elle le fait également avec l’intrusion du e-commerce dans le monde physique. Ici, il s’agit de rassurer le client en lui permettant de régler en magasin des achats effectués sur Internet.

Lancé il y a un peu plus d’un an avec YesbyCash pour le paiement en espèces, l’offre se généralise désormais avec Cashway. La méthode est identique : au moment de finaliser l’achat, l’internaute au lieu de régler récupère un code-barre géolocalisé. Il l’imprime ou en charge l’image sur son téléphone portable, et va chez le buraliste régler son panier.

Sauf qu’il ne se limite pas au liquide et peut payer sa transaction par carte bancaire sur le terminal du commerçant. Celui-ci valide la transaction et la boutique en ligne, payée, peut envoyer les produits.

Même si à terme, Cashway veut se déployer sur plusieurs types de commerce, dans un premier temps, les bureaux de tabac ont été sélectionnés. « Ce sont des commerces de proximité qui ont une amplitude horaire très importante, et qui ont l’habitude de gérer de la transaction » nous explique Olivier Jamault, fondateur de Cashway. « Et ils sont équipés de caisses intelligentes qui permettent de déployer la solution rapidement ».

En pratique, le buraliste touche une commission sur la transaction. Pour Cashway, celle-ci varie entre 1 et 4 euros suivant la valeur du panier, partagée entre le buraliste et le grossiste qui lui a installé sa caisse (pour l’instant Bimedia uniquement). Cashway quant à lui se rémunère en facturant son service en prenant entre 1 et 2 % du prix des transactions réalisées grâce à lui auprès des sites marchands et non des utilisateurs. Cette rémunération existe pour tous les services financiers.

Ainsi, chez Compte Nickel, si le retrait d’argent en magasin est facturé 0,50 euro au client, il en rapporte 0,25 euro au commerçant. De même, le buraliste touche une commission sur l’ouverture de compte et sur le dépôt d’espèces en magasin.

Formation anti-blanchiment

Du coup, le métier de buraliste est en pleine mutation. « Ces nouveaux produits demandent de plus en plus d’attention de la part du commerçant avec un accompagnement du client » explique Emilie Bolloré. « Sur tous les produits pour lesquels on est grossiste, nos commerçants reçoivent des aides pour obtenir l’agrément et organiser la gestion des flux du produit ».

Dans une interview à Revue Banque, Hugues Le Bret, fondateur de Compte Nickel, va même plus loin et détaille la procédure de sélection des buralistes : « Un service leur est dédié. Il les aide à remplir correctement le dossier d’agrément en qualité d’agents. Il s’agit de rédiger leur CV, récupérer leur KBis, leur pièce d’identité, vérifier que le commerce existe réellement, etc. Un comité d’agrément interne valide ensuite la candidature de chacun des buralistes dont le dossier sera ensuite soumis à l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, dépendant de la Banque de France), pour agrément final. Le buraliste doit ensuite valider une formation de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme ».

Une procédure auxquels devront également se plier les buralistes qui décideront de distribuer sous blister la carte multidevise de Paytop, qui permet de stocker de l’argent en euros, livres sterling et dollars. Pour l’instant accessible uniquement en ligne, elle devrait être commercialisée en mars/avril prochain dans les réseaux physiques.

« L’objectif serait de trouver des buralistes dans des zones géographiques avec une clientèle intéressante : soit une population qui effectue beaucoup de transferts, ou buraliste dans des zones aisées » nous affirme David Boucher, Président de Paytop. « Nous discutons avec les hubs dans les aéroports, les points d’entrée dans les gares. La carte sous blister sera ultra-simple à activer depuis son mobile » promet-il.

48 commentaires
Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 10/12/15 à 15:34:17

à l’instar de la Brasserie St-Germain dans le 20e arrondissement de Paris, la demande de la clientèle : « Nous rendons service aux clients. »

Jawad style :ouioui:

Est-ce que le gouvernement voit ça d'un bon oeil ? Ils vont plutôt dire que la simplicité renforce le terrorisme  non ?

Édité par Jarodd le 10/12/2015 à 15:36
Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 10/12/15 à 15:38:14

Donc en gros l'avantage de faire ses courses depuis chez soi par internet, combiné au fait de devoir finalement sortir pour finir la transaction ? C'est trop génial ! :bravo:

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 10/12/15 à 15:40:08

Ils vont faire comme aux US, faire remplir un questionnaire "cet argent servira t-il à financer un attentat en France"? :roll:

Avatar de Shibia INpactien
Avatar de ShibiaShibia- 10/12/15 à 15:58:53

TBirdTheYuri a écrit :

Ils vont faire comme aux US, faire remplir un questionnaire "cet argent servira t-il à financer un attentat en France"? :roll:

Non mais exiger la présentation d'une pièce d'identité, comme pour les paiements par chèque, c'est jouable.

Avatar de NonMais INpactien
Avatar de NonMaisNonMais- 10/12/15 à 15:59:31

Le YesBy Cash sert juste à payer avec du cash... car au final tu paies toujours avant que le commerçant envoie le produit donc en fait, faut toujours autant avoir confiance dans le fait qu'il va bien t'envoyer quelque chose... donc je ne vois pas trop trop l'intérêt sachant que chaque salarié à un compte bancaire... donc à part un mec qui vend sur les marchés et n'a pas de compte bancaire avec la CB qui va avec ....
après bien sûr quand tu as une gentille fille qui te donne régulièrement des billets c'est pratique...

Avatar de Shibia INpactien
Avatar de ShibiaShibia- 10/12/15 à 16:03:09

NonMais a écrit :

Le YesBy Cash sert juste à payer avec du cash... car au final tu paies toujours avant que le commerçant envoie le produit donc en fait, faut toujours autant avoir confiance dans le fait qu'il va bien t'envoyer quelque chose... donc je ne vois pas trop trop l'intérêt sachant que chaque salarié à un compte bancaire... donc à part un mec qui vend sur les marchés et n'a pas de compte bancaire avec la CB qui va avec ....
après bien sûr quand tu as une gentille fille qui te donne régulièrement des billets c'est pratique...

Cashway permet de payer en espèce ou avec ta carte. L' "intérêt" pour le client final est de ne pas laisser trainer son numéro de carte bancaire sur le Web. Ou de payer en toute discrétion un cadeau si c'est quelqu'un d'autre qui épluche les relevés de compte. Etc.

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 10/12/15 à 16:07:20

2 millions de personnes sont en interdit bancaire.
 

Avatar de NonMais INpactien
Avatar de NonMaisNonMais- 10/12/15 à 16:07:29

oui enfin est-ce qu'on peut avoir plus confiance dans l'éditeur du logiciel ou du boitier de paiement dans le bureau de tabac que dans un site SSL .... pas certain. Pour le coup du cadeau, ok pour le cash, pour la CB ça apparaît idem sur ton relevé de compte hein ;)

Avatar de NonMais INpactien
Avatar de NonMaisNonMais- 10/12/15 à 16:08:19

comme ça ils peuvent continuer de dépenser des sous au lieu de rembourser leurs dettes? \o/ j'adore le principe :D

Avatar de Commentaire_supprime Abonné
Avatar de Commentaire_supprimeCommentaire_supprime- 10/12/15 à 16:08:28

Intéressant. La carte avec le stockage en monnaie étrangères m'intéresse, par exemple.

Et tant mieux qu'il y ait ces services pour assurer un avenir aux buralistes. A suivre !

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5