Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Facebook appelé à ne plus tracer les internautes européens non-inscrits

Ça sent le Facebook
Droit 3 min
Facebook appelé à ne plus tracer les internautes européens non-inscrits

Après avoir été condamné par la justice belge à ne plus glaner les données personnelles des internautes non-inscrits sur son réseau social (sauf à obtenir préalablement leur consentement), Facebook est désormais prié d’appliquer cette décision au profit de l’ensemble des citoyens européens.

C’est un sérieux coup de semonce à l’encontre de l'entreprise américaine. Suite à la décision prise le 9 novembre dernier par le tribunal de première instance de Bruxelles, les autorités de protection des données personnelles française, néerlandaise, espagnole, belge et hambourgeoise ont enjoint aujourd’hui le célèbre réseau social à se conformer à ce jugement « sur tout le territoire de l’Union européenne ». Au nom du G29 (groupe des CNIL européennes), les cinq institutions ont adopté une déclaration commune imposant à Facebook de suivre cet arrêt et de cesser de ce fait :

  1. De déposer le cookie « datr » lorsque des internautes non membres de Facebook visitent la page du site facebook.com « sans les informer, au préalable et de manière suffisante et adéquate, quant à ce dépôt et à l’utilisation que fait le réseau social du cookie par le biais des plug-ins ».
  2. De collecter le cookie « datr » par le biais de plug-ins sociaux placés sur des sites Internet de tiers.

Une ingérence inacceptable dans la vie privée des internautes européens

La CNIL et ses homologues estiment que les pratiques de Facebook constituent une « ingérence dans la vie privée des internautes » qui « n’est pas acceptable ». L’institution française résume en ces termes la situation :

« Concrètement, Facebook dépose un cookie (« datr ») sur le terminal (ordinateur ou mobile) de tout internaute qui se rend sur une page du site facebook.com (pour visiter la page publique d’un événement, par exemple), et ce, même si cette personne n’a pas de compte (utilisateur passif).

Une fois ce cookie déposé, à chaque fois que l’internaute visite une page contenant un plug-in Facebook (un site d’actualités, par exemple), la société Facebook lit le cookie et est ainsi informée qu’il se trouve sur ce site. Facebook indique que ce cookie est utilisé pour assurer la sécurité de son service et de ses utilisateurs, mais il lui permet également de suivre la navigation, hors de son site, d’internautes n’ayant pas de comptes Facebook. »

Un accès à Facebook coupé aux non-inscrits en Belgique

La déclaration souligne que le célèbre réseau social est appelé à rentrer dans le rang quand bien même il a décidé de faire appel du jugement rendu en référé par le tribunal de première instance de Bruxelles. Pour mémoire, celui-ci est applicable à compter du lundi 14 décembre, sous peine d’une astreinte de 250 000 euros par jour. Facebook a toutefois pris les devants en coupant l’accès de son site à tous les internautes belges non-inscrits.

Une sorte de pied de nez qui a manifestement irrité la CNIL belge. « Ce n’est pas ce que nous avions demandé. Nous souhaitions que Facebook cesse de suivre les gens qui ne sont pas sur le réseau social. Point à la ligne. Cela semble être un jeu pour eux » a ainsi tonné la semaine dernière le numéro un de la Commission vie privée, Willem Debeuckelaere, dans les colonnes du Vif. L'entreprise américaine justifie de son côté sa position en affirmant que le cookie datr présente d'intéressantes garanties en termes de sécurité (voir ici).

Les cinq autorités de protection des données personnelles en profitent quoi qu'il en soit pour insister sur le fait que leur déclaration commune est publiée «  sans préjudice des investigations nationales en cours [notamment en France, ndlr] et des mesures qui pourraient en conséquence être imposées à Facebook ». Une façon de faire comprendre que de nouvelles sanctions pourraient prochainement tomber si l’entreprise américaine ne changeait pas de comportement ?

26 commentaires
Avatar de Avisance Abonné
Avatar de AvisanceAvisance- 07/12/15 à 15:54:48

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il faut se relire avant de publier ! Il y a beaucoup de coquilles pour un article aussi court, e.g. si l’entreprise américaine ne changeait pas comportement.

Édité par Vengeful-frog le 07/12/2015 à 15:55
Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 07/12/15 à 16:00:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ce sont des clowns chez Facebook ! Prétendre que le cookie sert de protection contre les hackers, quel culot. Il suffirait donc d'effacer le cookie (chose beaucoup plus facile pour un bot que pour un utilisateur légitime, d'ailleurs), pour passer au travers de leurs protections ? Pfiou !
 

Avatar de Tornado_OLO INpactien
Avatar de Tornado_OLOTornado_OLO- 07/12/15 à 16:00:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Facebook font les beaux, mais vous verrez qu'au 14 décembre ils se seront mis en conformité.

Avatar de millcaj INpactien
Avatar de millcajmillcaj- 07/12/15 à 16:08:30

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Moi je ne suis pas sur Facebook et aucun de mes modestes sites (14.000 mille visiteurs différencés par mois pour le plus gros) ne l'utilise. Mais 1 milliard (paraît-il) de gens l'utilisent. Cessez de l'utiliser et la bête crèvera. :) Sinon, à quoi sert de se plaindre dans les commentaires aussi bien que dans les articles  : d'ailleurs  en haut à droite de la page de NEXTINPACT, il y a bien un bouton Facebook (une URL en fait, pas de script semble-t-il, ce qui est bien).

Édité par millcaj le 07/12/2015 à 16:13
Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 07/12/15 à 16:17:58

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Moi je n'ai pas le bouton Facebook en haut à droite de NXI ;-)
 

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

...

Édité par joma74fr le 07/12/2015 à 16:21
Avatar de Nerkazoid INpactien
Avatar de NerkazoidNerkazoid- 07/12/15 à 16:23:33

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ah mais parfait, perso je jouerai le jeu de Facebook en disant "Ok, vous coupez la visibilité aux non-inscrits, dans ce cas sur la page blanche/message d'erreur, obligation d'indiquer que l'accès est coupé pour des fins de vie privée car "Nous Facebook" utilisions des cookies pour vous traquer... sans votre consentement tout au long de votre navigation suite à la la consultation d'une de nos pages blablabla"

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

millcaj a écrit :

(...) Sinon, à quoi sert de se plaindre dans les commentaires aussi bien que dans les articles  : d'ailleurs  en haut à droite de la page de NEXTINPACT, il y a bien un bouton Facebook (une URL en fait, pas de script semble-t-il, ce qui est bien).

Pourquoi Next INpact a décidé de prendre en compte le signal Do Not Track
Il n'y a pas que la NSA qui vous surveille
Next Inpact - 27/11/2015

Next INpact v6 : un premier bilan sur les options utilisées par nos lecteurs - Next Inpact - 27/11/2014 :
« La gestion des trackers est une fonctionnalité très utilisée, mais rarement proposée

La seconde option la plus utilisée concerne les modules sociaux. En effet, depuis un peu plus d'un an nous avons fait le choix de permettre à nos lecteurs de retirer tous les trackers issus de Facebook, Google+ ou Twitter. Dans la v6, nous avons d'ailleurs retiré tous les boutons natifs (à l'exception du bloc auteur pour Twitter, mais cela va être changé) et nous n'utilisons les API des réseaux sociaux que pour une fonctionnalité où cela est obligatoire : le calcul du nombre de partages.

C'est donc d'abord cela que cette option désactive, mais aussi l'apparition de certains logos. Ceux-ci ne sont que des images, mais l'expérience nous a montré que certains sont allergiques à la présence de la moindre représentation de Facebook par exemple. Et le succès est au rendez-vous puisque vous êtes 23,3 % à les désactiver. Mais là encore, une large majorité ne change rien. »

Édité par joma74fr le 07/12/2015 à 16:30
Avatar de anonyme_9da57e211017052639d7807bd6ab7c29 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ça me donnerait presque envie de me désinscrire... Pour une fois que les choses se font vite et bien.

Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 07/12/15 à 16:29:32

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

DE ce que j'ai compris, ca permet en réalité de différencier les robots des humains. Grâce au tracking, si tu as un comportement normal, Facebook te repère en tant qu'humain alors que si tu n'as pas le cookie ou si le tracking montre des comportements suspect... sécurité maximale ! Évidement çà c'est le coté gentil mignon tout plein des braves de chez Facebook.

Si finalement ca passe, je vais demander à pouvoir avoir la position de tous mes voisins et passants dans le quartier pour savoir si je peux simplement rabattre ma porte ou la verrouiller à double tour.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3