Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Azure, Office 365 et VS Online : retour à la normale après une panne de plusieurs heures

Mauvais timing
Internet 2 min
Azure, Office 365 et VS Online : retour à la normale après une panne de plusieurs heures
Crédits : BsWei/iStock

Alors même que Microsoft lançait plusieurs produits autour de son offre Azure, la solution d’hébergement et d’autres services majeurs ont subi une avarie de quelques heures aujourd’hui. La situation est revenue à la normale, mais rappelle combien la dépendance au cloud peut être problématique.

Les premiers symptômes ont commencé en fin de matinée : plusieurs services majeurs de Microsoft ont montré un fonctionnement erratique. Azure tout d’abord, mais également Office 365 et même la partie Online de Visual Studio. De temps de connexion et de chargement allongés, les problèmes se sont aggravés jusqu’à ce que plusieurs services soient complètement inaccessibles. Une panne qui a notamment perturbé les premiers instants de vie du nouveau portail Azure dont nous parlions précédemment.

Une grande partie de l'Europe touchée

La situation est rétablie et tous les services sont désormais accessibles comme d'habitude. Nous avons joint Microsoft qui nous a confirmé que le problème était bien né dans Azure (puisque c’est la plateforme qui héberge tous les services maison ou presque). Mais la société n’avait pas d’informations sur l’origine du problème. On ne sait donc pas s’il s’agissait d’une panne matérielle ou logicielle.

La panne a touché en tout cas une grande partie de l’Europe, notamment toute celle de l’Ouest et du Nord. En France et au Royaume-Uni notamment, de nombreux services étaient inaccessibles. L’incident aura duré en tout un peu de plus trois heures, un laps de temps qui, s’il n’est pas forcément énorme, représente une contrainte importante pour des entreprises qui s’appuient sur de tels services et ne peuvent plus forcément avancer en cas de panne.

Même une disponibilité de 99,9 % n'est pas suffisante

Avec Azure, Microsoft promet une disponibilité de 99,9 %, comme d’autres prestataires de solutions cloud, notamment Amazon. Mais quelle que soit finalement cette garantie, les pannes ne peuvent que survenir à un moment ou un autre, ne serait-ce que via des erreurs humaines. Or, le déplacement des activités professionnelles dans le cloud offre des avantages indéniables (comme pour le grand public), notamment une gestion centralisée des ressources et des outils, mais une panne de plusieurs heures rappelle que les clients sont alors totalement dépendants de la fiabilité de serveurs distants.

En attendant, l’incident est clos, et Microsoft nous a indiqué qu’elle reviendrait vers nous si des informations supplémentaires sur la panne étaient disponibles.

19 commentaires
Avatar de benjarobin Abonné
Avatar de benjarobinbenjarobin- 03/12/15 à 15:06:18

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

99,9% c'est ce qu'ils promettent, cela fait environ 10h par an d'indisponibilité. Est ce qu'ils dépassent ce chiffre ou non ?

Avatar de anonyme_ba589e8ac9f0494df63f7c9b90643523 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Le problème c'est à quel moment c'est 10h ont lieu
 A 4h du matin ou à 18h le week end ?

Avatar de damaki Abonné
Avatar de damakidamaki- 03/12/15 à 15:52:21

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

La disponibilité annoncée n'est pas la disponibilité visée, c'est une information contractuelle qui donne droit à tes clients à une indemnité quand elle n'est pas respectée. Indemnité dont la limite est évidemment fixée dans le contrat d'utilisation du service cloud.
Le taux de disponibilité visé ça ne vaut rien et ça ne garantit rien en soit, d'où l'intérêt quand on travaille sur le cloud de combiner plusieurs prestataires hétérogènes avec une API en pattern adapter. Pour info, c'est ce vers quoi Netflix s'oriente après avoir été trop pénalisé par les indispos d'AWS.

Édité par damaki le 03/12/2015 à 15:53
Avatar de Nerkazoid INpactien
Avatar de NerkazoidNerkazoid- 03/12/15 à 16:15:36

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Quand on regarde les contrats dans ma boite, on pose toujours la question si c'est 0,01% en cumulé ou accumulé sur une période de temps

Avatar de anonyme_97254becd5c5b064755d6772703ed968 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Nothing in the Cloud : harder better faster stronger !

Avatar de Nerkazoid INpactien
Avatar de NerkazoidNerkazoid- 03/12/15 à 17:18:47

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je serai plus mitigé et j'irai avec du "Hybrid-Cloud" s'il faut vraiment y aller

Avatar de Vengeur_Masqué INpactien
Avatar de Vengeur_MasquéVengeur_Masqué- 03/12/15 à 17:21:35

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Ha , c'est pour ça que les enfants n'avaient pas cours !

Avatar de exatex Abonné
Avatar de exatexexatex- 03/12/15 à 17:42:45

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je ne  suis pas aussi sûr de ca. Car oui 3 heures c'est beaucoup, mais un hébergement local n'empêche pas les pannes, et à par une grosse entreprise, si le problème est sérieux, je suis pas convaincu que la remise ne prod se face en 3 Heures...

Avatar de 33A20158-2813-4F0D-9D4A-FD05E2C42E48 INpactien

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

DotNerk a écrit :

Je serai plus mitigé et j'irai avec du "Hybrid-Cloud" s'il faut vraiment y aller

Mitigation est effectivement le maître mot en informatique... Toujours espérer le meilleur et se préparer au pire.

Avatar de Nerkazoid INpactien
Avatar de NerkazoidNerkazoid- 03/12/15 à 18:46:43

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Comme disait un de mes anciens collègues "la peur n'évite pas le danger"

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2