Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Mark Zuckerberg va donner 99 % de ses actions Facebook à sa nouvelle fondation

Vivement la fondation Zuckerberg-Gates
Economie 3 min
Mark Zuckerberg va donner 99 % de ses actions Facebook à sa nouvelle fondation
Crédits : Luc Willame/iStock

Mark Zuckerberg a annoncé hier qu'il allait consacrer 99 % de sa fortune amassée grâce à Facebook pour le développement d'une nouvelle œuvre de charité qu'il vient de fonder, juste après la naissance de son premier enfant.

Dans la Silicon Valley, la philanthropie est toujours bien vue. De nombreux milliardaires locaux ont décidé de consacrer tout ou partie de leur fortune à des œuvres caritatives ou ont monté leur propre fondation pour soutenir diverses causes. L'exemple le plus emblématique est certainement celui de la Fondation Bill et Melinda Gates, qui disposait fin décembre 2014 de 44,3 milliards de dollars d'actifs.

Un milliard par an en attendant la totale

Avec la naissance de son premier enfant, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook s'est lui aussi senti pousser des ailes dans le domaine caritatif. Hier soir, il a annoncé la fondation de Chan Zuckerberg Initiative, une organisation de charité qui se donne pour mission de « faire avancer le potentiel humain et de promouvoir l'égalité », peut-on lire dans une déclaration transmise aux autorités financières américaines.

Pour que cette œuvre puisse remplir ses objectifs, Mark Zuckerberg compte lui donner d'importantes ressources. Le dirigeant a ainsi annoncé vouloir transférer à terme 99 % de ses actions Facebook dans cette fondation, tout en conservant l'intégralité de ses droits de vote à titre personnel. Ce transfert ne se fera pas d'un seul coup, Zuckerberg ayant assuré à la SEC que ces transferts n'excèderont pas 1 milliard de dollars par an lors des trois prochaines années.

À titre personnel, le fondateur de Facebook détient environ 4 millions d'actions de classe A de Facebook, pour une valeur supérieure à 4 milliards de dollars, et 419 millions d'actions de classe B, dotées de 10 fois plus de droits de vote, d'une valeur d'environ 45 milliards de dollars au cours actuel. Selon le classement de Forbes, cela suffit à lui donner la septième place sur la liste des milliardaires de ce monde.

Ce n'est une première ni pour Mark Zuckerberg, ni pour la Silicon Valley

Ce n'est pas la première fois que le créateur de Facebook décide de faire des dons à des œuvres caritatives. En octobre 2014, il avait déjà donné 25 millions de dollars pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, note The Verge. Un mois plus tôt, le Washington Post soulignait que Zuckerberg avait déjà fait don de 100 millions de dollars en 2010 pour redonner des couleurs au système éducatif dans une ville du New Jersey. En 2012, il avait également injecté 500 millions de dollars dans la Silicon Valley Community Foundation.

Dans la Silicon Valley, les fondations caritatives montées par des géants des nouvelles technologies ne sont pas rares. La fondation Bill et Melinda Gates cristallise une bonne partie de l'attention, mais d'autres font aussi partie du paysage. Laurene Powell Jobs, la veuve de Steve Jobs est par exemple à la tête de The Emerson Collective, une œuvre de charité fondée en 2013 qui promet de promouvoir l'entreprenariat social. Larry Page, l'un des co-fondateurs de Google a fondé la  Carl Victor Page Memorial Foundation, qui œuvre pour « une large variété de problèmes sociaux ».

Bien évidemment, toute cette générosité n'est pas totalement dénuée d'arrière-pensées et l'objectif est parfois pour ces milliardaires d'esquiver partiellement l'impôt. D'autres, appartenant au courant libertarien, estiment qu'ils pourront aider plus efficacement les autres en le faisant par eux-mêmes plutôt qu'en laissant l'État le faire pour eux. Une théorie controversée qui fait pourtant long feu dans la Silicon Valley.

82 commentaires
Avatar de Vieux_Coyote Abonné
Avatar de Vieux_CoyoteVieux_Coyote- 02/12/15 à 09:43:01

Moi je trouve ça chouette. Mais bon, si Facebook payait ses impôts, ça serait encore plus chouette...

Avatar de Cypus34 Abonné
Avatar de Cypus34Cypus34- 02/12/15 à 09:47:55

"faire avancer le potentiel humain"

C'est moi ou ça sent le transhumanisme ?

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 02/12/15 à 09:49:52

Vieux_Coyote a écrit :

Moi je trouve ça chouette. Mais bon, si Facebook payait ses impôts, ça serait encore plus chouette...

Moi je trouve que cela prouve qu'il y a un problème systémique si on est obligé d'en arriver là pour redistribuer les richesses équitablement.

Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 02/12/15 à 09:51:23

Espérons que ça ne prendra pas modèle sur la Fondation Bill-et-Melinda-Gates :

Controverses
Certaines critiques dénoncent toutefois l'implication de la fondation dans le capital de sociétés responsables de divers problèmes sanitaires et humains et de ne pas soutenir les bons moyens de développement16.

À la fin des années 1990, le monopole de Windows qui est devenu le système d’exploitation le plus vendu au monde, inquiète de plus en plus les autorités américaines dont le ministère de la justice ouvre un procès antitrust à l'encontre de Microsoft. C'est à cette époque que Bill Gates parcourt les pays pauvres de la planète et crée sa fondation philanthropique - signe, pour certains17, qu'il cherche à redorer son image et celle de Microsoft, images potentiellement ébranlées par le verdict.

En janvier 2007, le Los Angeles Times fait paraître un article peu flatteur pour la Fondation Gates, qu'il accuse d'investir 95 % de ses fonds dans des investissements rémunérateurs gérés par des financiers chargés de « diversifier fortement leur portefeuille mais sans directives précises ». Le quotidien souligne ainsi que certaines de ces initiatives sont contradictoires avec son action philanthropique. L'article cite le cas de campagnes de vaccinations dans le delta du Niger financées, notamment, par la Fondation Gates, qui investirait parallèlement dans des entreprises comme Eni, Royal Dutch Shell, Exxon Mobil, Chevron et Total — compagnies éminemment responsables de la pollution dans cette région.

Ce genre d'affaires ne seraient pas isolées, selon le Los Angeles Times, qui souligne que la fondation a investi avec profit dans plusieurs compagnies reconnues pour leur impact néfaste sur l'environnement et la santé, mais aussi dans des compagnies de crédit immobilier accusées d'avoir dépossédé des milliers de personnes, ou des sociétés employant des enfants. La Fondation Gates n'aurait « pas usé de sa puissance et de son immense richesse pour changer le comportement des compagnies dans lesquelles elle investit »18.

Le soutien de la fondation aux OGM a également suscité des critiques19 : le 15 octobre 2009, Bill Gates a annoncé que la fondation allait donner 120 millions de dollars pour différents programmes d'aides aux agriculteurs d'Afrique et d'Inde. Une partie de ces programmes, mis en œuvre par l'Agra (Alliance for a Green Revolution in Africa, ou Alliance pour une révolution verte en Afrique), consiste à fournir diverses semences génétiquement modifiées20. La fondation est aussi critiquée pour son soutien aux essais de lâcher de moustiques génétiquement modifiés, effectués en coopération avec la firme Oxitec en Malaisie et au Mexique.

En 2009, la fondation Gates finance un projet de l'organisation caritative Path, pour étudier la possibilité d'incorporer le vaccin anti-HPV, produit par les firmes pharmaceutiques Merck et GSK, au programme officiel de vaccination de l'Inde21. Mais le décès de 7 adolescentes peu après leur vaccination jette la suspicion sur l'innocuité du vaccin. En août 2009, un comité parlementaire indien conclut que le projet de Path s'apparente à un essai clinique utilisant comme cobayes des jeunes filles issues de familles peu lettrées, sans que celles-ci aient été dûment informées contre les risques du vaccin. Le comité conclut également que « le seul but de Path était de promouvoir les intérêts commerciaux des fabricants du vaccin »22.

On peut toujours rêver..

Édité par maestro321 le 02/12/2015 à 09:53
Avatar de mancuso85 INpactien
Avatar de mancuso85mancuso85- 02/12/15 à 09:52:04

Je trouve difficilement les mots pour signifier le respect que m’évoque ce genre d'action.

Là, il le beau geste quand meme.

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

dans la Silicon Valley, en Californie et au Nevada, ils consomment des substances étranges :
https://www.youtube.com/watch?v=vvoX8TOgCXw

Avatar de niok35 Abonné
Avatar de niok35niok35- 02/12/15 à 09:54:27

"Moi je trouve que cela prouve qu'il y a un problème systémique si on est obligé d'en arriver là pour redistribuer les richesses équitablement."

Entièrement d'accord !

Avatar de Winderly Abonné
Avatar de WinderlyWinderly- 02/12/15 à 09:55:22

mancuso85 a écrit :

Je trouve difficilement les mots...

Là, il le beau geste quand meme.

Anéfé :transpi:

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

C'est beau de se soustraire à l'impôt pour ensuite apparaître en héros lorsque l'on lègue sa fortune pas super bien acquise :fumer:

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

La fondation appartient à qui à ton avis ?

Moi aussi je peux faire un don annuel à une association d'utilité publique que j'aurais créée en veillant à rester adhérant avec quelques proches (sauf que je n'ai pas quelques milliards d'€ à placer dans l'amélioration de l'être humain).

Édité par joma74fr le 02/12/2015 à 09:56
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9