Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Google veut toujours plus séduire les développeurs sur Android et Chrome

Applications web, applications pas web
Logiciel 5 min
Google veut toujours plus séduire les développeurs sur Android et Chrome

Google tenait cette semaine son Chrome Dev Summit pour faire le point sur les technologies proposées aux développeurs web. L'éditeur a également publié la version 1.5 de son Android Studio. Qu'il s'agisse d'applications web ou non, Google veut se tenir prêt.

En termes de développement, Google avait changé la donne en publiant son Android Studio. Plutôt que de s‘appuyer sur l’IDE (integrated development environment) Eclipse et ses multiples modules, la firme avait fini par proposer son propre environnement, conçu spécifiquement pour créer des applications Android, avec une interface évidemment dédiée. Depuis hier, Google propose la version 1.5 de Studio, avec de multiples améliorations à la clé, même si la plupart se situent sous le capot.

Android Studio 1.5 : fiabilité et détection des fuites

Google met donc en avant une plus grande fiabilité générale, de meilleures performances ainsi que la correction de certains soucis gênants. Parallèlement, quelques nouveautés bienvenues font quand même leur apparition, surtout pour simplifier le travail des développeurs. C’est particulièrement le cas du Memory Profiler qui effectue une analyse automatique du code pour signaler quand des fuites de données diverses pourraient avoir lieu. Bien entendu, un tel outil ne peut pas trouver tous les cas possibles, mais il devrait faire gagner du temps au développeur en lui indiquant au fur et à mesure les problèmes les plus courants.

Android Studio 1.5 introduit également de nouvelles vérifications pour l’analyseur syntaxique. Google ne les décrit pas toutes, mais aborde l’exemple d’un développeur qui essaierait d’outrepasser les ressources décrites dans le manifeste.

La mise à jour peut être téléchargée directement depuis Android Studio. Le poids dépend de la version déjà installée, mais ne devrait pas dépasser les 80 Mo. Ceux qui veulent se lancer dans le développement d’applications Android peuvent également récupérer l’environnement depuis son site officiel.

Conseils et bonnes pratiques pour les développeurs

Plus tôt dans la semaine, Google tenait également son Chrome Dev Summit, sa grande conférence dédiée aux développeurs et liée à Chrome. Même si le navigateur et le système Chrome OS étaient évidemment à l’honneur, plusieurs des annonces concernaient l’ensemble des développeurs, y compris ceux qui s’attèlent surtout à créer des jeux et des applications Android. La conférence montrait en effet que la boutique Google Play devait à présent être considérée comme une plateforme complète, et des décisions comme celle d’indiquer la présence de publicités n’est donc pas une surprise.

Google a par exemple publié la version 2 de son « playbook » destinée aux développeurs d’applications. La seconde édition de « The Secrets to App Success on Google Play » peut être récupérée gratuitement depuis la boutique et contient un ensemble de règles et de conseils pour maximiser les chances de succès. Augmentation de la qualité, règles de bonne tenue, conseils pour plaire aux utilisateurs et les retenir ou encore tout simplement pour augmenter les profits sont ainsi au programme.

L’éditeur propose également deux nouvelles vidéos pour aider les développeurs sur des thèmes particuliers. On retrouve par exemple une série de dix astuces pour maîtriser pleinement la Developer Console de Google Play. Dix vidéos sont prévues en tout et Google en publiera deux par semaine.

Pour Google, les applications web « progressives » sont une partie du futur

Mais Google joue sur deux tableaux à la fois. Les applications Android sont évidemment un élément très important, mais l’éditeur se concentre également sur les applications web. Chrome Dev Summit oblige, plusieurs annonces visaient ce deuxième environnement, Google se dirigeant vers des applications web « progressives » : bâties avec des technologies du web uniquement, elles se présentent comme des applications classiques. Et d’annoncer plusieurs nouveautés pour aider les développeurs à se diriger vers cette formule.

Google met ainsi en avant les service workers pour aider les applications web à être plus stables, surtout en cas de mauvaise connexion. Deux nouvelles bibliothèques ont donc fait leur apparition, sw-precache pour l’App Shell et sw-toolbox pour le contenu dynamique. Le modèle de développement RAIL est lui aussi poussé sur le devant de la scène pour mesurer les performances réelles des applications web.

Les développeurs sont invités à surveiller certains paramètres particuliers, comme des temps de réponse qui ne devraient jamais dépasser les 100 ms, des animations qui devraient toujours se faire à 60 images par seconde, ou encore des temps de pause qui devraient être mis à contribution pour réaliser en arrière-plan des tâches secondaires, réparties par tranches de 50 ms.

Google indique que le fait de se concentrer sur un seul de ces critères peut parfois améliorer l’expérience utilisateur de manière très importante, avec une satisfaction pouvant grimper jusqu’à 16 %. Notez que le modèle RAIL est l’un des points sur lesquels se concentre la bibliothèque Polymer, dédiée justement aux applications web « progressives ».

Conseiller et former les développeurs de demain

Les progrès se font également sur les ressources disponibles pour les développeurs. Google continue d’enrichir ainsi ses Web Fondamentals, mais abreuve toujours le Mozilla Developer Network, qui rassemble une très copieuse documentation sur tout ce qui touche aux technologies du web.

En outre, Google s’est associé à Udacity pour proposer un nouveau programme d’apprentissage baptisé Nanodegree. Il n’ouvrira ses portes que le 8 décembre, mais on sait déjà qu’il se destinera surtout aux étudiants pour s’initier puis parfaire leur savoir-faire dans la création d’applications web. Le programme est copieux puisqu’il est conçu pour proposer 8 à 10 heures de travail par semaine sur une période allant de 9 à 12 mois. Le contenu de ce programme sera plus ou moins chargé en fonction de la formule retenue, qui peut être gratuite comme payante. Service workers, composants web, Gulp et autres font partie de ce cursus.

22 commentaires
Avatar de Vekin INpactien
Avatar de VekinVekin- 20/11/15 à 14:16:39

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

« Plutôt que de s‘appuyer sur l’IDE Eclipse et ses multiples modules, la firme avait fini par proposer son propre environnement [...] »

Vous êtes sûrs ? Il me semble qu'Android Studio est construit par-dessus IntelliJ. Ou alors j'ai mal compris la phrase.

Avatar de Lafisk INpactien
Avatar de LafiskLafisk- 20/11/15 à 14:25:36

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Y'a que moi qui a les poils qui ce hérissent des qu'on me parle de faire des appli web au lieu de faire des applis natives ???

Je comprend que y'ai des avantages etc ... mais franchement le "web" a toutes les sauces c'est du n'importe quoi je trouve ... surtout avec 50000 technos differentes pour faire des trucs qui en natif ne te demande pas plus d'un ou 2 technos/framework .... bon c'est sur c'est plus "portable" mais quand meme, le web c'est a la base une techno statique a laquelle on a ajouté 50 layer pour faire du dynamique dans tout les sens, c'est degueu par moment je trouve. Enfin, c'est que mon opinion de dev ...

Édité par Lafisk le 20/11/2015 à 14:28
Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 20/11/15 à 14:29:24

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Sans besoin de perf particulière, et si une des contraintes est de faire une app pour toutes les plateformes, les appli web sont la solution la plus pragmatique ...

D'autant plus avec Firefox OS

Avatar de Yugo87 INpactien
Avatar de Yugo87Yugo87- 20/11/15 à 14:33:47

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Quand on parle d'application web, c'est comme pour Firefox os ? Genre des appli codé en HTML ? Ou alors des appli qui nécessitent une connexion web ? (Ps : J'y connais rien et j'me disais que si c'est comme les applis Firefox ça peu avoir du bon, genre portages faciles).

Avatar de Jean Sébastien Gwak INpactien
Avatar de Jean Sébastien GwakJean Sébastien Gwak- 20/11/15 à 14:35:53

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Lafisk a écrit :

Y'a que moi qui a les poils qui ce hérissent des qu'on me parle de faire des appli web au lieu de faire des applis natives ???

Je comprend que y'ai des avantages etc ... mais franchement le "web" a toutes les sauces c'est du n'importe quoi je trouve ... surtout avec 50000 technos differentes pour faire des trucs qui en natif ne te demande pas plus d'un ou 2 technos/framework .... bon c'est sur c'est plus "portable" mais quand meme, le web c'est a la base une techno statique a laquelle on a ajouté 50 layer pour faire du dynamique dans tout les sens, c'est degueu par moment je trouve. Enfin, c'est que mon opinion de dev ...

Tu n'es pas le seul, je pense pareil. (Point de vue dev aussi)
C'est surtout le nombre de techno qui doivent être connu et qui bougent trop souvent qui me hérisse un peu.

Édité par Jean Sébastien Gwak le 20/11/2015 à 14:38
Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 20/11/15 à 14:44:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je suis d'accord avec toi mais c'est quasiment toujours le temps et donc l'argent qui priment. Une webapp c'est plus rapide à coder, et une appli native n'est pas toujours la garantie d'un code plus sain/plus propre ni d'une appli plus stable.

C'est d'autant plus vrai pour les applis basées sur des services complètement en ligne.

Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 20/11/15 à 14:45:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Des applis codées en HTML+javascript+ tout un tas de frameworks scotchés par dessus qui permettent de se rapprocher d'un comportement natif (gestion de notifications, cache des données et calculs en local, etc).

Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 20/11/15 à 14:46:08

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Oui c'est le cas, mais pour Eclipse ils avaient bidouillé un simple plugin alors qu'Android studio est plus une grosse surcouche à IntelliJ.

Et puis IntelliJ est quand même nettement meilleur !

Avatar de zogG INpactien
Avatar de zogGzogG- 20/11/15 à 14:53:53

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Dans un monde où chaque constructeur va vouloir faire les choses à sa sauce, j'ai du mal à voir le soucis quand les devs (ceux qui font le boulot au final donc) cherchent à rationaliser le process.

Et pour les frameworks, je suis pas sûr de comprendre, le web c'est pas 50000 technos, surtout si on se focalise sur la partie "client". Par contre des framework il y en a, mais pour du natif aussi il y en a. Tout le monde ne bosse pas de la même manière, chacun va avoir ses avantages/inconvénients, avoir le choix des outils, difficile de considérer ça comme un problème, non?

La seule question c'est la performance, pour le reste...

(et pour les perfs, Facebook sort React Native, qui permet de faire du natif à partir des technos web -je simplifie un peu -)

Avatar de Aloryen Abonné
Avatar de AloryenAloryen- 20/11/15 à 15:24:12

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pour du dev d'appli métier, news, réseaux sociaux, c'est essentiellement des listes d'objets, avec éventuellement un formulaire. Il n'y a aucun besoin de faire du natif.
C'est tout de suite différent quand on parle de jeux, accès à la caméra, ou dès qu'on a besoin d'un service persistent...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3