Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Menaces en Europe sur le statut juridique du lien

Un lien vaut mieux que deux tu l’auras
Droit 3 min
Menaces en Europe sur le statut juridique du lien

Dans sa communication qu’elle va publier normalement début décembre, la Commission européenne ne s’intéresse pas seulement à la copie privée. Elle aborde également la question du lien internet, dans une perspective de protection des droits de propriété intellectuelle.

Voilà quelques jours, le blog IPKat a révélé la future communication que la Commission européenne va dévoiler aux institutions le 9 décembre. Bruxelles y souligne que l’un des aspects importants devant faire l’objet d’éclaircissement concernera la définition du « droit de communication au public en ligne » et de la « mise à disposition ». En pratique, ces problématiques frappent de plein fouet le statut juridique du lien sur Internet, avec « des zones grises et incertaines quant à la définition de ces concepts dans le droit européen ».

Zones grises sur le statut du lien

Des zones grises ? Dans les affaires dites Svensson et Bestwater, la Cour de justice de l’Union européenne a rappelé un principe fort : normalement, lorsqu’on place un lien sur internet vers un contenu, il n’est pas nécessaire de recueillir une nouvelle autorisation des ayants droit si le public concerné par ce lien est « nouveau ». Dans une telle hypothèse, il n’y a pas « communication au public » et donc pas d’action en contrefaçon possible. C’est ce qui s’est passé dans la seconde affaire précisément, où il s’agissait d’un lien profond (une vidéo « embédée » issue de YouTube). La CJUE a considéré en effet que l’intégration de cette vidéo sur un site tiers avait certes augmenté l’audience, mais n’avait pas visé un public nouveau puisque la vidéo était disponible ailleurs.

Seulement, ces affaires ouvrent une incertitude. Toujours dans Bestwater, par exemple, la vidéo initiale avait été mise en ligne avec l’autorisation du titulaire. Du coup, l’incertitude est simple : que se passe-t-il lorsqu’un lien mène vers un contenu illicite ? Les questionnements de la Commission européenne devraient être épaulés par deux autres affaires en cours. Dans l’une née au Pays-Bas, il a justement été demandé à la CJUE de déterminer si un lien vers un contenu illicite est lui aussi une contrefaçon. Ce dossier s’est doublé dans le même pays avec le cas de The Pirate Bay, avec une question similaire, comme signalé par TorrentFreak.

« Ne cassez pas Internet » implore Julia Reda

Ces arrêts sont attendus dans plusieurs mois mais dans un post du 6 novembre, cité notamment par le Figaro, l’eurodéputée Julia Reda s’est émue de ce sujet. Celle qui avait rédigé voilà quelques mois un rapport sur le droit d’auteur en Europe, a considéré que « les utilisateurs et les plateformes ne peuvent pas examiner le statut juridique de chaque lien. Le contenu peut changer constamment, de sorte que cet examen devrait être lui aussi continuel. Qui plus est, chaque lien conduit à des textes ou des images copyrightés par quelqu’un – peu importe qu’ils le sachent ou non ou qu’ils veuillent en profiter ou non ».

Subséquemment, elle considère qu’une modification du statut du lien risque d’engendre une vague de dissuasions compte tenu du risque juridique : « cela romprait ainsi les neurones d’Internet dans le but de promouvoir les intérêts de quelques-uns. On ne peut laisser cela se produire ! »

30 commentaires
Avatar de Dr.Wily INpactien
Avatar de Dr.WilyDr.Wily- 17/11/15 à 16:47:10

Pfff c'est navrant. Le truc le plus élémentaire d'Internet est attaqué juste pour des questions de brouzoufs... c'est assez pathétique quand même.

Avatar de MadLluks INpactien
Avatar de MadLluksMadLluks- 17/11/15 à 16:48:41

Mais non voyons c'est juste pour une question de "zone sombre", y'a pas d'argent derrière, m'enfin ! :mad2:

Avatar de Zerdligham INpactien
Avatar de ZerdlighamZerdligham- 17/11/15 à 16:50:14

Ce qui est visé, c'est le gens qui tiennent des sites de liens vers de films & musiques piratés, non?
Est-ce que ces gens-là ne peuvent pas être condamnées pour recel, voire complicité, sans qu'il soit obligé de changer le statut juridique du lien lui-même?
Parce qu'il y a quand même une différence entre celui qui fait quelques liens vers des contenus protégés sans trop faire attention aux droits et sans en tirer de bénéfice, et celui qui se monte un business entièrement basé sur le partage de liens vers des contenus pas très légaux.

Avatar de cyrano2 Abonné
Avatar de cyrano2cyrano2- 17/11/15 à 16:53:13

Zerdligham a écrit :

Ce qui est visé, c'est le gens qui tiennent des sites de liens vers de films & musiques piratés, non?
Est-ce que ces gens-là ne peuvent pas être condamnées pour recel, voire complicité, sans qu'il soit obligé de changer le statut juridique du lien lui-même?
Parce qu'il y a quand même une différence entre celui qui fait quelques liens vers des contenus protégés sans trop faire attention aux droits et sans en tirer de bénéfice, et celui qui se monte un business entièrement basé sur le partage de liens vers des contenus pas très légaux.

C'est déjà le cas, les juges démontrent que le site ne sert qu'à ça.

Avatar de Zerdligham INpactien
Avatar de ZerdlighamZerdligham- 17/11/15 à 16:56:08

C'est bien ce qui me semblais, et dans ce cas, je ne vois pas qui aurait intérêt à ce que le lien lui-même devienne illégal (et ce indépendamment de la débilité technique de la chose).

Avatar de picatrix INpactien
Avatar de picatrixpicatrix- 17/11/15 à 17:09:54

et les moteurs de recherche ?
Ils en ont pleins de liens ...

Avatar de alexia_gossa INpactien
Avatar de alexia_gossaalexia_gossa- 17/11/15 à 17:27:59

Et les Short URL dont on ne sait pas où cela pointe ??? Un vrai danger !!!

Avatar de renaud07 INpactien
Avatar de renaud07renaud07- 17/11/15 à 17:32:51

Ils commence sérieusement à nous casser les cacahuètes. Bientôt on ne pourra poster aucun lien au risque d'avoir des poursuites :craint: :cartonrouge:

Édité par renaud07 le 17/11/2015 à 17:33
Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 17/11/15 à 17:34:40

Zerdligham a écrit :

Ce qui est visé, c'est le gens qui tiennent des sites de liens vers de films & musiques piratés, non?
Est-ce que ces gens-là ne peuvent pas être condamnées pour recel, voire complicité, sans qu'il soit obligé de changer le statut juridique du lien lui-même?
Parce qu'il y a quand même une différence entre celui qui fait quelques liens vers des contenus protégés sans trop faire attention aux droits et sans en tirer de bénéfice, et celui qui se monte un business entièrement basé sur le partage de liens vers des contenus pas très légaux.

Non, l'objectif (entre autre) est de faire payer google (au hasard) pour qu'il référence des sites web, avec pénalité pour google dans le cas ou il refuserait de faire payer (entrave à la concurrence).

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 17/11/15 à 17:35:30

Bah il suffit de légaliser tout le contenu illicite, ainsi plus de lien vers du contenu illicite :ouioui:

De rien :8

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3