Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Anti-trust : nouveau front européen pour Google, la cartographie sur Android

C'est la Maps qu'elle préfère
Droit 2 min
Anti-trust : nouveau front européen pour Google, la cartographie sur Android
Crédits : Anatolii Babii/iStock

Ce n’est encore qu’un questionnaire, mais il témoigne de l’intérêt des autorités bruxelloises pour les causes de la prévalence de Google sur le marché de la cartographie sur Android.

Selon Bloomberg Business, la Commission européenne a adressé un questionnaire à plusieurs acteurs concurrents, comme Tom-tom, Garmin ou Here, l’application de navigation de Nokia. L’enjeu ? Savoir si Google Maps a supplanté les GPS concurrents, qu’ils soient logiciels, matériels, voire embarqués dans les véhicules. Cette initiative veut nourrir de futures conclusions en glanant également des données volumétriques comme le nombre d’utilisateurs, les coûts supportés par les éditeurs, etc.

Cette mesure s’inscrit dans la lignée de l’enquête formelle ouverte en avril 2015 concernant Android, en plus d’un autre front visant le moteur de recherche. Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la politique de concurrence, avait alors commenté ses objectifs : « Les smartphones, tablettes et autres appareils similaires jouent un rôle de plus en plus important dans la vie quotidienne de nombreuses personnes et je veux faire en sorte que les marchés de ce secteur puissent prospérer sans contraintes anticoncurrentielles imposées par quelque société que ce soit ».

Inquiétudes sur les accords passés avec Google

Le nœud du potentiel problème ? « La majorité des fabricants de smartphones et tablettes utilisent le système d’exploitation Android en combinaison avec un éventail d’applications et de services propriétaires de Google. Ces fabricants concluent des accords avec Google afin d'obtenir le droit d’installer des applications de Google sur leurs appareils Android ».

Plus précisément, il s’agit de savoir si Google n’aurait pas violé les règles européennes de la concurrence « en entravant le développement et l’accès au marché des systèmes d’exploitation, applications et services concurrents pour appareils mobiles, au détriment des consommateurs et des développeurs de services et produits innovants ». Si cette enquête ne préjuge en rien de l’issue, trois questions sont posées par les autorités :

  1. Google oblige-t-il ou incite-t-il les fabricants de smartphones à préinstaller exclusivement les applications ou services de Google?
  2. Google empêche-t-il ces acteurs de développer et commercialiser des versions modifiées et potentiellement concurrentes d'Android ?
  3. Google a-t-il illégalement entravé ce marché en liant ou groupant ses services et applications distribués sur des appareils Android avec d'autres applications, services et/ou interfaces de programmation d'applications de son cru ?
31 commentaires
Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 12/11/15 à 09:26:35

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

C'est super intéressant

La grande question que cette enquête devra répondre c'est :
Est ce que l'Open Handset Alliance, qui est sensé être le groupe qui "gère" Android et qui "pilote" les décisions (comme obliger l'installation de Google Map & co), est en fait "Google", ou est ce que c'est un consorcium (donc que les "contraintes" sont l'objet d'une décision conjointe des constructeurs, opérateurs ET Google).

Si ce sont les constructeurs qui "s'imposent" la contrainte, comment condamner Google

Pour le coup, j'aimerai vraiment connaitre comment fonctionne l'OHA

Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 12/11/15 à 09:35:59

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Si les politiques favorisaient le projet OpenStreetMap, cette démarche de la commission n'aurait pas lieu d'être.

Édité par Soriatane le 12/11/2015 à 09:36
Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 12/11/15 à 09:37:32

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Justement, elle se poserait d'autant plus ... si les politiques favorisent open street map et que tout le monde utilise Gmap parce que c'est "offert avec Android", ce n'est pas bon

Avatar de patos Abonné
Avatar de patospatos- 12/11/15 à 09:39:20

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

atomusk a écrit :

C'est super intéressant

La grande question que cette enquête devra répondre c'est :
Est ce que l'Open Handset Alliance, qui est sensé être le groupe qui "gère" Android et qui "pilote" les décisions (comme obliger l'installation de Google Map & co), est en fait "Google", ou est ce que c'est un consorcium (donc que les "contraintes" sont l'objet d'une décision conjointe des constructeurs, opérateurs ET Google).

Si ce sont les constructeurs qui "s'imposent" la contrainte, comment condamner Google

Pour le coup, j'aimerai vraiment connaitre comment fonctionne l'OHA

Si je ne me trompes pas, l'OHA gère AOSP alors que Google fourni un "support étendu" auprès des constructeurs, par le biais de certifications etc... Et c'est là qu'il laisse le choix d'accepter obligatoirement les programmes Google pour que ce support ne soit vain.

Avatar de flagos_ INpactien
Avatar de flagos_flagos_- 12/11/15 à 09:47:06

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

atomusk a écrit :

C'est super intéressant

La grande question que cette enquête devra répondre c'est :
Est ce que l'Open Handset Alliance, qui est sensé être le groupe qui "gère" Android et qui "pilote" les décisions (comme obliger l'installation de Google Map & co), est en fait "Google", ou est ce que c'est un consorcium (donc que les "contraintes" sont l'objet d'une décision conjointe des constructeurs, opérateurs ET Google).

Si ce sont les constructeurs qui "s'imposent" la contrainte, comment condamner Google

Pour le coup, j'aimerai vraiment connaitre comment fonctionne l'OHA

L'obligation d'installer Google Maps, elle vient en tant que package du Play Store.

Si tu veux le Play Store, faut signer un contrat avec Google, et du coup il te faut les Play Services... qui repose sur Chrome et Google Maps car il les utilise. Le contrat stipule alors qu'il faut alors obligatoirement installer tous les logiciels Google (hangout, chrome, gmail, maps...) et qu'ils soient sur l'ecran d'accueil. Et c'est ce contrat qui est sous l'oeil de Bruxelles.

L'OHA elle n'a rien a voir avec ca, elle définit juste l'OS de base.

Avatar de atomusk INpactien
Avatar de atomuskatomusk- 12/11/15 à 09:54:55

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Moi ce que j'avais compris : ce que c'est l'entrée dans l'OHA qui est un pré-requis pour avoir accès aux services Google

Mais si vous avez des sources, je veux bien

Avatar de GruntZ Abonné
Avatar de GruntZGruntZ- 12/11/15 à 09:55:04

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

J'ai l'impression de revivre le coup d'IE et WMP imposés avec Windows ...

Pour contenter Bruxelles, ils "suffit" de rendre les applications optionnelles ou désinstallables (pour les Dupuis-Morisot) simplement, proprement et définitivement.

... ou d'utiliser FirefoxOS

Avatar de Raknor INpactien
Avatar de RaknorRaknor- 12/11/15 à 09:55:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Pensez à Windows et internet explorer.

On va finir par se retrouver avec android 7 qui va te demander, au premier démarrage, de choisir le client mail, l'application de localisation, de gestionnaire de contact, de calendrier, de streaming de musiques, de vidéos, de news, de météo, d'appels, de messagerie instantanée.... Oh wait, le marketplace aussi...

On va finir par avoir le choix de l'OS quand on prends un téléphone. Ou comme pour les pc, qu'ils vendent des téléphones freeOS. A M et Mme Michu de DL un OS compatible (imaginez les contraintes) de se taper les manipulations de bootloader et cie (simple mais bon, quand même)

Edit : grilled 

Édité par Raknor le 12/11/2015 à 09:56
Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 12/11/15 à 10:03:07

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Le cadre juridique d'OpenStreetMap permet aux autres cartes de récupérer le travail effectué (Apple le fait dans Maps).

Le problème des cartes GPS c'est que 75% du travail a été fait par les communes qui les offrent gracieusement et nous contribuables on paye une deuxième fois.

Avatar de Raknor INpactien
Avatar de RaknorRaknor- 12/11/15 à 10:05:27

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

flagos_ a écrit :

L'obligation d'installer Google Maps, elle vient en tant que package du Play Store.

Si tu veux le Play Store, faut signer un contrat avec Google, et du coup il te faut les Play Services... qui repose sur Chrome et Google Maps car il les utilise. Le contrat stipule alors qu'il faut alors obligatoirement installer tous les logiciels Google (hangout, chrome, gmail, maps...) et qu'ils soient sur l'ecran d'accueil. Et c'est ce contrat qui est sous l'oeil de Bruxelles.

L'OHA elle n'a rien a voir avec ca, elle définit juste l'OS de base.

Faudrait développer des markets alternatifs? (bon ça existe déjà). Que chaque constructeur ait son market?

Je suis Mme Michu, comment je sais si les applis sur le market du constructeur sont sûres?

Je suis développeur, si je veux publier mon app, combien de fois je dois me faire ******* pour avoir une visibilité sur les stores? ==> install hors market

Je suis constructeur : déjà que je me fais ****** par l'ami G pour utiliser Android, combien de fois je dois me faire *******, pardon, combien de partenariat je dois signer pour proposer un panel de services. Et combien je dois payer pour maintenir un truc pareil (c'est sûr que tous ont les sous ou la marge de Google/Samsung/Apple...) Et vu les cycles de MAJ des constructeurs....

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4