Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Des parlementaires s’inquiètent du démantèlement des cabines téléphoniques

Non mais allô quoi
Droit 3 min
Des parlementaires s’inquiètent du démantèlement des cabines téléphoniques
Crédits : Frédéric BISSON (Licence : CC-BY 2.0)

Trop chères, guère utilisées... Les arguments furent nombreux il y a quelques mois pour justifier le démantèlement progressif des près de 40 000 cabines téléphoniques que compte la France. Plusieurs parlementaires voudraient cependant que le gouvernement s’assure que certains citoyens ne restent pas sur le carreau.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi Macron, en août dernier, Orange n’est plus obligé de maintenir des cabines téléphoniques sur l’ensemble du territoire. Jusqu’alors, l’opérateur était tenu d’entretenir au moins un appareil dans chaque commune, et deux pour les villes dont la population dépasse les 1 000 habitants. Cette réforme, censée compenser l’obligation faite aux opérateurs de téléphonie mobile de couvrir d’ici la fin de l’année prochaine 170 « centres-bourgs de communes » n’ayant toujours pas de réseau 2G, inquiète toutefois quelques parlementaires.

« S'il n'y a pas lieu de polémiquer sur la pertinence de cette mesure (...), il convient de s'assurer que certains territoires ruraux qui se situent hors de la zone de couverture des opérateurs ne se retrouvent pas privés unilatéralement et du jour au lendemain, de moyens de communication, malgré l'engagement des opérateurs de téléphonie mobiles à achever leur programme de résorption des zones blanches d'ici à la fin de l'année 2016 » fait ainsi remarquer le sénateur Jean-Paul Fournier, au travers d’une question écrite parue hier au Journal officiel. Son collègue Roland Courteau fait quant à lui remonter l’inquiétude de ses administrés, qui « évoquent des enjeux de sécurité ». Le réseau des cabines relevant de la téléphonie filaire, celui-ci présenterait l'avantage « d'être maintenu en cas de coupure électrique ».

Le député André Chassaigne, habitué du sujet, s’est lui aussi alarmé de la situation le mois dernier :

« Certains administrés ne possèdent aucune ligne de téléphonie, qu'elle soit fixe ou mobile, et n'utilisent que la cabine téléphonique de leur commune. De plus, de nombreuses zones blanches, ou couvertes par intermittence, subsistent en matière de téléphonie mobile, majoritairement situées dans les zones rurales où les opérateurs jugent peu rentable l'implantation de relais de téléphonie. Dans certaines zones touristiques, la fréquentation saisonnière arrive à saturer les relais, induisant une inaccessibilité au réseau de téléphonie mobile. L'obsolescence du réseau « cuivre » impacte également de manière substantielle la qualité du réseau Internet et fixe. Elle se conjugue avec l'arrivée des nouvelles technologies, des infrastructures devenant aujourd'hui des éléments perturbateurs. Le réseau satellitaire arrive lui aussi à saturation. »

Les élus veulent plus de concertation avec les communes

Sans remettre frontalement en cause ces nouvelles dispositions législatives, les parlementaires en appellent à davantage de dialogue avec les territoires concernés, afin que le démantèlement de cabines téléphoniques soit étudié au cas par cas. Si André Chassaigne demande au gouvernement « d'exiger une concertation systématique avec les élus et les administrés avant toute suppression de cabine téléphonique », Jean-Paul Fournier voudrait que l’exécutif travaille « à une application adaptée de cette mesure dans les territoires ruraux, afin qu'elle se fasse en concertation avec les maires et que la couverture de l'ensemble des territoires soit plus rapide que le temps pris à retirer l'ensemble de ces équipements ».

Invité surprise de l'avant-projet de loi numérique

Si Bercy n’a pas encore donné suite à ces interpellations, rappelons que le gouvernement devrait très bientôt se positionner sur le sujet. Lors de la consultation relative à l’avant-projet de loi numérique d’Axelle Lemaire, l’association « Perdons pas le fil » a proposé de réintégrer dans les obligations du service universel la mise à disposition de points d'accès publics au service téléphonique « utilisant uniquement la technologie filaire ». Et ce « à raison d'un point d'accès minimum, sur chaque commune, hameau, bourg, quartier, arrondissement, service des urgences d'hôpital – ou structure de soins équivalente, gare, aéroport, parking et aire d'autoroute et de quatre voies ».

Cette suggestion d’amendement, soutenue par plus de 800 internautes, fait partie des plus populaires de l’opération. Ses auteurs faisaient valoir que contrairement au réseau mobile, « les cabines et publiphones fonctionnent sur le réseau téléphonique filaire, réseau indépendant, qui reste actif, performant et disponible, en cas de coupure électrique » (due par exemple à une catastrophe naturelle ou à un attentat).

81 commentaires
Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 30/10/15 à 09:48:31

comment il va faire Clark Kent ?

Avatar de Etre_Libre Abonné
Avatar de Etre_LibreEtre_Libre- 30/10/15 à 09:54:01

« les cabines et publiphones fonctionnent sur le réseau téléphonique filaire, réseau indépendant, qui reste actif, performant et disponible, en cas de coupure électrique » (due par exemple à une catastrophe naturelle ou à un attentat)

Cet argument n'est pas toujours vrai, loin de là...

Par exemple en cas de coupure de courant, il faut qu'elle ne dure pas plus que quelques heures, autrement le NRA a vidé ses onduleurs et hop fini le téléphone.

En cas de catastrophe naturelle il se peut qu'un NRA soit mal placé (vu dans un reportage par rapport aux inondations dans le sud-est) et soit inondé aussi, donc tout tombe en panne.

Et le cas terroriste... justement ça peut plutôt tomber sur un NRA ou une antenne mobile, même si ça doit être bien plus rare ce genre de malveillance que les catastrophes naturelles.

A limite ils peuvent garder une cabine ici et là si les statistiques d'utilisation sont élevées sur des endroits précis, mais sinon c'est un coût inutile désormais je trouve.

Avatar de ToMMyBoaY Abonné
Avatar de ToMMyBoaYToMMyBoaY- 30/10/15 à 09:55:35

darkbeast a écrit :

comment il va faire Clark Kent ?

Lois Lane Consulting Services va lui apprendre à se changer en tournant sur lui-même.

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

darkbeast a écrit :

comment il va faire Clark Kent ?

Comme tous les gens saints d'esprits, il se désapera chez lui :fumer:

Sinon, je trouve dommage la disparition des cabines, c'est quand même bien pratique quand t'as pas de téléphone ou pas de réseau.

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 30/10/15 à 10:01:27

ActionFighter a écrit :

Comme tous les gens saints d'esprits, il se désapera chez lui :fumer:

Sinon, je trouve dommage la disparition des cabines, c'est quand même bien pratique quand t'as pas de téléphone ou pas de réseau.

y a encore des gens qui ont une carte téléphone en 2015 ? :transpi:

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 30/10/15 à 10:01:46

y-a des endroits où la cabine tél. a servi 1 FOIS dans l'année !

  • faut-il la maintenir QUAND MÊME ? :windu:
Avatar de ToMMyBoaY Abonné
Avatar de ToMMyBoaYToMMyBoaY- 30/10/15 à 10:02:17

Etre_Libre a écrit :

Cet argument n'est pas toujours vrai, loin de là...

Par exemple en cas de coupure de courant, il faut qu'elle ne dure pas plus que quelques heures, autrement le NRA a vidé ses onduleurs et hop fini le téléphone.

En cas de catastrophe naturelle il se peut qu'un NRA soit mal placé (vu dans un reportage par rapport aux inondations dans le sud-est) et soit inondé aussi, donc tout tombe en panne.

Et le cas terroriste... justement ça peut plutôt tomber sur un NRA ou une antenne mobile, même si ça doit être bien plus rare ce genre de malveillance que les catastrophes naturelles.

A limite ils peuvent garder une cabine ici et là si les statistiques d'utilisation sont élevées sur des endroits précis, mais sinon c'est un coût inutile désormais je trouve.

Tout à fait et ne parlons pas du nombre de câbles aériens victimes de la foudre, des animaux, des accidents de la route / des chantiers. Je faisais mon stage de DUT dans les interventions FT boucle locale du Sud Est et c'était loin d'être la joie.

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

WereWindle a écrit :

y a encore des gens qui ont une carte téléphone en 2015 ? :transpi:

Non, mais une carte bancaire, ça marche aussi et c'est assez courant :transpi:

Avatar de Citan666 Abonné
Avatar de Citan666Citan666- 30/10/15 à 10:05:20

Ce que tu dis est absolument vrai, mais cela n'empêche que quelques heures de disponibilité téléphonique peuvent faire toute la différence. :)

L'argument que j'opposerais plutôt à ce que dit le député sur l'utilité des cabines dans ces circonstances, est le taux de pénétration des mobiles de manière générale, aussi bien aujourd'hui que dans les années à venir. 

Il existe certes encore des zones très très mal couvertes par le mobile. Pour celles-ci la cabine a encore une utilité. Toutefois, considérant la stratégie (en tout cas affichée) de la France de pousser un réseau mobile de qualité, on peut partir du principe que d'ici "peu" il y aura un accès réseau décent même dans les zones les plus reculées. 

Et, dès lors, ce serait bien dramatique que sur toute la population locale, même d'un petit village, il y ait pas au moins 5 personnes ayant un téléphone avec encore de la batterie. :)

Cela dit, je partage son point de vue sur le fait que s'il n'est pas nécessaire de les conserver éternellement, je ne vois pas non plus d'urgence à les démanteler, à fortiori pour les zones blanches internet/mobile.

Avatar de canti INpactien
Avatar de canticanti- 30/10/15 à 10:11:45

c'est pas grave, il y a toujours les "police box"

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9