Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Amazon peut compter sur ses Web Services pour compenser ses pertes à l'international

La puissance du Cloud
Economie 4 min
Amazon peut compter sur ses Web Services pour compenser ses pertes à l'international

Amazon a lui aussi publié ses résultats trimestriels aujourd'hui, dans les pas de Google et Microsoft. Le cybermarchand peut avoir le sourire car ses ventes se portent bien, mais il flirte toujours avec la limite entre pertes et bénéfices.

Alors qu'il prépare en ce moment ses équipes à devoir encaisser le rush de la période des fêtes de fin d'année, Amazon vient de dévoiler ses résultats financiers pour le troisième trimestre. Premier constat, la croissance est toujours au rendez-vous avec une hausse de 23 % de son chiffre d'affaires sur un an. Celui-ci s'établit donc à 25,4 milliards de dollars sur les trois derniers mois, malgré des taux de change défavorables pour l'entreprise, qui représentent un manque à gagner de 1,3 milliard de dollars.

Un équilibre difficile à atteindre

Le résultat net d'Amazon n'est par contre pas aussi impressionnant que son chiffre d'affaires. Avec un bénéfice net de 79 millions de dollars au dernier trimestre, l'entreprise est rentable au sens strict du terme, mais il suffirait de pas grand-chose pour que la tendance s'inverse. D'ailleurs, sur les trimestres précédents, le cybermarchand est régulièrement passé d'un côté ou de l'autre du seuil de rentabilité, avec notamment un pic de pertes de 437 millions de dollars il y a tout juste un an. 

Amazon Q3 15Amazon Q3 15

 

L'un des facteurs dont dépend cette rentabilité concerne les coûts d'expédition des produits. Au dernier trimestre, Amazon a déclaré des coûts à hauteur de 2,72 milliards de dollars au dernier trimestre, soit 11,7 % du montant total de ses ventes, en ne récoltant que 1,494 milliard de dollars de revenus liés à l'expédition de colis. Amazon fait donc face à un trou de 1,226 milliard de dollars dû à ce poste de dépenses, en augmentation de 26 % sur un an. 

Amazon doit également faire attention à un autre point : sa masse salariale. L'entreprise a recruté sans compter ces derniers temps, et est passée en l'espace d'un an de 149 500 employés à 222 400 aujourd'hui, soit un total de 72 900 embauches en un an et une augmentation de 49 % sur cette période. Il est à noter que ce chiffre ne tient pas compte des prestataires, sous traitants et intérimaires, et ne comprend que les employés d'Amazon à temps plein ou partiel.

Prophète en son pays, Amazon perd de l'argent à l'international

Le géant du commerce en ligne fait également face à un autre problème récurrent : ses activités à l'international lui coûtent de l'argent. En Amérique du Nord, Amazon réalise 59 % de son chiffre d'affaires, mais c'est aussi là qu'il parvient à afficher un bilan opérationnel positif, avec un bénéfice de 528 millions de dollars. 

Amazon Q3 15Amazon Q3 15Amazon Q3 15

À l'étranger, les choses se gâtent. Les ventes ne progressent pas au même rythme qu'outre-Atlantique, avec une hausse de 7 % à l'international contre 27 % dans son fief. Un problème principalement dû aux variations du taux de change du dollar, puisqu'à change constant, la hausse serait de 24 %. Taux de change ou pas, Amazon reste chroniquement déficitaire à l'étranger, et après des pertes de 174 millions de dollars l'an passé, et deux autres trimestres dans le rouge, sur les trois derniers mois Amazon a perdu 56 millions de dollars.

Les Web Services à la rescousse

Il y a par contre un secteur sur lequel Amazon peut compter pour assurer sa croissance : ses Web Services. Il s'agit pour rappel d'un éventail de services dont les plus connus sont sans doute Amazon Elastic Compute Cloud (EC2) qui propose aux entreprises de louer des serveurs virtuels ou Glacier et S3, ses offres de stockage en ligne. Dernièrement, l'enteprise a lancé son offre Snowball, pour l'envoi de données volumineuses... par transporteur. 

Amazon Q3 15 

A l'instar de l'offre Azure de Microsoft, la croissance est au rendez-vous, bien aidée par le boom que connait actuellement ce secteur. Les Web Services d'Amazon comptent ainsi pour 7 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, une part en constante augmentation. Mais surtout, son bénéfice opérationnel a été multiplié par 5 en un an, pour atteindre 521 millions de dollars, soit autant que ce que rapporte l'activité e-commerce en Amérique du Nord.

Les marchés financiers ont quant à eux apprécié les performances d'Amazon, ce qui se traduit par une hausse de 7,5 % du cours de l'entreprise en bourse au moment où nous rédigeons cette actualité. Cela valorise Amazon à plus de 260 milliards de dollars, tandis que les deux autres grands gagnants du jour, Microsoft et Google, sont respectivement valorisés à 425 et 495 milliards de dollars.

37 commentaires
Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Kevin Hottot
Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo

Ça s'arrête quand la saison des résultats financiers ? :transpi:

Avatar de oldchap INpactien
Avatar de oldchapoldchap- 23/10/15 à 14:46:49

Si on tient compte du fait qu'amazon ne paye qu'une partie infime des impôts qu'il devrait payer, on peut considérer que l'entreprise est déficitaire en permanence.

D'où la question qui se pose sur la stratégie à très long terme : le but avoué n'est il pas d'asphyxier les concurrents ?

Avatar de anonyme_d5bf0b9f87fd15affa58563db3b0ac5d INpactien

on en fait tout un plat de la réussite de Amazon. Finalement, ça commence juste à être rentable. Peut-être le début d'une meilleure rentabilité ?... ou pas ?

Avatar de Ellierys INpactien
Avatar de EllierysEllierys- 23/10/15 à 14:51:52

Début novembre :transpi:
Fin je vais échapper à quelques-uns (genre ceux d'Altice) pendant que je serai à la Paris Games Week :D

Édité par Ellierys le 23/10/2015 à 14:52
Avatar de latlanh INpactien
Avatar de latlanhlatlanh- 23/10/15 à 14:52:43

A quand un test dOverwatch? :D

Avatar de Flyman81 INpactien
Avatar de Flyman81Flyman81- 23/10/15 à 14:53:41

Une entreprise qui est à l'équilibre ça ne me gêne pas, tant qu'elle peut dégager de l'investissement. Par contre une entreprise qui génère des bénéfices colossaux sur le dos de ses employés et de ses clients je trouve ça beaucoup plus dérageant.

Donc au final je préfère cette situation, ça me parait être une gestion raisonnable.

(Reste qu'Amazon n'est pas au top niveau conditions de travail de ce que l'on peut entendre...)

Avatar de Ellierys INpactien
Avatar de EllierysEllierys- 23/10/15 à 15:00:47

J'espère avoir un accès bêta pour ça. (Mais c'est pas trop l'endroit pour en parler :D, je reste joignable sur Twitter ou le forum pour ce genre de questions :D)

Avatar de zefling Abonné
Avatar de zeflingzefling- 23/10/15 à 15:04:04

Flyman81 a écrit :

Une entreprise qui est à l'équilibre ça ne me gêne pas, tant qu'elle peut dégager de l'investissement. Par contre une entreprise qui génère des bénéfices colossaux sur le dos de ses employés et de ses clients je trouve ça beaucoup plus dérageant.

Donc au final je préfère cette situation, ça me parait être une gestion raisonnable.

(Reste qu'Amazon n'est pas au top niveau conditions de travail de ce que l'on peut entendre...)

Enfin, je vois surtout qu'il cherche surtout à tuer à concurrence. Parce que la perte sur les frais de port, c'est ce que les plus petites seront incapable d'encaisser. Bref, plein d'emploi en moins chez la concurrence, pour le seul bénéfice des actionnaires d'Amazon. Bref, quand plus personne n'aura les moyens d'acheter, que ce passera-t-il ?

Avatar de SrBelial Abonné
Avatar de SrBelialSrBelial- 23/10/15 à 15:04:31

@Ellierys : Il faudrait si possible éviter l'emploi du terme "web services" et le remplacer par "services web" ... La différence parait minime mais est énorme : car cela prête à confusion et un développeur ou n'importe qui qui manipule vraiment des web services sera confus et s'imaginera qu'il s'agit d'échanges REST ou SOAP alors que ça n'a strictement rien à voir.
Un service web c'est un service au sens commercial du terme, un web service c'est de la couche réseau.

;)

Édité par SrBelial le 23/10/2015 à 15:05
Avatar de ProFesseur Onizuka Abonné
Avatar de ProFesseur OnizukaProFesseur Onizuka- 23/10/15 à 15:06:06

La concentration du capital permet de choisir combien on veut payer d'impôts, et à qu’elle vitesse on veut tuer nos concurrents :iloveyou:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4