Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le SNJV nous détaille le fonctionnement du fonds d'aide au jeu vidéo de Fleur Pellerin

Cinq ans de travaux et des annonces en plusieurs temps
Le SNJV nous détaille le fonctionnement du fonds d'aide au jeu vidéo de Fleur Pellerin
Crédits : AndreyPopov/iStock/ThinkStock

Lundi, Fleur Pellerin annonçait devant un parterre d'industriels du jeu vidéo la mise en place prochaine d'un dispositif de financement pour les entreprises œuvrant dans ce domaine. Le Syndicat National du Jeu Vidéo nous en apprend un peu plus sur son fonctionnement. 

Avant hier, nous nous interrogions sur les liens existants entre le « Fonds de financement participatif » présenté par Axelle Lemaire en 2014 et le FAPJV dévoilé par Fleur Pellerin en début de semaine. Les deux dispositifs visant à aider les entreprises du monde du jeu vidéo à trouver des financements pour leurs projets présentaient de très nombreuses similitudes et nous avons eu l'occasion d'échanger avec le Syndicat National du Jeu Vidéo à ce sujet.

Une initiative débutée il y a cinq ans

Contacté par nos soins, Julien Villedieu, délégué général du SNJV nous confirme que les annonces de 2014 et de 2015 concernent bien le même dispositif, porté par les deux ministères. Une information que nous confirme également le cabinet d'Axelle Lemaire. « Cela fait cinq ans que le SNJV a engagé, aux côtés de l'Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC) les premières discussions autour de cette initiative avec les pouvoirs publics. C’est un projet de fonds qui a été compliqué à mettre en œuvre pour de nombreuses raisons, pas seulement politiques, mais aussi de faisabilité et de calendrier », avant de nous préciser que le mouvement s’est accéléré depuis environ un an et demi, notamment avec l'annonce dans la feuille de route du Gouvernement sur le numérique « Ambition Numérique » de la concrétisation du fonds cette année.

Le syndicat nous confirme également que le but premier de ce fonds est de créer un « effet de levier » pour le financement des acteurs de l’industrie vidéoludique française. « Si une entreprise parvient par son dossier à obtenir un prêt de disons 500 000 euros grâce au FAPJV pour financer en partie un projet, elle pourra par la suite plus facilement obtenir le reste auprès d'autres investisseurs privés ou encore solliciter un crédit auprès des banques. Cela aura pour effet de rassurer les investisseurs qui en général n’aiment pas investir seuls et préfèrent le faire avec d’autres. On espère que ce fonds aura cet effet levier et permettra le co-investissement dans les projets ambitieux ».

20 millions d'euros dédiés à l'investissement

Pour l’heure, les modalités exactes d’accès à ce fonds ne sont pas figées et font encore l’objet de discussions. Seule certitude, c’est l’IFCIC, un établissement de crédit agréé qui a reçu mission du Ministère de la Culture et du Ministère de l'Economie et des Finances de contribuer au développement, en France, des industries culturelles, en facilitant pour ces entreprises l'accès au financement bancaire, qui est le récipiendaire des fonds du CNC et de la Caisse des dépôts et Consignations qui décidera « en toute indépendance » quels dossiers seront retenus.

Pour le syndicat, les acteurs du jeu vidéo sont soucieux de s’assurer que cet investissement sera utilisé à bon escient et veulent éviter les projets farfelus et les effets d’aubaine sur ce dispositif. Pour veiller au grain, l’IFCIC pourra, si elle le souhaite, s’entourer d’experts de l’industrie pour être conseillée dans ses décisions.

Quant à la taille plus réduite prévue pour ce fonds, 20 millions d’euros contre 50 à 60 millions d’euros annoncés l’an dernier, ce n’est pas un souci majeur aux yeux du SNJV. « Initialement ce fonds devait être d’un montant plus important, mais ces 20 millions d’euros sont une occasion de prouver l’utilité du FAPJV » nous explique Julien Villedieu. « Avec 20 millions, on peut déjà faire de belles choses si les bons dossiers sont présentés, et des entreprises attendent avec impatience cette opportunité ».

Le choix des premiers dossiers soutenus sera d’ailleurs important pour le fonds, puisque de leur succès, et du retour financier obtenu par l’IFCIC, dépendra le montant disponible pour les projets suivants. En attendant, le syndicat se réjouit que ce dispositif prenne forme et espère que le dépôt des premiers dossiers interviendra d’ici fin 2015, début 2016.

13 commentaires
Avatar de anonyme_2cd57f53cd6a58af895c155f5bf762e2 INpactien

Pourquoi pas... mais si ils pouvaient s'occuper de trucs concrets, ça serait pas mal....
Comme de faire revenir en France les équipes de Ubisoft Montreal qui créent des emplois et rapportent surement des sommes importantes au Canada, mais pas à la France...
Toutes ces mesurettes arrivent d'ailleurs trop tard et un grand éditeur français comme Activision-Blizzard a été vendu (par Vivendi) au plus offrant (les américains) il y a déjà quelques temps alors que le gouvernement français n'a rien fait de concret pour l'empécher et que les politiques de tous bords n'ont rien compris à l'induustrie du jeu vidéo

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 22/10/15 à 10:22:44

Il est où le piège ?

Avatar de Danytime INpactien
Avatar de DanytimeDanytime- 22/10/15 à 10:26:26

C'est plus pour les petits jeux mobiles et les start up de jeux mobiles. Les studios AAA pour les jeux PC/Salon ont d'autres investisseurs qui s'occupent d'eux.

Avatar de Ellierys INpactien
Avatar de EllierysEllierys- 22/10/15 à 11:07:59

BTCKnight a écrit :

et un grand éditeur français comme Activision-Blizzard

Ouais mais Activision-Blizzard ça a toujours été un groupe américain hein ? Leur centre décisionnel est à Santa Monica en Californie, leur intro en bourse s'est faite à New York... Le seul truc un peu franchouillard c'est le HQ Européen de Blizzard qui est à Versailles depuis deux ans.

Il ne suffit pas d'avoir un actionnaire majoritaire français pour être une entreprise française. Sinon ça ferait longtemps que Total ne serait plus considérée comme telle.

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

BTCKnight a écrit :

Comme de faire revenir en France les équipes de Ubisoft Montreal qui créent des emplois et rapportent surement des sommes importantes au Canada, mais pas à la France...

Faire encore plus de dumping fiscal ?

Danytime a écrit :

C'est plus pour les petits jeux mobiles et les start up de jeux mobiles. Les studios AAA pour les jeux PC/Salon ont d'autres investisseurs qui s'occupent d'eux.

Ils peuvent peut-être aussi payer des licences RPG Maker :transpi:

Avatar de Ishan Abonné
Avatar de IshanIshan- 22/10/15 à 11:24:48

FAPJV? FAP JV? C'est pour mettre en avant les visual novels hentai?
Je sais, je sort :(

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 22/10/15 à 11:51:02

Ricard a écrit :

Il est où le piège ?

Les conséquences inattendues seront découvertes plus tard, mais il n'y aura plus de responsables en place à ce moment-là pour payer l'addition.

Avatar de athlon64 INpactien
Avatar de athlon64athlon64- 22/10/15 à 13:57:42

ActionFighter a écrit :

Ils peuvent peut-être aussi payer des licences RPGGame Maker :transpi:

C'est deja un peu plus évolué :transpi:

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

athlon64 a écrit :

C'est deja un peu plus évolué :transpi:

Trop cher pour le budget prévu :D

Avatar de athlon64 INpactien
Avatar de athlon64athlon64- 22/10/15 à 14:15:17

moins de 15$ dans un Humble Bundle récemment, sont pas doués :fumer:

:transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2