Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Fraude à la Sécu : un député PS propose de muscler le droit de communication des agents

Agents, trop chers
Droit 3 min
Fraude à la Sécu : un député PS propose de muscler le droit de communication des agents
Crédits : arunchristensen/iStock/Thinkstock

À l’occasion des débats autour du projet de loi de finances sur la Sécurité sociale pour 2016, un député propose d’armer les agents de la Sécurité sociale d’un droit de communication visant des personnes non identifiées. L’objectif ? Détecter des fraudes aux prestations sociales.

Une disposition a déjà été adoptée par la dernière loi de finances rectificatives pour étendre le droit de communication des agents de Bercy. Désormais, en effet, ce droit est élargi aux « informations relatives à des personnes non identifiées ». Il permet dès lors aux services fiscaux d’alpaguer quantité de données non directement nominatives auprès des opérateurs, des FAI et des sites Internet notamment. Mieux, ce même droit peut s’exercer sur place ou à distance, notamment par voie électronique.

Un droit de communication calqué sur celui du fisc

Cette disposition a inspiré à plein nez Gérard Bapt. Le député socialiste de Haute-Garonne veut muscler le ceinturon des agents des organismes de sécurité sociale en enrichissant l’actuel article L. 114‑19 du Code de la sécurité sociale de ce passage :

« Le droit prévu au premier alinéa peut porter sur des informations relatives à des personnes non identifiées, dans les conditions fixées par décret en Conseil d’État pris après avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés. »

Selon son exposé des motifs, le L114-19 autorise dès aujourd’hui à ces agents « d’obtenir, sans que le secret professionnel leur soit opposable, les documents et informations nécessaires à la vérification des conditions d’obtention des prestations de sécurité sociale, au recouvrement et au contrôle des prélèvements sociaux, à la lutte contre le travail dissimulé et au recouvrement des prestations versées indûment ».

Son amendement, examiné cette semaine à l'Assemblée nationale, vise donc à « doter les organismes sociaux de moyens de détection des cotisants potentiellement fraudeurs en pouvant exercer un droit de communication portant sur des personnes non identifiées ». Adopté, il permettrait par exemple de glaner des informations relatives à des petites annonces anonymes passées en ligne, par exemple.

Dans l’univers de la fiscalité, les potentialités d’un tel droit de communication avaient été soulignée lors des débats parlementaires. Derrière, s’ouvre en effet la possibilité d’interconnecter des fichiers d’origines multiples pour repérer d’éventuelles fraudes. Dans le secteur de la Sécu, les textes interdisent à ce jour les échanges d’information par voie dématérialisée et prohibent la constitution de fichier pour l'exercice de ce droit (voir la circulaire de 2008.)

Pôle Emploi et le droit de communication

L’actuel gouvernement avait déjà voulu utiliser l’outil du droit de communication pour traquer les fraudes à Pôle Emploi. Dans le cadre du projet de loi sur le dialogue social et l’emploi, cette fois, les agents concernés auraient pu réclamer toutes les données attachées à un individu (facturations détaillées ou FADET, contrat, données de connexion, abonnements TV, géolocalisation, etc.), toujours sans passer par le juge ou une quelconque autorité indépendante.

Face à la gronde, il avait toutefois retiré cette disposition, s'étant « rendu compte que ça n’avait pas été suffisamment concerté » exposait l’entourage du ministre du Travail.

On rappellera que la jurisprudence de la CJUE s’est montrée tatillonne sur de pareilles dispositions. Elle a condamné tout droit de communication mal borné, sans limites, offrant un trop vaste champ du possible à ses titulaires. Cela ne signifie pas que la lutte contre la fraude n’est pas impérieuse, simplement que le droit au respect à la vie privée mérite une protection similaire, même s’agissant de données non directement nominatives.

85 commentaires
Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 21/10/15 à 14:18:21

A quand le libre accès aux fichiers détenus par l'Etat par les entreprises privées sous couvert de facteur de croissance ? :craint:

Avatar de Paladin_Fr INpactien
Avatar de Paladin_FrPaladin_Fr- 21/10/15 à 14:18:49

Les plus gros fraudeurs à la sécu c'est des personnels de santé.

Le mec qui m'a retiré mes dents de sagesse a été radié pour fraude (bien fait pour lui d'ailleurs, une vraie caricature de médecin style les inconnus)

Avatar de anonyme_69736061fe834a059975aa425bebeb6d INpactien

Humm pour une sécu privée ...et ils savent où taper ...mais , font les aveugles sourds et muets...je dis cela ,je ne dis rien.

Avatar de philoxera INpactien
Avatar de philoxeraphiloxera- 21/10/15 à 14:29:54

La chasse aux pauvres continue

Avatar de durthu Abonné
Avatar de durthudurthu- 21/10/15 à 14:31:58

J'aurai dit les entreprises qui ne payent pas leurs charges.

Après c'est vraiment bête de frauder de nos jours car la sécu va forcément se rendre compte un jour ou l'autre qu'il y a baleine sous gravier.

Avatar de maestro321 INpactien
Avatar de maestro321maestro321- 21/10/15 à 14:32:48

Oui, mais les pauvres sont des voleurs, la preuve : ils sont pauvres..

Édité par maestro321 le 21/10/2015 à 14:33
Avatar de trash54 Abonné
Avatar de trash54trash54- 21/10/15 à 14:36:45

pas vraiment là

Cas pratique : celui/celle qui est en arrêt maladie/accident du travail mais qui claque des annonces pour petits travaux (vu un en arrêt pour problème de dos et qui retournait les jardins ... (non pas de médecin favorable car le mal de dos comment dire ...)

Avatar de Paladin_Fr INpactien
Avatar de Paladin_FrPaladin_Fr- 21/10/15 à 14:38:18

Ben un pro de santé c'est en général simple et discret de frauder.

prend le dentiste en question.
il fait tiers payant donc les gens se rendent pas trop compte de ce qui est facturé (en plus c'est des codes)
une de ses fraudes c'était simple.
Tu faisais une radio dentaire et il comptait un panel complet de la mâchoire.

il s'est fait gauler uniquement parce qu'un patient un jour s'est renseigné sur la signification des codes indiqué sur sa feuille.

Avatar de philoxera INpactien
Avatar de philoxeraphiloxera- 21/10/15 à 14:45:58

trash54 a écrit :

pas vraiment là

Cas pratique : celui/celle qui est en arrêt maladie/accident du travail mais qui claque des annonces pour petits travaux (vu un en arrêt pour problème de dos et qui retournait les jardins ... (non pas de médecin favorable car le mal de dos comment dire ...)

Le fameux cas du jardinier milliardaire ?

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

Paladin_Fr a écrit :

Ben un pro de santé c'est en général simple et discret de frauder.

prend le dentiste en question.
il fait tiers payant donc les gens se rendent pas trop compte de ce qui est facturé (en plus c'est des codes)
une de ses fraudes c'était simple.
Tu faisais une radio dentaire et il comptait un panel complet de la mâchoire.

il s'est fait gauler uniquement parce qu'un patient un jour s'est renseigné sur la signification des codes indiqué sur sa feuille.

Il y a eu également récemment un rapport de la Cour des Comptes dénonçant une fraude visiblement généralisée dans les maisons de retraites, où des soins fictifs sont facturés...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 9