Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Au Parlement, examen d'un troisième cas de blocage administratif des sites

La guerre des sites
Droit 3 min
Au Parlement, examen d'un troisième cas de blocage administratif des sites
Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 3.0)

La semaine dernière, les sénateurs ont réintroduit une disposition qui avait été effacée par les députés : la possibilité pour l’autorité administrative de bloquer les sites où est organisé le proxénétisme ou la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle.

Avec le terrorisme et la pédopornographie, c’est donc un nouveau cas de blocage administratif qui est aux portes du Journal officiel. Du moins, si cette proposition de loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel franchit un dernier stade de la procédure parlementaire. Le texte, adopté la semaine dernière par les sénateurs, est désormais en commission mixte paritaire, où sept députés et autant de sénateurs devront trouver une version de compromis.

Au Sénat, le gouvernement a tenté de temporiser

Fait notable, le 14 octobre dernier, Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des Droits de la femme, a redit toute l’opposition du gouvernement à un tel blocage. Pourquoi ? Car « il nous semble souhaitable d’attendre, dans un premier temps, que l’efficacité du dispositif de blocage des sites terroristes et pédopornographiques soit évaluée, avant que celui-ci soit étendu à d’autres infractions ».

L’exécutif voudrait donc d’abord jauger les deux premiers cas de blocage qu’il a soutenus, avant d’étendre davantage cette mesure. Chantal Jouanno s’y est toutefois opposée. « Bien souvent la traite des êtres humains contribue au financement du terrorisme » a exposé la sénatrice UDI, auteure de l’amendement finalement adopté. « Boko Haram en est probablement le meilleur exemple. (...) il existe une totale convergence entre les réseaux de traite et les réseaux terroristes. En conséquence, ces mesures sont bel et bien complémentaires. »

Délicate qualification des faits

Jean-Claude Requier, sénateur RDSE, s’est montré « dubitatif » notamment quant aux éléments caractéristiques qui justifieront le blocage : « Comment distinguer la prostitution des échanges volontaires ? (…) Certaines personnes sont mariées. Il faut aussi prendre en compte les pratiques échangistes. Où commence, où s’arrête la prostitution ? »

Et celui-ci d’anticiper : « Certaines personnes passeront par l’intermédiaire des rencontres volontaires pour cacher des faits de prostitution ». En d’autres termes, si la pédopornographie est d’une illicéité évidente, n’ouvrant que rarement la porte au questionnement, la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle ou le proxénétisme n’est pas simple à qualifier et devrait, de ce fait, exiger l’intervention d’un juge.

La position du Conseil constitutionnel

C’est d’ailleurs ce que peu ou prou disait le Conseil constitutionnel lorsqu’il a eu à commenter sa décision LCEN en 2004 : « La caractérisation d’un message illicite peut se révéler délicate, même pour un juriste. » Voilà pourquoi La Quadrature du Net a dénoncé la semaine dernière un nouveau cas d’ « extrajudiciarisation du Net et un nouveau recul pour la liberté d'expression », compte tenu notamment des risques de surblocage.

À l’occasion de l’examen de la LOPPSI, le même juge suprême avait autorisé exceptionnellement le blocage administratif des sites pédopornographiques, en faisant savoir, toujours dans ses commentaires, qu’il n’ouvrirait que très difficilement la porte à d’autres hypothèses. La loi contre le terrorisme, qui a prévu le deuxième cas de blocage administratif, a malheureusement échappé à son contrôle. On ne sait pas encore si la proposition de loi sur la prostitution lui sera déférée, en cas d'adoption par le Parlement.

34 commentaires
Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 21/10/15 à 08:39:18

« Bien souvent la traite des êtres humains contribue au financement du terrorisme »

Le nombre de trucs qui financent le terrorisme....

On devrait essayer tiens ^^ Ca a l'air tellement rentable que je suis sur que la dette serait remboursée en qq mois ^^

Comment ca non ? :keskidit:

Avatar de hellmut Abonné
Avatar de hellmuthellmut- 21/10/15 à 08:45:51

tiens, encore un argumentum in terrorem pour justifier une censure.

Avatar de Nozalys Abonné
Avatar de NozalysNozalys- 21/10/15 à 09:05:34

eliumnick a écrit :

Le nombre de trucs qui financent le terrorisme....

Ouais, genre les États, les grandes entreprises d'armement détenues à 50% par les États, les grandes banques via des financements cachés, privés, flous, douteux, plus ou moins liées aux États, toussa toussa.... Bref, les États in fine ?
Qu'ils s'attaquent aux financements de premier degré avant de commencer à faire dans le détail..

Attention, qu'on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas : la traite des êtres humains est un véritable problème, seulement ce genre d'argumentation est totalement débilissime.

Avatar de CUlater INpactien
Avatar de CUlaterCUlater- 21/10/15 à 09:07:06

"Bien souvent, les réseaux sociaux permettent aux jeunes d'entrer en contact avec les organisations terroristes.":prof:
Bloquons les réseaux sociaux :D

Avatar de anonyme_751eb151a3e6ce065481d43bf0d18298 INpactien

hellmut a écrit :

tiens, encore un argumentum in terrorem pour justifier une censure.

C'est clair.

Autant on peut aisément savoir que la prostitution est un des gagne-pains de mafieux de toutes sortes, autant rattacher ça au terrorisme, c'est du foutage de gueule...

De plus, je pense, mais je peux me tromper, que là où les prostituées sont le plus souvent rattachées à des réseaux, c'est dans la rue, alors que la prostitution qui s'exerce sur Internet doit être plus libre.

Avatar de anagrys Abonné
Avatar de anagrysanagrys- 21/10/15 à 09:19:09

Mais jusqu'où s'arrêteront-ils...?
:fumer:

Avatar de kizoras INpactien
Avatar de kizoraskizoras- 21/10/15 à 09:38:32
Édité par Vincent_H le 03/11/2015 à 09:34
Avatar de athlon64 INpactien
Avatar de athlon64athlon64- 21/10/15 à 09:40:26

eliumnick a écrit :

Le nombre de trucs qui financent le terrorisme....

On devrait essayer tiens ^^ Ca a l'air tellement rentable que je suis sur que la dette serait remboursée en qq mois ^^

Comment ca non ? :keskidit:

Entendu hier que le trafic d'animaux serait le 3eme après les armes et la drogue, interdisons les animaux donc.

Interdisons donc l'Homme, plus de terroristes comme ca :yes:

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 21/10/15 à 09:45:35

athlon64 a écrit :

Entendu hier que le trafic d'animaux serait le 3eme après les armes et la drogue, interdisons les animaux donc.

Interdisons donc l'Homme, plus de terroristes comme ca :yes:

Ca fait des années que je prône l'extermination de la race humaine au nom de la paix ^^

Avatar de athlon64 INpactien
Avatar de athlon64athlon64- 21/10/15 à 09:53:21

j'attends que tu fasses le premier pas :fumer:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4