Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

First Click Free : Google assouplit sa politique pour les éditeurs avec un Paywall

Mais ce n'est de toutes façons pas ça le problème
Internet 2 min
First Click Free : Google assouplit sa politique pour les éditeurs avec un Paywall
Crédits : billyfoto/iStock

Google vient d'annoncer que les éditeurs qui adoptent sa politique du « First Click Free », afin de faire référencer les articles placés derrière un paywall, ont désormais la possibilité de limiter cet accès à trois articles par jour. Une modification qui ne change pas grand-chose sur le fond.

Depuis de nombreuses années, Google propose une solution pour les éditeurs qui disposent d'un paywall limitant l'accès à leurs articles : First Click Free (FCF). Une politique qui vise à permettre l'accès aux robots du géant du Net afin d'assurer le référencement des contenus malgré un accès restreint. Officiellement, c'était aussi une manière d' « aider les utilisateurs à accéder à des contenus de qualité avec un minimum d'efforts ». Ou de se servir du poids du référencement pour éviter de voir un nombre croissant de sites opter pour un modèle payant, alors que le cœur de l'activité de Google reste la publicité.

Mais voilà, cette solution est surtout une brèche pour les internautes qui peuvent ainsi accéder à ces articles sans avoir à payer un abonnement. De fait, les éditeurs sont de moins en moins à la respecter pour éviter ce genre de problèmes. Google a ainsi revu sa politique en 2009 et autorisé une limite à cinq articles par jour pour les utilisateurs qui viennent d'un domaine [*.google.*]. Mais cela n'est semble-t-il plus suffisant et il sera désormais possible de limiter l'accès à trois articles par jour, comme détaillé par ici. Une limite qu'il sera une fois de plus assez aisée à contourner.

Quoi qu'il en soit, la société en profite pour préciser que montrer une partie du contenu aux internautes et l'ensemble aux robots de Google sera considéré comme du cloacking. Ne pas vous faire référencer, ou laisser Google ouvrir une brèche dans votre paywall, c'est donc à vous de choisir.

6 commentaires
Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 29/09/15 à 15:57:50

> Googlea ainsi revu sa politique en 2009 et autorisé une limite à cinq articles par jour pour les utilisateurs qui viennent d'un domaine [*.google.*] 
 Je ne comprends pas comment ça marche.
 Le site laisse passer toutes les consultations dont le referrer est *.google.* et c'est Google qui gère la limitation ? (Encore faudrait-il que l'utilisateur de Google soit identifié)

Avatar de linkin623 INpactien
Avatar de linkin623linkin623- 29/09/15 à 16:10:02

Ah c'est ce truc sur les Echos qui "limite à 8 articles" ? J'avoue que je détruis mes cookies à chaque session, et j'ai toujours le même message de "8 articles" :yes:

Édité par linkin623 le 29/09/2015 à 16:10
Avatar de Merwyn06 Abonné
Avatar de Merwyn06Merwyn06- 29/09/15 à 17:03:24

Y a mieux, sur Le Monde il affichent une image au-dessus de l'article après 12 articles / mois. Une ligne dans le css custom de Firefox, et on en parle plus...

Avatar de garn INpactien
Avatar de garngarn- 30/09/15 à 08:06:55

ah. Article au sens journal, pas article physique. je pensais a des cafetières en vente, ca doit être l'effet "mercredi matin" :transpi:

Avatar de Lypik Abonné
Avatar de LypikLypik- 30/09/15 à 13:19:45

v1nce a écrit :

> Googlea ainsi revu sa politique en 2009 et autorisé une limite à cinq articles par jour pour les utilisateurs qui viennent d'un domaine [*.google.*] 
 Je ne comprends pas comment ça marche.
 Le site laisse passer toutes les consultations dont le referrer est *.google.* et c'est Google qui gère la limitation ? (Encore faudrait-il que l'utilisateur de Google soit identifié)

Oui c'est en se basant sur « l'URL de provenance » donc le referer
(cf. support google):  « Premier clic gratuit : nous collaborons avec
certains services disponibles sur abonnement pour faire en sorte que la
toute première consultation d'un article du site concerné par un
utilisateur de Google Actualités (identifiable par l'URL de provenance)
puisse se faire sans abonnement. »
 
La limite est géré par le site web lui-même, d'après ce que j'ai compris.
Toujours d'après la même source, je cite et surligne le bon passage :
 
« Cette pratique consiste à mesurer les clics de l'utilisateur : dès lors
qu'il a cliqué sur un nombre trop élevé d'articles du même éditeur sur
Google Actualités, le compteur d'articles accessibles gratuitement est
bloqué. Si votre site compte les accès chaque semaine ou chaque mois,
vous devez néanmoins faire en sorte que chaque utilisateur Google puisse
accéder au minimum à trois articles par jour. Sinon, votre site sera
considéré comme un site exigeant un abonnement. »

Édité par Lypik le 30/09/2015 à 13:22
Avatar de ThePouch INpactien
Avatar de ThePouchThePouch- 30/09/15 à 15:16:24

Super bon article qui résume bien la sitaution
 
Merci

 
/p

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.