Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Écoutes : la mise en place de la PNIJ avance doucement

Ne la Thales pas tomber, elle est si fragile
Droit 2 min
Écoutes : la mise en place de la PNIJ avance doucement

Interpelé par un député qui se plaignait de la lenteur des procédures de réquisition effectuées auprès des opérateurs de téléphonie mobile, le ministre de l’Intérieur vient de donner quelques nouvelles de la Plateforme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ), qui n’en finit pas d’accumuler du retard.

Initialement prévue pour fin 2013, la PNIJ n’est toujours pas opérationnelle. Cet énorme centre, placé dans les locaux du géant Thales, était pourtant censé faciliter le travail des enquêteurs même si ce n'est pas l'avis de ses détracteurs. Autorisée par un décret publié en octobre au Journal officiel, cette plateforme doit en effet permettre de centraliser les nombreuses interceptions de correspondances ordonnées par la justice, de même que les réquisitions de données de connexion (quel abonné derrière telle adresse IP ou numéro de téléphone, etc).

Aujourd’hui, pour identifier un client d'Orange ou SFR, les réquisitions « sont transmises par les moyens de communication classiques – principalement le fax – et traitées par les employés des services des obligations légales des différentes sociétés », reconnaît ainsi le ministre de l’Intérieur au travers d’une réponse à une question écrite du député Jean-Luc Bleunven. Si le Code de procédure pénale permet théoriquement aux opérateurs de répondre à ces réquisitions par voie électronique, le locataire de la Place Beauvau explique qu’en pratique, ce n’est pas encore totalement le cas, en raison des retards de la PNIJ.

Une expérimentation menée depuis février en vue des identifications d’abonnés

Bernard Cazeneuve indique toutefois que des « protocoles » permettant de « mettre en place un système de réponse automatisé aux demandes de l'autorité judiciaire » a été signé « récemment » avec les quatre principaux opérateurs de téléphonie : Orange, SFR, Bouygues et Free. « L'expérimentation de la PNIJ sur ce point est en cours depuis le 9 février 2015 dans certains services d'enquête » poursuit le ministre de l’Intérieur. Selon lui, « les résultats sont extrêmement probants : les réponses aux réquisitions dont les opérateurs ont automatisé le traitement sont obtenues par les services d'enquête en quelques minutes contre plusieurs jours ou semaines auparavant ».

Restera maintenant à voir quand cette expérimentation limitée à quelques « services d’enquête » sera généralisée... Point sur lequel ne s’avance pas le premier flic de France.

22 commentaires
Avatar de MuadJC INpactien
Avatar de MuadJCMuadJC- 14/08/15 à 14:52:53

Bon, prochaine étape: trouver un moyen de protéger mes conversations téléphoniques.
 
 edit: je reconnais avoir posté trop vite. En réalité ils sortent enfin de l'age du fax. Mais rien de neuf pour le reste.

Édité par MuadJC le 14/08/2015 à 14:55
Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 14/08/15 à 14:53:51

Est ce que les opérateurs vont être indemnisé pour leur collaboration ? ^^

Avatar de Nargas Abonné
Avatar de NargasNargas- 14/08/15 à 14:56:08

Il me semble que ça reste encore plus complexe que de chiffré un mail, notamment à cause des puces GSM qui sont qualifié de système d'exploitation et dont ont a aucune documentation et information. :fou:

Avatar de al_bebert INpactien
Avatar de al_bebertal_bebert- 14/08/15 à 14:58:24

"premier flic de france"
 

 hum c'est limite comme formule ça non ?
 

 enfin moi m'en fou mais vous ne risquez rien avec ce genre de propos ?

Avatar de al_bebert INpactien
Avatar de al_bebertal_bebert- 14/08/15 à 14:59:20

suffit de chiffré le langage :)
 

 

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 14/08/15 à 15:03:21

al_bebert a écrit :

suffit de chiffré le langage :)

Par exemple, à la place de "0", utilise "1", et à la place de "1" utilise "0" :D

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 14/08/15 à 15:06:52

C'est généralement comme ça que l'on désigne le ministre de l'intérieur

Avatar de anonyme_47da8d4ad4eb955aa025af080b0387df INpactien

Oh ce sous-titre ˆˆ

Avatar de DarKCallistO INpactien
Avatar de DarKCallistODarKCallistO- 14/08/15 à 16:03:42

al_bebert a écrit :

"premier flic de france"
 

 hum c'est limite comme formule ça non ?
 

 enfin moi m'en fou mais vous ne risquez rien avec ce genre de propos ?

Non,Charles Pasqua quand il dirigeais le ministère de l'intérieur était déjà appeler de cette façon,la formulation proviens d'une posture ferme et strict de ce ministère qui choqua le PS a l'époque.
 
D'ailleurs,le premier flic de ta commune,c'est ton maire et il en fait pas tout un fromage. :D

Édité par DarKCallistO le 14/08/2015 à 16:04
Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 14/08/15 à 16:17:19

c'est même plus vieux que ça : exemple.

DarKCallistO a écrit :

D'ailleurs,le premier flic de ta commune,c'est ton maire et il en fait pas tout un fromage. :D

Plus exactement le maire est le premier magistrat de la commune, pas le premier flic:chinois:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3